Au Muséum d’histoire naturelle du Havre, l’exposition photo Le Génie de la Nature fait son entrée pour un an aux côtés de magnifiques taxidermies. Organisée par la Ville du Havre et les éditions « Sabine et ses copains », cette exposition mêle photographies, collections du Muséum et vidéos pour une approche du monde animalier. Nous avons découvert cette exposition qui prend place au Havre jusqu’au 10 mars 2019.

Le Genie De La Nature

Le vent froid de l’Océan Atlantique souffle sur le parvis de la gare du Havre. Après quelques minutes en voiture, nous voilà déjà arrivés au Muséum, l’un des derniers vestiges après les bombardements de la Seconde Guerre mondiale.

Dès l’entrée du Museum, nos regards surpris se posent sur une girafe en position de course suspendue en haut de l’escalier. Cédric Crémière, directeur du Muséum du Havre, nous explique la démarche de l’établissement : « le patrimoine comme ça ne raconte pas d’histoire, sauf quand on le mélange au son, à la taxidermie et aux photographies. »

C’est cette complémentarité qui permet de rendre l’exposition très dynamique. Par exemple, en face de la magnifique photographie d’une baleine à bosse de Fabrice Guérin, on peut entendre leur cri grâce à des enceintes placées juste au-dessus de nos têtes. Cependant, le système fait en sorte de ne pas troubler la visite des autres personnes en orientant le son uniquement en dessous de l’enceinte.

Un bébé baleine à bosse faisant un câlin à sa mère – Royaume des Tonga © Fabrice Guérin

L’idée principale de l’exposition est évidemment de nous apprendre énormément de choses sur différentes espèces animales. Chacune des photographies, réalisée par les membres du collectif Géniale Nature, est agrémentée de petits encadrés explicatifs nous donnant de courtes informations très intéressantes. D’autres photos sont également présentes pour illustrer les explications.

Les photographes exposés sont donc nombreux. Tous issus de Géniale Nature, cette grande famille d’amoureux de la nature s’allie pour montrer la beauté des animaux ainsi que leur spécificité. On peut citer pour commencer les deux commissaires de l’exposition à l’initiative de ce projet, Sabine Bernert et Christine Denis-Huot, mais également les autres photographes Michel Denis-Huot, Fabrice Guérin, Maxime Aliaga, Luis Casiano, Olivier Cazé, Jacques Renaud, Emilie Tournier, Marc Pihet, Dr David Grimardias, Dr Eduardo Da Forno et Gregory Pol. « C’est surtout une bande de copains », nous avoue Christine.

En plus de ces artistes, le collectif Géniale Nature regroupe des biologistes, des ornithologues amateurs, des illustrateurs, des chercheurs de Nouvelle-Zélande… Les photographies sont vendues, exposées mais également utilisées pour publier des livres pour enfants qui sont agrémentés des explications des scientifiques.

Les textes de l’exposition ont également été réalisées principalement par les photographes et les scientifiques du réseau : « Ce qui est génial c’est qu’on leur pose une question et qu’on reçoit un kilo de documentation en anglais horriblement compliquée ! » plaisante Sabine Bernert lors de la visite guidée en compagnie de Christine Denis-Huot. Grâce à ces données, les photographes ont rassemblé toutes les informations dont ils avaient besoin pour mettre en place les cartels photo.

© Sabine Bernert

Au départ, l’exposition ne devait porter que sur le biomimétisme, c’est à dire le fait d’imiter la nature pour développer de nouvelles idées innovantes. Léonard de Vinci s’est par exemple inspiré de l’oiseau pour concevoir le croquis de sa machine volante. Mais petit à petit, Sabine eChristine ont développé leurs idées et ont reçu l’autorisation de mettre en place une exposition longue et complète abordant plusieurs thèmes sur la faune mondiale. Ainsi, en plus de la salle sur le biomimétisme, les deux photographes ont aménagé d’autres pièces spécialisées sur les sujets de l’entraide chez les animaux, des langages insoupçonnés, de l’intelligence, des interactions… « Tous les thèmes se répondent. L’idée est de présenter toutes les facettes et que l’on découvre des choses inspirantes » nous explique Sabine Bernert.

Le Génie de la Nature

France, zoo de Doué La Fontaine, ara de Buffon (Ara ambiguus) © Michel et Christine Denis-Huot

Les thèmes abordés par ce collectif tournent principalement autour de la nature, des plantes, des animaux… L’objectif ? Informer un public large sur la protection de l’environnement grâce à de belles images : « On ne veut pas être pénible et donc on accroche les gens par la beauté et la passion pour les mener à la protection pour leur montrer à quel point c’était incroyable », expliquent-elles.

Afin de capter l’attention des plus jeunes, des jeux sont mis à leur disposition tout au long du parcours. Des puzzles et des quizz leur permettent en effet de s’entrainer et d’apprendre en s’amusant.

Une salle entièrement dédiée aux enfants est également mise à leur disposition à la fin de l’exposition. Ils pourront ainsi soigner les animaux en peluche à l’infirmerie, dessiner sur les murs ou encore s’allonger sur des cousins pour profiter d’un repos bien mérité !

Juriste de profession, Sabine s’est tournée vers le métier de photographe pour défendre la cause animale, non pas dans un tribunal, mais dans la nature avec son appareil photo. Grâce à des expositions partout dans le monde et des livres photo explicatifs pour petits et grands, la photographe exprime sa passion pour les espèces protégées de Nouvelle Zélande et d’ailleurs. Membre bénévole de 2007 à 2015 à l’institut Jane Goodall pour la protection des animaux, elle nous raconte ses histoires avec émotion et nous transmet tout l’amour qu’elle a pour la nature et les animaux. D’où l’idée de l’exposition comme Sabine nous l’explique : « l’intelligence, la communication, la sensibilité, on la vit quand on est avec les animaux et on veut la raconter avec des histoires ».

Le Genie de la Nature

© Maxime Aliaga

C’est en Nouvelle-Zélande que l’on trouve des espèces uniques qui sont pratiquement toutes en voie d’extinction. Le gecko fait partie des espèces protégées. C’est une sorte de petit lézard qui se fond très bien dans l’environnement et qui est tacheté sur le corps. Pour pouvoir se rendre sur place, Sabine nous explique qu’elle a passé quatre années à négocier pour avoir l’autorisation et un guide pour l’y emmener. C’est un endroit très protégé puisque l’arrivée de l’Homme, il y a environ 700 ans en Nouvelle-Zélande, a totalement perturbé l’écosystème incroyable de cette région, aussi bien à cause du braconnage que des animaux amenés d’Europe comme les chats, les chiens, les rats, les lapins…

« Quand les Néo-zélandais se sont rendu compte de ce qui arrivait, ils se sont mis à bosser comme des fous pour sauver leurs espèces. Ce pays est vraiment un modèle de conservation et d’implication de toute la population, » nous confit Sabine, totalement captivée par le sujet.

Les taxidermies font également partie de l’exposition. Même les plus septiques seront séduits par le travail minutieux et hallucinant des taxidermistes. Un lion, des renards, un rhinocéros, une girafe, un ours… Le fait que ces animaux soient immortalisés en plein mouvement leur donne un côté très réaliste.

Les organisatrices de cette exposition ont voulu également changer le regard que l’on porte sur les animaux. Les crocodiles par exemple sont souvent représentés hors de l’eau et avec des dents saillantes. Ici, elles ont préféré le montrer sous l’eau. Il en va de même pour les hyènes qui, depuis le succès du Roi Lion, ont une mauvaise réputation auprès du grand public. Au Muséum du Havre, ce sont des bébés hyènes très mignons qui sont présentés dans la salle « intelligence ».

Afrique, Kenya, réserve nationale du Masai-Mara, Hyène tachetée, Crocuta crocuta, jeunes au terrier © Michel et Christine Denis-Huot

Au rez-de-chaussée, à la fin de l’exposition, vous pourrez vivre une autre expérience sonore unique dans une salle spéciale où les cris d’animaux plus ou moins connus tournent en boucle. Une liste est à votre disposition pour tenter de reconnaitre les sons. Bon courage !

© Sabine Bernert

Tout au long de l’exposition, vous pourrez également assister à des ateliers divers et variés comme par exemple des explications sur la taxidermie, sur les insectes, des séances de lectures ainsi que des spectacles. Des visites commentées ont également lieu quatre fois par mois.

Pour plus d’information, n’hésitez pas à visiter la rubrique agenda du Muséum du Havre. Vous pouvez également suivre ces aventuriers en faisant un tour sur le site du collectif Géniale Nature.

Informations pratiques
Exposition le Génie de la Nature

Du 17 février 2018 au 10 mars 2019
Au Muséum d’histoire naturelle du Havre
Place du Vieux Marché au Havre
De 10h à 12h puis de 14h à 18h
Fermé le lundi toute la journée et le jeudi matin

Tarif : 5€ plein tarif, 3€ tarif réduit
Entrée gratuite pour les moins de 26 ans et le premier samedi de chaque mois