Church in the Wild : l’Homme à l’échelle de la Nature

Un an après notre interview de Guillaume Flandre, nous vous proposons de découvrir sa nouvelle série « Church in the Wild ». Au fin fond des Dolomites, Guillaume nous offre une vue surprenante sur les Alpes italiennes et sa multitude d’églises.

Church In The Wild Guillaume Flandre

Church In The Wild © Guillaume Flandre

Après avoir enchainé des projets photo pour certaines marques et agences, Guillaume souhaite cette année se recentrer sur la nature et le voyage. Le photographe est donc allé au plein coeur des Alpes italiennes pour sa nouvelle série « Church in the Wild ».

Church In The Wild Guillaume Flandre

Church In The Wild © Guillaume Flandre

Cette série est issue d’une expédition de six jours dans les Dolomites. Parmi ses montagnes, ses lacs et ses sapins, ce territoire abrite un grand nombre de petites églises et de signes religieux : « J’ai vraiment été frappé par la puissance de la nature et par le côté religieux de la chose. »

Church In The Wild Guillaume Flandre

Church In The Wild © Guillaume Flandre

Et Guillaume sait de quoi il parle. Après avoir été pris dans un orage au beau milieu d’une séance photo en haut des montagnes, le photographe a ressentit l’angoisse de ne pas pouvoir redescendre et de subir les foudres du mauvais temps. Heureusement, il ne lui est rien arrivé, mais l’expérience lui a fait comprendre que la nature est bien plus puissante qu’il ne le croit.

« On ressent que l’Homme est très petit face à ces éléments là, face à la montagne ». Comme on le sait, certaines personnes n’ont pas la chance d’échapper aux catastrophes naturelles : « Ça m’a fait réfléchir sur la vie des gens qui vivent dans ces conditions là et qui sont amenés à devoir faire avec les caprices de la nature. Le parallèle avec la religion est assez intéressant parce qu’on peut comprendre pourquoi on a besoin de cette espèce de foi, de cette croyance en un destin. Prier devient la seule échappatoire. »

Church In The Wild Guillaume Flandre

Church In The Wild © Guillaume Flandre

Le deuxième message que le photographe voulait faire passer à travers cette expédition est celui de la nature. « Je pousse chaque photographe à y aller parce que ce sont des cadeaux pour les photographes, ce sont des choses magnifiques. Chacun devrait essayer de les capturer à sa façon ». Lui qui est très citadin et qui a grandi en ville, il aime capturer ces moments de sérénité et de chaos, à la fois reposant et anxiogène selon la météo et la situation.

Church In The Wild Guillaume Flandre

Church In The Wild © Guillaume Flandre

C’est d’ailleurs vers la photo en pleine nature que Guillaume souhaite s’orienter cette année : « je pense que par la suite, il va y avoir d’autres séries de ma part qui vont se concentrer sur le côté naturel et sur les éléments. » L’Amérique latine sera sa prochaine destination. Le photographe souhaiterait également s’intéresser à la street photo.

Church In The Wild Guillaume Flandre

Church In The Wild © Guillaume Flandre

Au niveau du matériel utilisé lors de son escapade dans les Dolomites, Guillaume Flandre s’est équipé de son matériel de base constitué d’un Fujifilm X-T1 et de deux objectifs, un Fuji XF 23mm f/1.4 et un Fuji XF 56mm f/2. « J’adore travailler avec ! » avoue Guillaume.

En attendant la nouvelle série de Guillaume Flandre, vous pouvez suivre ses activités et regarder ses œuvres sur son site et le suivre sur Instagram.