La marque japonaise Yashica, connue pour son Yashica Electro 35, un appareil photo télémétrique sorti dans les années 1960, revient sur le devant de la scène avec le Yashica Y35 digiFilm en campagne sur Kickstarter.

La marque historique, désormais propriété du chinois Jebsen Group, a annoncé aujourd’hui à Tokyo le lancement du Yashica digiFilm, un appareil photo numérique avec une touche d’argentique. Plus de 10 ans après sa dernière annonce, le fabricant revient avec un tout nouveau système dénommé digiFilm.

Yashica digiFilm, un goût d’argentique

Le digiFilm a un goût de l’argentique dans un format numérique. L’appareil photo Y35 compatible digiFilm accepte de petites cartouches (de la forme d’une pellicule de film) pour émuler un rendu argentique. L’appareil dispose d’un capteur 14 Mpx CMOS 1/3.2’’ (4,4 x 3,3 mm) soit une taille équivalente à ce que l’on retrouve dans nos smartphones. Il dispose d’un viseur optique intégré.

L’objectif utilisé est un équivalent 35mm f/2.8 avec une distance minimale de mise au point égale à 1m. L’appareil photo, simple au possible, ne dispose pas d’autre mode qu’un sélecteur de vitesses (1s, 1/30s, 1/60s, 1/250s ou 1/500s) et il n’est pas possible de régler l’ouverture. Les ISO se règlent grâce au digiFilm.

Pour en finir avec cette ambiguïté, cet appareil utilise bien un emplacement pour carte SD. Le film que l’on place dans l’appareil, comme on peut le voir sur cette image, n’est donc pas un film, mais bien un élément électronique qui n’a qu’une fonction : indiquer à l’appareil quel mode utiliser. Les photos ne sont pas enregistrées sur le digiFilm, comme certains premiers supporteurs du projet pensaient, mais sur cette carte SD.

A noter que l’appareil ne dispose pas d’écran : il est impossible de voir ou supprimer les photos prises sans lire la carte SD.

Les digiFilm, ces rendus argentiques en forme de pellicules

Le Yashica Y35 disposera de 4 digiFilms au lancement, soit 4 rendus uniques et distincts, inspirés des pellicules utilisées avec le Yashica argentique : ISO1600 High Speed, Black & White, ISO200 Ultra Fin et 120 Format (6×6).

Le digiFilm ISO1600 High Speed offre des images à fort contraste avec un grain dans la photographie. Ce « film » est à utiliser en condition de faible luminosité ou pour photographier des sujets en mouvement. Le film Black & White dispose d’une sensibilité de 400 ISO et une émulation du grain propre au film pour un rendu rétro. Le film ISO200 Ultra Fine offre des images nettes et une balance des couleurs standard. Un dernier film, 120 Format (6×6) permet de réaliser des photos au format carré à une sensibilité ISO de 200.

Chacun de ces digiFilm nécessite une ouverture du boîtier et un changement de cube. En ouvrant l’arrière du boîtier, on accède également à la trappe des piles (2 piles AA) servant à alimenter l’appareil. Pourquoi ne pas avoir utilisé une batterie ? Sûrement parce que les piles sont plus « vintage ».

L’appareil semble disposer d’une construction plastique et mesure 110 x 70 x 55mm. Le poids n’est pas mentionné. L’appareil ne dispose pas de flash mais d’une griffe porte-accessoire qui permettra de placer une lampe LED en guise de flash.

Prix et disponibilité du YASHICA Y35 digiFilm

Présenté dans le cadre d’un projet Kickstarter, cet appareil doit réunir 800 000 HK$ (soit l’équivalent de plus de 87 000€) pour que la production soit lancée avec une date de livraison des premières unités en avril 2018, sauf retard.

L’appareil est actuellement en phase de prototype, avec un premier prototype Alpha depuis septembre. L’appareil de l’appareil pourrait donc encore changer jusqu’en décembre où le prototype définitif sera déterminé.

Le premier prix est à 968 HK$ (105€) si vous l’achetez dans les 24h suivants le lancement. Ensuite, l’appareil sera disponible à partir de 140€ en pack avec 3 digiFilm. Un modèle avec finition cuir est également disponible pour 279€.

Notre premier avis sur le YASHICA Y35 digiFilm

Yashica avait publié il y a quelques semaines l’annonce prochaine de son retour sur fond d’appareil photo argentique. Il n’en sera donc rien, avec un appareil photo que certains qualifient déjà de « jouet » ou « gadget » avec un capteur de smartphone. The Phoblographer parle de « la plus grosse déception de l’année » et on s’en rapproche. Cet appareil photo risque de décevoir tous les fans de Yashica qui s’attendaient à un nouvel appareil photo argentique.

À la place, on obtient un hybride entre argentique et numérique avec un mini capteur, le même utilisé dans nos smartphones qui disposent déjà d’applications de simulation de films comme VSCO Mobile. Bien sûr, ici nous sommes face à un appareil physique qui cherche à réenchanter la photographie en lui donnant un petit goût d’argentique : il faut changer physiquement de pellicule (le digiFilm) pour obtenir un rendu différent, et l’appareil dispose même d’un levier d’avancement à actionner avant chaque prise de vue. Cela rajoute quelques limitations qui sont toujours bonnes à la photographie.

Yashica n’a pourtant pas poussé le bouchon trop loin, formant à rembobiner sa pellicule et à ouvrir puis refermer l’appareil au bout de 36 poses.

Quelques inconnus subsistent : mise au point manuelle uniquement ? format RAW ? poids ? autonomie ?

En savoir plus sur Kickstarter

Que pensez-vous de cette idée ? Allez-vous supporter la campagne Kickstarter ? Dites-le-nous dans les commentaires.