Le photographe américain Brad Wilson a entamé depuis 2010 un travail photo titanesque, qu’il poursuit toujours aujourd’hui, en photographiant un grand nombre d’animaux en studio. Intitulée « Affinity », sa série photo animalière se divise maintenant en 3 collections, chacune regroupant une multitude de portraits d’animaux du monde entier.

Vivant aujourd’hui à Santa Fe, Brad Wilson a beaucoup voyagé à travers les Etats-Unis. Ayant étudié les arts visuels et l’histoire de l’art, il s’est ensuite consacré à la photographie commerciale et à la photographie d’art, particulièrement en studio. Sensible au monde naturel et sauvage, il décide de se consacrer à un grand projet animalier.

© Brad Wilson – « Affinity III » – Harfang des neiges

Chimpanzé, faucon, éléphant d’Afrique, vipère, zèbre, fennec, alligator… Il dessine la série « Affinity » comme une grande encyclopédie visuelle où chaque espèce animale est représentée par un individu générique, jouant le rôle d’ambassadeur.

Ainsi, depuis 7 ans, c’est un long travail de collaboration qui est mis en place entre le photographe et les refuges et zoos américains. A chaque session, il installe sur place son studio avec ses lumières, appareils et ordinateurs. Puis les animaux sont amenés individuellement devant le fond noir, entourés de leurs dresseurs et éleveurs qui peuvent leur donner de la nourriture en guise de reconnaissance.

© Brad Wilson – « Affinity III » – Iguane bleu (Grand Cayman)

Ces animaux étant suffisamment familiers avec les humains, ils se montrent patients même si le photographe prend du temps, sachant que la séance peut durer quelques minutes jusqu’à 3h si le résultat est difficile à obtenir… Un temps très long pour les animaux modèles ! Brad Wilson explique rechercher une expression ou un regard à immortaliser.

© Brad Wilson – « Affinity II » – Rhinocéros

Il utilise un Hasselblad H1 équipé d’un dos numérique Phase One P65 pour vérifier ses cadrages. L’ensemble des lumières sont signées Profoto. En plus de ce matériel professionnel, le photographe a aussi recours à Photoshop pour l’ensemble de son étape de post-production, étape qui est d’ailleurs souvent bien plus longue que la session photo en elle-même et peut durer de nombreuses heures pour une seule image.

© Brad Wilson – « Affinity I » – Renard polaire

Brad Wilson retire notamment les saletés, les morceaux de paille ou de nourriture, et les poils ou plumes flottants sur chaque animal. Le but, selon lui, est de créer une image universelle d’une espèce animale, et d’éviter toute distraction pour que l’attention se porte sur l’animal et son expression. Il tente ainsi d’établir une connexion directe entre l’observateur (humain) et le modèle (animal).

© Brad Wilson – « Affinity I » – Buse à queue rousse

Avec « Affinity », le photographe extrait l’animal d’un contexte particulier pour le placer comme représentant universel, à pied d’égalité avec les autres espèces. Tout en distinguant le monde animal, naturel, sauvage, du monde humain complexifié par les technologies, le but est de rappeler que les animaux sont des sujets centraux au monde et que « nous faisons tous partie d’une diversité de vie magnifiquement riche et interconnectée ». Il construit cette série comme un « testament de ce monde animal et naturel en constant déclin ».

© Brad Wilson – « Affinity I » – Eléphant d’Afrique

© Brad Wilson – « Affinity III » – Zèbre

© Brad Wilson – « Affinity II » – Vipère de Schlegel

© Brad Wilson – « Affinity II » – Lémurien

© Brad Wilson – « Affinity I » – Lion

© Brad Wilson – « Affinity I » – Chimpanzé

© Brad Wilson – « Affinity I » – Tigre

© Brad Wilson – « Affinity II » – Gris du Gabon

Pour découvrir le reste du travail de Brad Wilson, voici son site internet.