D’anciennes villes secrètes, des zones d’expérimentations technologiques, spatiales et nucléaires, et des bases militaires scientifiques anciennement actives sous l’Empire soviétique, mais aujourd’hui abandonnées… Ce sont ces vestiges mystérieux qui constituent le dernier projet photo-documentaire du russe Danila Tkachenko, intitulé « Restricted Areas » (« zones interdites »).

© Danila Tkachenko - "Restricted Areas"

© Danila Tkachenko – « Restricted Areas »

Le jeune photographe de 27 ans, qui se dit plutôt « artiste visuel travaillant en photographie documentaire », explore depuis le début les travers de cette tendance de l’humanité à placer tous ses espoirs dans le progrès technologique jusqu’à l’utopie. Son projet « Lost Horizon » qui documente les traces de l’utopie technologique de l’URSS à travers d’anciens objets et armes anciennement conçus pour son attirail militaire de pointe en est un exemple.

Mais ce qui est lié le plus à sa série « Restricted Areas », c’est le projet « Escape » pour lequel il rencontre et documente les vies de ceux qui ont choisi de vivre en marge de la société pour échapper à ce progrès technologique frénétique. « Restricted Areas » se construit justement comme une critique de ce progrès technologique voué à des fins utopiques.

© Danila Tkachenko - "Restricted Areas"

© Danila Tkachenko – « Restricted Areas »

Pour cela, il parcourt largement la Russie à la recherche de vestiges et bâtiments en ruines, auparavant des symboles architecturaux et technologiques de la volonté de puissance planétaire de l’URSS. Mais aujourd’hui tous ces endroits sont laissés à l’abandon et leur rôle central dans cette idéologie utopique de la technologie n’est plus qu’un souvenir.

Il débute ce long parcours documentaire en 2011 après avoir découvert dans la ville de sa grand-mère, Ozyorsk, que cette zone a été utilisée autrefois pour un premier essai de bombe nucléaire en 1957. Cet essai s’est soldé à l’époque par un échec et surtout un accident ayant mené par la suite à une contamination de l’eau, source de maladies chroniques et dévastatrices pour les habitants de la zone.

© Danila Tkachenko - "Restricted Areas"

© Danila Tkachenko – « Restricted Areas »

Danila Tkachenko mène ensuite d’intenses recherches afin de découvrir et d’atteindre ces zones autrefois interdites et préservées secrètes, non recensées des cartes publiques. En s’interrogeant sur ce qu’il peut rester après le progrès technologique, il cherche à dessiner la représentation d’un futur post-apocalyptique, mais pas seulement.

Il explore l’idée que les Humains veulent toujours bien plus que ce qu’ils ont déjà, toujours « meilleur, plus haut, plus fort ». Et que cette quête de la perfection passe par la poursuite effrénée et sans fin d’un progrès technologique qui peut souvent échouer et ne donner naissance qu’à des chimères. Mais surtout, on trouve en filigrane une critique des gouvernements d’États, qui dans l’exemple d’Ozyorsk, se préoccupent souvent bien peu du sort de leurs populations mais cherchent à répondre avant tout à leur développement et à leurs intérêts.

© Danila Tkachenko - "Restricted Areas"

© Danila Tkachenko – « Restricted Areas »

Ainsi, ses photos rendent compte de cette interprétation critique de notre monde : ces paysages à peine visibles sous la neige, le ciel laiteux et le brouillard épais semblent comme figés dans un monde surréaliste et post-apocalyptique. Ce qui est d’ailleurs l’intention de Danila Tkachenko expliquant qu’il attend ce type de temps pour prendre ses photos afin de créer une distance avec l’observateur et une sensation de néant. Épurées, minimalistes, presque mystiques, et exemptes de tout humain, elles concentrent toute l’attention sur l’objet principal, le bâtiment abandonné, ou le vaisseau déserté.

© Danila Tkachenko - "Restricted Areas"

© Danila Tkachenko – « Restricted Areas »

Par leur aspect graphique et même cinématographique, les photos semblent être tirées tout droit d’un film de science-fiction, d’un monde abandonné et dévasté par ses habitants. Ce qui nous amène justement à nous interroger sur notre propre rapport au monde, à ce que l’on lui fait subir et ce à quoi il pourrait ressembler dans quelques décennies.

Bien que conçu comme un projet pour exposition, « Restricted Areas » a ensuite été tourné en livre photo après avoir remporté l’European Published Award for Photography 2015. Il a d’abord été publié chez Dewi Lewis Publishing, puis chez Actes Sud en 2016 en France. Le livre est disponible sur Amazon à partir de 26 euros.

© Danila Tkachenko - "Restricted Areas"

© Danila Tkachenko – « Restricted Areas »

© Danila Tkachenko - "Restricted Areas"

© Danila Tkachenko – « Restricted Areas »

© Danila Tkachenko - "Restricted Areas"

© Danila Tkachenko – « Restricted Areas »

© Danila Tkachenko - "Restricted Areas"

© Danila Tkachenko – « Restricted Areas »

© Danila Tkachenko - "Restricted Areas"

© Danila Tkachenko – « Restricted Areas »

© Danila Tkachenko - "Restricted Areas"

© Danila Tkachenko – « Restricted Areas »

Pour en connaître plus sur l’univers photo de Danila Tkachenko, allez jeter un coup d’oeil à son site internet.