Cette vidéo, « Streets », est le fruit d’une collaboration expérimentale entre le réalisateur, conteur visuel et directeur de la photographie, Tim Sessler, et l’entreprise américaine spécialisée dans les systèmes de mouvement pour caméras, drones, stabilisateurs et véhicules télécommandés, Freefly Systems.

Tim Sessler, qui travaille pour de nombreux groupes (Google, Facebook, Intel, Apple…) et planche sur plusieurs projets personnels très esthétiques, est un véritable perfectionniste cherchant toujours à atteindre le point ultime qui combine histoire intéressante et visuels cinématographiques de qualité. En collaborant avec Freefly sur cette vidéo, l’idée était de tester les capacités de cette nouvelle technologie de pointe en réalisation de films tout en représentant le dynamisme, l’énergie et la diversité caractéristique de la Grosse Pomme.

L’équipe a utilisé deux véhicules télécommandés, des TERO, les bijoux de Freefly qui sont agrémentés d’un stabilisateur MoVi M10 et M15 de qualité. A ces deux véhicules ont été ajoutées une caméra Phantom Miro LC320S, capable d’enregistrer entre 1500 à 2000 fps (frames per second = images par seconde), et une caméra Red Epic Dragon qui peut enregistrer des vidéos en 6K. Au vu de l’équipement employé, on comprend alors le résultat de remarquable de la vidéo qui offre un rendu de ralenti extrêmement fluide et lent et une excellente qualité d’image.

Pour montrer la réalisation de ce film, Freefly a également partagé une vidéo « Behind the Scenes » (« Dans les coulisses ») où l’on voit le véhicule TERO être contrôlé via un panneau de contrôle incluant un écran et un grand nombre de commandes et joysticks. Il est expliqué que le TERO est capable de monter jusqu’à 40 miles par heure, c’est-à-dire environ 64 km/h… Une vitesse qui permet d’expérimenter dans toutes sortes de situations en ville !

Voici la vidéo « Behind The Scenes » du film réalisé par Tim Sessler :

Ainsi, que ce soit les passants, le skateur, les ballons d’eau, le chien en pleine course, tous les sujets sont sublimés dans leur mouvement capté au ralenti poussé jusqu’à l’extrême. En fait, la caméra suit le sujet à une vitesse supérieure, le dépassant rapidement en quelques secondes, tout en filmant jusqu’à 2000 fps. Cette combinaison donne cet effet de mouvement, cette impression que l’arrière-plan se déplace vite alors même que le sujet semble presque faire du surplace. « It’s as if time was almost standing still » (« C’est comme si le temps était suspendu »).