Longtemps attendu, Sony vient d’annoncer son nouveau boîtier mirrorless plein format, l’Alpha 9 (ILCE-9), lors de la remise des Sony World Photography Awards à Londres. Après le succès de sa gamme A7, Sony compte bien s’attaquer aux Nikon D5 et Canon EOS-1DX Mark II en proposant un nouveau boîtier plein format professionnel et taillé pour le sport.

Nous avons pu prendre en main le boîtier le temps d’une présentation et voici notre première impression. Celle-ci sera complétée par un test complet dès qu’une version finalisée du Sony A9 nous sera présentée.

Sony A9

Sony A9

Sony A9 : un Sony A7 gonflé aux hormones

Le Sony A9 s’inspire directement du Sony A7RII : un capteur plein format stabilisé sur 5 axes dans un boîtier mirrorless compact et léger (673g).

Avec l’A9, Sony introduit un nouveau capteur rétroéclairé CMOS BSI Exmor RS plein format de 24,2 Mpx. Ce capteur empilé intègre directement une mémoire DRAM ce qui permet un traitement des données 20 fois plus rapide qu’un capteur traditionnel.

Capteur rétroéclairé CMOS BSI Exmor RS plein format de 24,2 Mpx du Sony A9

Capteur rétroéclairé CMOS BSI Exmor RS plein format de 24,2 Mpx du Sony A9

Couplée au nouveau processeur BIONZ X, cette prouesse technologique permet au Sony A9 d’arborer fièrement une prise de vue continue de 20 i/s, sans voile noir (black-out) dans le viseur, jusqu’à 241 images de suite au format RAW et 362 images au format JPEG. Cette cadence et capacité de tampon sont une première pour un boîtier plein format. La rafale descend à 12 i/s en RAW non compressé.

Le Sony A9 dispose d’un obturateur mécanique avec une vitesse maximale de 1/8 000 s, mais intègre aussi un obturateur électronique pour une prise de vue silencieuse et une vitesse maximale jusqu’à 1/32 000 s (en mode S et M).

Sony A9

Sony A9

Le viseur électronique est un Quad-VGA OLED Tru- Finder de 3,68 millions de points avec agrandissement de 0,78x. Sony offre ici un viseur plus lumineux et plus confortable que ses précédents boîtiers. Le taux de rafraîchissement est personnalisable, de 60 i/s à 120 i/s. Les premiers tests nous permettront de confirmer cela, mais on peut aujourd’hui dire que le viseur électronique a bien évolué et constitue une alternative envisageable, même pour les photographes professionnels les plus exigeants.

La sensibilité ISO du boitier va de 100 à 51 200 ISO et jusqu’à 204 800 ISO en mode étendu. À noter que cette valeur maximale est obtenue uniquement avec l’obturateur mécanique, l’obturateur électronique plafonnant à 25 600 ISO.

Le nouveau capteur rétroéclairé de 24,2 Mpx couplé au processeur BIONZ X promet une meilleure qualité en haute sensibilité. Nous n’avons malheureusement pas pu réaliser d’images et attendons de tester le boîtier en profondeur pour nous exprimer à ce sujet.

Une ergonomie améliorée par rapport à la gamme A7

D’un point de vue ergonomie, Sony a fait quelques ajustements par rapport aux boîtiers A7. À l’arrière, un joystick fait son apparition pour déplacer la zone de mise au point. Il est déjà possible de réaliser cela grâce à l’écran orientable et tactile, mais c’est sûrement une façon de séduire les Canonistes : « vous voyez, vous retrouvez votre petit joystick juste ici ». Ce joystick est cependant configurable pour d’autres fonctions.

Sony A7RII (en haut) et Sony A9 (en bas)

Sony A7RII (en haut) et Sony A9 (en bas)

Une touche AF-On permet également de faire la mise au point indépendamment du déclenchement, une habitude dont vous ne pourrez vous passer une fois que vous y aurez gouté.

Une nouvelle couronne sur la partie supérieure gauche permet également de régler rapidement la vitesse de prise de vue (image unique, rafale basse, rafale haute, moyenne ou basse, bracketing, retardateur) ainsi que le mode de mise au point. Le bouton d’enregistrement vidéo est enfin placé à un endroit pratique qui tombe directement sous le pouce droit.

Sony A7RII (en haut) et Sony A9 (en bas)

Sony A7RII (en haut) et Sony A9 (en bas)

Pour les grandes mains, une poignée GP-X1EM permet d’améliorer la préhension du boîtier en prolongeant le grip.

poignée GP-X1EM

Poignée GP-X1EM

Un boîtier taillé pour le sport

Avec le A9, Sony s’adresse directement aux photographes sportifs. Les JO de Tokyo étant en 2020, il fallait frapper fort pour séduire ces utilisateurs exigeants en quête de performances.

Traditionnellement, très peu de photographes sportifs utilisent des boîtiers mirrorless, car ces derniers, jusqu’à maintenant, n’égalaient pas leurs compères à visée optique sur les performances de vitesse et de suivi AF. La rafale de 20 i/s en RAW et sans grip du Sony A9 pourrait changer les choses.

Sony A9

Sony A9

En ce qui concerne l’autofocus, le Sony A9 dispose du 4D Focus sur 693 points AF à détection de phase sensibles jusqu’à -3 IL, couvrant 93% de la zone d’image. Cette couverture étendue est un véritable atout face aux Nikon D5 ou Canon EOS-1DX II et permet un suivi des sujets même sur les bords de l’image. Pour s’assurer d’un suivi précis, le Sony A9 réalise 60 calculs de suivi AF/AE par seconde.

En termes de confort de visée, l’absence de voile noir (black-out) lors de la prise de vue, même en mode rafale haute, permet de suivre l’action sans interruption. C’est essentiel pour ne pas rater le moment précis et sera utile pour les photographes sportifs, d’actualité, mais aussi pour les photographes animaliers.

Le duo capteur CMOS BSI Exmor RS et processeur BIONZ X garantit également une prise de vue silencieuse et sans distorsion avec la visée électronique, grâce à une vitesse de traitement des données ultrarapide. Cette absence de distorsion permet aux photographes capturant des mouvements rapides de réussir leurs images. De plus, l’absence de miroir et l’usage de l’obturateur électronique permettent de réduire le bruit du boîtier et les vibrations, une condition essentielle pour certains photographes photographiant dans des situations où le silence ne doit pas être interrompu (concert, spectacle, animalier, sport de concentration, etc.).

Le boîtier a été présenté par Sony comme « weather resistant » et dispose donc d’une protection contre la pluie et la poussière, mais n’est pas complètement tropicalisé. Ici, Sony préfère sûrement en promettre un peu moins, quitte à délivrer plus sur le terrain.

Sony A9 : une construction en alliage de magnésium

Sony A9 : une construction en alliage de magnésium

Ethernet, double emplacement cartes SD et meilleure autonomie

Pour séduire les professionnels, Sony a apporté trois nouveautés à l’Alpha 9 : meilleure autonomie, double slot SD et port Ethernet.

Une nouvelle batterie rechargeable NP-FZ100, avec une autonomie 2,2 fois plus élevée que la NP-FW50 (2 280 mAh contre 1080 mAh) permet d’améliorer l’endurance du boîtier. Cette batterie donne une autonomie de 450 vues avec viseur et 600 vues avec l’écran. Cette autonomie supérieure est la bienvenue, mais entraîne le changement de format de la batterie, qui n’est pas compatible avec les précédents boîtiers mirrorless Sony. Une poignée verticale (VG-C3EM) permet de stocker 2 batteries et de recharger.

Un port Ethernet sur un hybride, une première

Un port Ethernet sur un hybride, une première

Si ce n’est pas suffisant, Sony a pensé aux utilisateurs pros en lançant également un adaptateur multi-batteries NPA-MQZ1K qui servira d’alimentation externe avec 4 batteries et sert également de chargeur rapide. L’adaptateur est vendu avec 2 batteries rechargeables NP-FZ100.

Adaptateur multi-batteries NPA-MQZ1K

Adaptateur multi-batteries NPA-MQZ1K

Le Sony A9 intègre également un double emplacement SD, nouveauté attendue sur la gamme Alpha de Sony. Ce double slot permet au photographe de gérer l’enregistrement de ses données de manière plus flexible et sécurisée. Le premier emplacement est compatible UHS-II.

Enfin, pour finir de séduire les photographes de sport ou d’actualité « ultra-connectés », le Sony A9 intègre par défaut un port Ethernet sur le côté du boîtier. Ce port permet le transfert rapide de fichiers vers un serveur FTP, passage obligatoire pour les photographes de sport ou d’actualité. Le port est intégré directement au boîtier, sans nécessiter de poignée additionnelle, ce qui est une prouesse d’ingénierie lorsque l’on sait que le Sony A9 n’est pas plus gros que le Sony A7.

Comment est-ce que Sony a pu faire autant de place pour ajouter un double slot SD et un port Ethernet ? Selon un représentant de Sony, le système de stabilisation du capteur a été miniaturisé. Accueillir autant de nouveaux éléments dans un boîtier sans ajouter d’embonpoint au boîtier par rapport au Sony A7RII reste une belle prouesse d’ingénierie chez Sony.

SonyA9-Phototrend-A9_rear-Large

Vidéo 4K

En plus de proposer des performances photo de haut vol, le Sony A9 propose l’enregistrement de vidéos en 4K (3840 x 2160 pixels) sur toute la largeur du capteur, sans crop, avec une lecture complète des pixels. L’appareil capture en 6K puis suréchantillonne la vidéo pour obtenir une vidéo 4K de qualité.

Le format Super 35mm ainsi que la Full HD à 120 i/s jusqu’à 100 Mbits/s sont supportés.

Le Sony Alpha A9 dispose d’une prise de son stéréo, d’une entrée micro et d’une sortie casque.

Prix et disponibilité du Sony A9

Le Sony A9 sera disponible en Europe à partir du mois de juin 2017, pour un prix public de 5 300€ nu.

Ce tarif propulse le Sony A9 comme boîtier le plus cher de la marque, surtout après la baisse tarifaire récente des A7R II et A7S II. Mais ce tarif est à mettre face aux hautes capacités de ce boîtier, résolument dédié aux professionnels de l’image. Comparé à un Nikon D5 ou à un EOS-1DX II, ce tarif est tout à fait dans les clous, et aujourd’hui mirrorless ne rime plus avec qualité d’image ou performances inférieures.

Un nouvel objectif, le Sony FE 100-400mm F4.5-5.6 GM OSS G Master – le plus long zoom sur monture FE Sony – sera également disponible à partir de juin au tarif de 2900€ environ.

Sony FE 100-400mm F4.5-5.6 GM OSS G Master

Sony FE 100-400mm F4.5-5.6 GM OSS G Master

Vidéos de présentation Sony

Voici diverses vidéos de présentation (en anglais) de Sony pour découvrir les nouvelles fonctionnalités de ce boîtier :

Notre premier avis sur le Sony A9

Cela faisant longtemps que vous attendions un nouveau boîtier de la gamme Alpha chez Sony. L’A9, arrivé par surprise alors que l’on attendait plutôt un A7R III ou A7S III, vient montrer que Sony est prêt à en découdre sur le marché des professionnels et du haut de gamme face à Nikon et Canon, ses deux principaux concurrents sur ce marché.

Le Sony A9, que nous avons pu prendre en main rapidement à Londres durant sa présentation, est très prometteur : il réussit le tour de force de proposer un boîtier réactif, discret et silencieux tout en satisfaisant les besoins des professionnels de l’image (port Ethernet, double slot SD, autonomie améliorée et accessoires dédiés). Sony, le roi des capteurs, continue avec le A9 d’innover et de tirer le marché de la photographie vers le haut.

Nous ne pouvons pas encore nous prononcer sur la qualité d’image du boîtier, car nous sommes malheureusement arrivés trop tard durant la présentation pour réaliser des images avec, durant une session de gymnastique et boxe organisée par Sony pour montrer les prouesses de sa rafale à 20 i/s silencieuse.

Nous attendons donc avec impatience de pouvoir prendre en main ce boîtier plus longtemps pour nous faire une idée définitive, mais la guerre est bel et bien lancée face à Nikon et Canon sur le marché des professionnels du sport, de la photo animalière ou même de l’événementiel.

Et vous, que pensez-vous de cette annonce de la part de Sony ?

  • tshaw

    donc en fait il n’y a pas eu de prise en main 🙂

    • Si, et comme je le dis dans l’article, nous attendons de pouvoir l’avoir en test pour publier un test complet, là il s’agit d’une présentation + prise en main afin de partager un premier avis. Mais impossible de prendre des photos ce jour-là malheureusement.

    • tshaw

      je taquine 🙂

      comment est le viseur ? ça révolutionne le genre ?

    • Pas une révolution sur ce point je pense, mais une belle amélioration, notamment en terme de rafraichissement (60 i/s ou 120 i/s) et absence de voile noir lors du déclenchement.

      Le Leica Q a plus révolutionné le genre sur ce point.

  • Vda Olivier

    J’ai essayé de le voir au shop du Sony World Photography Awards… Tous les modèles Sony était là sauf le A9… Juste le catalogue… Ils m’ont dit qu’il arrivait bientôt chez les VRP de la marque.

    • Il ne sort pas tout de suite, encore un peu de patience.

  • Manu2023

    Sport pourquoi pas. Je suis dans le spectacle et une pdv complètement silencieuse a aussi tout son intérêt. Pour bénéficier des 20i/s il faut être en silent shutter. Or ce mode a des effets qui ne sont pas toujours compatibles (et loin de là!) avec les lumieres artificielles. Le sport comme le spectacle se pratique aussi en salle bourrée de ce genre de lumières. Avant de vendre un boitier pour une pratique ou une autre, j’attends de voir des tests dans des situations concrètes. J’espère que vous y penserez !

  • Tom

    Merci pour l’article !

    Par contre, s’il est bien taillé pour le sport, une idée de ses qualités en studio ?

    • En studio, la rafale est moins importante, mieux vaut se tourner vers l’A7RII chez Sony qui offre une meilleure résolution.

  • J & J Photographie

    Bon bah çà fait longtemps que je pense très fort que le reflex vit ses dernières années, et maintenant Sony s’attaque encore à une de leur principale clientèle, les photographes sportifs…A moins que Nikon et Canon se réveille et innove très sérieusement. Dans 2 ans Sony et Fuji les écraseront totalement. En tous cas sur le papier tout est réunit pour avec encore un boitier superbe. Les A7 n’avaient que pour point faible la batterie, ils ont l’air d’avoir compris. Donc hâte de voir les tests.

  • Romain

    La faiblesse de Sony n’est-elle pas son parc d’optique ?
    Pourquoi Canon et Nikon ont-ils tant de retard sur les mirrorless face à Sony ? Ils ont tous les deux des parcs optiques exceptionnelles et un SAV solide. Il ne leur manque plus que l’innovation sur le terrain du Mirrorless ! Peut-être ont-elles peur de phagocyter leur propre gamme de reflex… ce qui serait une mauvaise stratégie.

    • J & J Photographie

      C’est vrai même si je trouve que le parc optique Sony augmente à vitesse grand V. Je pense que pour les pro il y a ce qu’il faut, c’est pour ceux qui ont un budget plus limité que le parc Sony est difficile je trouve

    • Claude B.

      De plus en plus les adapteurs (Des tonnes actuellement disponible) sont de très haute qualités. Ils ont grandement intérêt a s’adapter au marché. Rien n’empêche de se servir de lentille Canon sur une Nikon ou d’une lentille Sony sur Nikon etc… Je ne crois pas qu’il faut demeurer par fidélité avec une lentille de la même famille que la caméra. Avec ma Sony, j’utilise une Tamron monture Nikon, des lentilles de mon vieux Mamiya 645 (45mm, 80mm et 135mm) avec ma Sony e Mount etc…

  • Marc Photographie

    Depuis que je le dit que Sony finira par manger sur la tete de Ca… et Ni…..

  • sarigolepas

    Juste une question: est-ce qu’une porte s’ouvre vers les vidéos HDR avec le sony a9? en effet si on mets une mémoire vive deux fois plus grande dans le capteur on pourrait faire 2 images avec des temps d’exposition et des sensibilités différentes.