Selon un adage attribué au philosophe chinois Confucius, « une image vaut mille mots » … Un proverbe que l’on pourrait contester, mais c’est un autre sujet ! Car il existe aussi des mots qui parlent d’images, et même plus spécifiquement des chansons qui font de la photographie l’un de leurs sujets, sinon leur thème principal.

Que ce soit une courte ligne sur une anecdote, une ode à des moments photographiques ou l’histoire d’un souvenir ravivé par un cliché, la photo s’immisce un peu partout : des textes de Depeche Mode à ceux d’Olivia Ruiz en passant par Paul Simon. On vous propose donc aujourd’hui une liste non exhaustive de chansons, récentes ou non, qui rendent hommage à leur façon, en une courte ligne ou un texte entier, à la photo, aux images et aux appareils.

Paul Simon, « Kodachrome »

C’est en 1973 sur son album There Goes Rhymin’ Simon que Paul Simon décide de dédier une chanson au film couleur mythique et révolu qu’est le Kodachrome. Avant d’être commercialisé en film en 1935, le Kodachrome, marque déposée de Kodak, est tout d’abord un procédé couleur, appelé procédé soustractif, qui consiste à superposer 3 couches en noir et blanc (une pour chaque couleur primaire) qui absorbent les teintes à l’exposition.

La chanson raconte l’histoire d’un garçon qui préfère, aux filles et à l’école, les couleurs de ses photographies prises sur un Kodachrome, et a peur de se le voir enlever par sa mère. Initialement, la chanson devait s’intituler “Comin’ Home” (Aller à la maison), mais Paul Simon trouva le titre Kodachrome plus intéressant, et aux sonorités similaires (chrome/home). La chanson mentionne également la marque Nikon.

Olivia Ruiz, « My Lomo and Me (Je photographie des gens heureux) »

Adepte du Lomo depuis plusieurs années, la chanteuse déclare en 2015 au magazine Lomography qu’elle aime explorer “les matières, les paysages, les objets, les sculptures” avec son appareil LC-A. Il n’est donc pas étonnant qu’elle en fasse une chanson de son album Le Calme et la Tempête sorti en 2013.

À travers son texte, elle endosse alors le rôle d’espionne, louant des “chambres d’hôtel aux étages élevés” afin de pouvoir observer les passants et les “capturer” en images. Ainsi c’est le thème du photographe, en particulier du photographe de rue, souvent dépeint comme observateur silencieux, dissimulé, voire même “voyeur”, comme peuvent le critiquer les réfractaires à la photographie “sur le vif”. Cependant, dans sa chanson, Olivia Ruiz donne une raison qui semble modérer cet espionnage: ce n’est que pour étudier l’attitude des “gens heureux” et essayer de leur ressembler qu’elle les photographie.

Ruth, « Polaroid/Roman/Photo »

Le groupe Ruth, composé de Thierry Müller accompagné de la voix de Frédérique Lapierre, est un groupe français des années 80 apparenté au mouvement Cold Wave (Vague de Froid), un sous-genre minimaliste et punk-rock de la New Wave. Sorti en 1985, son seul et unique album intitulé Polaroid/Roman/photo inclut une chanson du même titre qui s’illustre dans la musique alternative et underground.

La mélodie, entêtante, s’organise autour de bruitages de polaroïd et d’une voix suave féminine. Le texte qui l’accompagne se construit de façon binaire, alternant un même couplet avec un autre qui varie, et multiplie les jeux de mots et les métaphores sensuelles : des “flashs sentimentaux” au zoom à “filtre rose”, le polaroïd devient plus qu’un simple appareil photo!

Bishop Allen, « Click, Click, Click, Click »

Voici maintenant Bishop Allen, un groupe américain de rock indépendant, qui raconte dans l’une des chansons de leur album The Broken String sorti en 2007 une anecdote qui s’apparente à ce que l’on appelle aujourd’hui le “photobombing”. Cette tendance à apparaître visiblement sur une photographie à laquelle on n’est pas invité initialement devient de plus en plus populaire avec le développement des appareils numériques et des réseaux de partage.

Ici le sujet de la chanson semble faire la même chose, mais au mariage d’une certaine Maria qu’il ne connaît pas. Il s’incruste délibérément sur les photos de famille, ce qui semble faire rire le frère de la mariée… qui redemande encore des photos (d’où le titre)! Le texte développe ainsi un sujet humain, ordinaire, tel qu’un mariage, à travers l’oeil de la photographie, ici représentée comme témoin de la présence d’individus.

Pierre Perret, « La photo »

Eh non, Pierre Perret n’a pas écrit uniquement la chanson du Zizi. Il s’est aussi inspiré d’autres sujets qui l’ont amené à composer des textes variés, aux thèmes plus sociaux, engagés ou humains tout simplement. Parmi eux l’on peut citer Lily ou Nos amies les bêtes. Sortie en 1976, la chanson La Photo, quant à elle, n’est certes pas engagée, mais aborde un sujet du quotidien avec une certaine justesse qui permet de s’identifier à la situation facilement.

Cette chanson relate la difficulté d’un “tonton”, heureux propriétaire d’un nouvel appareil photo “perfectionné” (mais ancien, aujourd’hui!), à photographier sa famille devant le monument de Châteauroux et à se familiariser avec la technique. L’ensemble du texte fait un tour de passe-passe entre « le focal », l’obturateur, le cylindre, tous destinés à rendre l’oncle encore plus confus.

The Lucksmiths, « Camera-Shy »

Camera-Shy sort pour la première fois en 2003 sur l’album Naturaliste du groupe australien de pop-rock indépendant, The Lucksmiths. Le titre explicite que l’on peut traduire comme le fait d’être timide face à l’objectif résume le malaise du personnage de la chanson qui se fait prendre en photo par quelqu’un sur un Polaroïd, mais qui ne le supporte pas et manifeste sa nervosité.

En plus d’évoquer le manque de confiance en soi ou même la haine de soi, le morceau questionne le rôle de la photographie en tant que trace du passage des individus sur Terre: le protagoniste de la chanson, bien au contraire, ne veut pas être photographié, car il ne souhaite pas que l’on se souvienne de lui.

Depeche Mode, « Photographic »

C’est en 1981 sur leur album Speak and Spell que le groupe anglais réputé Depeche Mode partage le morceau Photographic, remastérisé en 2006. Ce n’est pas la seule chanson qui évoque la photo puisque le titre A photograph of You est diffusé un an plus tard.

La chanson, au texte plutôt court, mentionne plutôt succinctement la photographie, mais en jouant sur les mots: le pléonasme “Photographic Picture” (Image photographique ou Photo Photographique, selon le sens donné au second mot) côtoie l’opposition “Dark room / Bright Light” (Chambre noire / Lumière vive). Ces paroles imagées accompagnées d’une mélodie au synthé et au rythme rapide créent un ensemble solennel.

The Who, « Pictures of Lily »

Le morceau Pictures of Lilyest parmi l’un des singles les plus connus du groupe The Who qui a fait parti des 5 meilleurs titres sur la radio britannique à sa sortie en 1968. La chanson s’inspire d’un portrait d’une ancienne comédienne de théâtre que le compositeur et guitariste Pete Townshend se souvient avoir vu accrochée dans la chambre de sa petite amie de l’époque et où l’on pouvait lire “Voici une autre photo de Lily”.

Dans la chanson, un jeune homme, insomniaque, qui finit par trouver le sommeil (et le plaisir) grâce aux photos d’une jeune fille, Lily, que son père lui offre et qu’il accroche au-dessus de son lit. Ici c’est le pouvoir réaliste de la photographie qui est abordé, puisque le protagoniste fantasme sur le portrait et imagine la fille réelle… qui s’avère ne plus être en vie! Ainsi, le réalisme de la photographie (qui peut être débattu) dévoile l’un de ses effets en transformant un fantasme en une réalité souhaitée.

The Kinks, « Picture Book »

Le sujet central de cette chanson des Kinks, sortie initialement en 1968 sur leur album The Kinks are the Village Green Preservation Society s’intéresse au sentiment qui se crée à la contemplation de moments passés à travers un album-photo. Le morceau a notamment été utilisé dans une publicité pour les produits de HP en 2004 sur la TV américaine.

Ainsi le titre aborde les thèmes du temps qui passe, de ces jours révolus quand tu “étais un bébé et que tu étais heureux”, d’un ancien amour, etc. À travers ces thèmes et le symbole de l’album-photo, la photographie apparaît comme l’unique trace rémanente du passé.

Ed Sheeran, « Photograph »

Malgré son titre explicitement rattaché à la photographie, le morceau du chanteur britannique Ed Sheeran se consacre bien plus à l’amour que la photographie ne fait que représenter, via un cliché du couple en particulier. Appartenant à l’album X sorti en 2014, le chanteur s’est en effet inspiré de sa propre expérience avec sa petite amie de l’époque et de la relation à distance qu’ils avaient dû entretenir durant sa tournée mondiale pour composer la chanson.

Ici la photo n’est donc qu’un accessoire dont le rôle est de rendre l’absence de l’être aimé moins difficile. Elle est alors symbolisée par le cliché que l’on peut “mettre dans sa poche”.

Mentions spéciales:

OutKast, « Hey Ya! »

Bien que le hit du groupe de hip-hop américain, OutKast, écrit par André 3000 pour son album de 2003 ne centre pas du tout son thème principal sur la photographie, mais plutôt sur une relation amoureuse menaçant de se terminer, son texte contient une ligne qui est devenue aussi populaire que le rythme entraînant du morceau: Shake it like a Polaroid picture (Secoue-la comme une photo polaroid).

Vers la fin du morceau, le protagoniste compare donc la relation amoureuse bancale à une photo Polaroïd qu’il faudrait secouer pour la faire apparaître plus rapidement. Les premières versions Polaroid nécessitaient en effet un temps de séchage en sortant de l’appareil, et les secouer pouvaient accélérer le processus. Cependant, le système actuel permet de développer des tirages déjà secs en sortie, il est même ainsi déconseillé de les secouer au risque de les abîmer.

Matt Pokora, « Juste une photo de toi »

Voici une autre mention spéciale pour une autre chanson qui mentionne la photographie uniquement en tant qu’objet-symbole de l’amour (ici d’un amour fini). Présent sur l’album Mise à jour de 2007, le single raconte l’histoire d’un homme qui ne peut supporter sa rupture et s’accroche à tout ce qui reste, à savoir une photographie de son ex. La chanson ne rencontre qu’un accueil modéré à sa sortie.

Autres propositions par nos lecteurs (MAJ du 13/01/2017) :

R.E.M avec Nathalie Merchant, « Photograph », proposé par Catherine

R.E.M, le groupe américain rock formé en 1980, s’est associé à la chanteuse Natalie Merchant pour ce morceau, qui sort sur une compilation du label Rykodisc, titré Born to choose. Dans cette chanson, le narrateur trouve une photo en noir et blanc d’une inconnue et finit par s’imaginer la vie de cette personne au moment de la prise. Ce thème est universellement lié à la photographie : observer un portrait nous amène souvent à réfléchir à la vie du modèle, à ses ressentis au moment de la photo, etc.

Yves Duteil, « Flagrant Délice », proposé par Joëlle

C’est en 2012 que la chanson « Flagrant Délice » sort sur l’album du même nom réalisé par Yves Duteil. Le chanteur français y raconte ses séances photo avec celle qu’il immortalise avec son Nikon. Le texte s’appuie sur les jeux de mots autour du vocabulaire photographique (“oeil du photographe”, “zoom”, “viseur”) en donnant une lecture plus sensuelle voire érotique, comme l’illustrent bien ces quelques lignes récurrentes: “Pour entr’ouvrir ma chambre noire Et te prendre en flagrant délice De l’autre côté du miroir”.

Chanson disponible dans son intégralité pour les inscrits de Deezer.

MC Solaar, « Zoom », proposé par Marie

On connaît MC Solaar pour son style hip-hop/rap et la qualité littéraire de ses textes. Dans cette chanson, de l’album Paradisiaque sorti en 1997, les jeux de mots et homonymes sont toujours au rendez-vous accompagnés par un style un peu plus funk. Les références et les marques fusent (Pentax, Leica, le “nippon Nikon”, “on m’a Canonisé”) et les mots d’esprits s’articulent aux rimes et aux sonorités : “C’est le con ! Cave ! Qu’on vexe sans se fouler”, “j’ai gâche des péloches, Avenue Foch, c’est moche”.

Gilles Gabriel (Alain Chabat), « Flou de toi », proposé par Julie-Mattéa

Cette chanson n’est pas parue en 1984 en réalité, mais elle est tirée d’un film de 2008, La Personne aux deux personnes, réalisé par Nicolas et Bruno. Alain Chabat y interprète Gilles Gabriel, un chanteur des années 80 dont le single “Flou de toi” devient un tube à l’époque (et sur youtube aujourd’hui !). Parodiant le style des années 80, les paroles s’amusent autour du vocabulaire photographique.

Bénabar, « Les épices du Souk du Caire », proposé par Marc

Cette chanson fait partie du 4ème album du chanteur intitulé Reprise des négociations sorti en 2005. Dans ce morceau qui peut paraître désillusionné mais pourtant lucide, Bénabar s’interroge sur la nécessité de prendre autant de photos aujourd’hui, de nos vacances, nos vies quotidiennes, nos sorties à la mer, et de toutes les conserver dans des albums poussiéreux ou sur de vieux disques durs pour ne plus jamais les regarder. Il s’attaque là à une question sempiternelle du rôle de la photographie, en particulier depuis l’arrivée des appareils numériques : doit-elle être un simple témoin visuel d’un amoncellement de souvenirs ? Ou bien un outil artistique à utiliser avec parcimonie ? Doit-on prendre le plus de clichés possibles ? Ou réfléchir avant de déclencher ?

Chanson disponible dans son intégralité pour les inscrits de Deezer.

Weezer, « Photograph », proposé par Vincent

Initialement connue sous le titre “If You Want It” (Si tu le veux), la chanson “Photograph” du groupe américain de rock alternatif Weezer, est sortie sur l’album éponyme en 2000. Le thème central n’est pas celui de la photographie, mais plutôt de la capacité à se surpasser et atteindre son rêve (ou amour). Cependant le refrain tourne autour de la phrase “It’s in the photograph” qui sous-entend que le rêve est juste là, à portée de main (ou dans le cadre de la photo si vous préférez) et qu’il suffit de l’attraper.

Imagine Dragons, « Polaroid », proposé par François

« Polaroid » est un titre appartenant à l’album Smoke + Mirrors (2014) du groupe américain de rock, Imagine Dragons. Là encore, la chanson ne fait pas de la photographie son sujet principal et ne fait que de la mentionner comme métaphore de l’amour. Le refrain répète ainsi que “Love is a polaroid, better in picture but never can fill the void” qui signifie “L’amour est comme (une photo) polaroïd, bien mieux sur l’image, mais sans être capable de combler le vide (le vide du coeur ici)”.