Julie et Renaud sont les deux photographes et voyageurs derrière le blog Carnets de traverse. Ils ont remporté les Gram Awards 2016 dans la catégorie voyage et nous avons voulu en savoir un peu plus eux et leur site qui est devenu une référence dans le petit monde des carnets de voyage.

Voici notre interview.

© Carnets de traverse

Avant tout, pouvez-vous vous présenter ?

Nous sommes Julie et Renaud, un duo de photographes voyageurs qui partagent leurs voyages et road trips sur leur blog Carnets de traverse ! Avant de passer à plein temps sur le blog, nous étions tous les deux directeurs artistiques dans des agences de pub à Paris. Aujourd’hui nous vivons de nos photos de voyage et de notre blog : sympa comme métier, il faut bien l’avouer !

© Carnets de traverse

Comment est né Carnets de Traverse ?

Carnets de traverse est né en 2007 avec la ferme volonté de partager un maximum de photos, carnets de voyage, bonnes adresses… On travaillait déjà dans l’univers du web, c’est venu assez naturellement, même si à cette époque il n’y avait quasiment pas de blogs voyage 🙂

© Carnets de traverse

Quel a été, pour chacun, votre premier appareil photo ?

Pour Renaud ça a été un Leica M6 aux Beaux Arts de Bordeaux ! Quant à moi, qui suis une scientifique de formation, c’est vraiment sur le tard que je m’y suis mise, ça a été un réflex argentique, un Olympus PEN FT ! Très sympa, un demi-format, ce qui coûtait moins cher en tirages.

Pour les gens qui ne vous connaissent pas, pourquoi voyagez-vous autant ?

On est accros je crois, c’est comme une drogue ! Partir sur les routes provoque un sentiment de liberté, d’épanouissement, de curiosité qui nous comble. Et puis pour des photographes, quel bonheur d’avoir chaque jour de nouvelles merveilles devant soi à photographier.

© Carnets de traverse

En quoi Instagram est-il important pour partager vos photos de voyage ?

Instagram est devenu l’un de nos deux réseaux préférés (avec Facebook), car il est vraiment basé sur la photographie, l’esthétique, le bokeh, les sensations. C’est tout ce qui est le plus important pour nous. Plus qu’une carte postale, nous essayons de travailler l’émotion du voyage, et Instagram est un formidable média pour cela, les gens y sont très réceptifs, et sensibles (comme nous :)).

© Carnets de traverse

Question de Guillaume Flandre, Jury Gram Awards : Vous êtes deux, comment vous partagez-vous les photos lors d’un voyage ? Avez-vous un style différent ? Puis-je reconnaître une photo de Julie par rapport à une photo de Renaud ?

Je ne pense pas que vous puissiez reconnaître 🙂 Nous photographions avec deux Leica M9 (oui, c’est un peu old school !), un 28mm et un 50mm. Nous échangeons les deux focales au cours de la journée, selon les envies, les inspirations. Nous avons le même style, je crois. Nous avons approfondi la photo ensemble à vrai dire, côte à côte, sur la route pendant toutes ces années. Je serais incapable de vous dire qui a pris une photo, plutôt qu’une autre. C’est vraiment un travail de duo, au-delà du personnel… Il n’y a plus de « Julie » ou de « Renaud », mais un travail commun. Et j’avoue que cela nous convient à merveille.

© Carnets de traverse

Julie, tu utilises souvent un ancien Polaroïd pour photographier. Qu’est-ce qui te plait dans cette pratique ?

J’adore le fait que ce soit quelque chose que tu puisses donner à quelqu’un, là, tout de suite, sur place. J’ai vécu des moments dingues au fin fond de l’Indonésie ou du Mexique grâce à ça. On ne parle pas la même langue, mais l’image est universelle et cela nous rapproche. Ce que j’aime particulièrement aussi, c’est le fait que le rendu soit aléatoire. Tu ne peux pas savoir d’avance ce que ça va donner, si le film est périmé, s’il fait trop chaud, trop froid lorsqu’il se révèle,… Le rendu sera différent. Si quelqu’un l’agite pour le faire sécher plus vite (tout le monde fait ça, c’est incroyable, de Cape Town à Reykjavik), ça laissera une trace de pouce. L’empreinte du moment. C’est vraiment unique, très poétique.

© Carnets de traverse

Quel matériel photo utilisez-vous actuellement ?

Nous sommes des inconditionnels du Leica M9.

© Carnets de traverse

En voyage, comment sauvegardez-vous vos photos ?

On dérushe chaque soir, sur deux disques durs, au cas où l’un des deux viendrait à crasher.

Quels photographes vous inspirent ?

Tellement ! Il y a Stephen Shore, David Hockney, Walker Evans, Ansel Adams, Garry Winogrand, Saul Leiter, Bernd et Hilla Becher et Bernard Plossu… Énormément d’inspiration dans les livres d’art aussi (Turner, Courbet, Hockney, Soulages,…)

© Carnets de traverse

Si vous aviez le choix, quel endroit du monde souhaiteriez-vous photographier ?

Des lieux qui paraissent pleins de mystères comme Angkor Wat, par exemple. S’y perdre doit être envoûtant si on prend le temps de s’éloigner de la foule. Et puis la Patagonie, toutes ces terres sauvages nous attirent irrésistiblement…

© Carnets de traverse

Quels seraient vos conseils pour quelqu’un qui souhaite voyager et faire de la photo ?

Essayer de se décomplexer pour être plus détendu, prendre les photos à sa façon, sans forcément écouter les dogmes. Regardez beaucoup de livres de photo, car voir le travail des grands maîtres est quelque chose de précieux et inspirant ! On ne vous cache pas que c’est difficile et qu’il faut travailler dur pour trouver son style, mais c’est quelque chose de passionnant, et qui ne se termine jamais vraiment. Comme dirait Erik Kim, « Stay on the bus ». En d’autres termes, n’arrêtez jamais de chercher, de vous chercher.

© Carnets de traverse

Quels sont vos futurs projets pour Carnets de Traverse ?

Voyager bien sûr ! Il y a tant d’endroits à découvrir ! On a de nouveaux projets éditoriaux en tête, des choses cools et nouvelles… Mais on ne vous en dis pas plus pour l’instant 🙂

© Carnets de traverse

Le mot de la fin

Merci infiniment pour le Gram Awards, c’est toujours un plaisir de voir son travail récompensé et reconnu ! Merci à nos lecteurs de nous lire aussi nombreux, de leur fidélité depuis tant d’années, d’être aussi passionnés que nous. Et à bientôt sur la route !


Merci Julie et Renaud d’avoir répondu à nos questions. Nous avons hâte de lire vos prochains carnets de voyage.

Vous pouvez suivre Les carnets de traverse sur Facebook et Instagram.