Jeune talent de la photographie française, Yoann Cimier a trouvé l’inspiration de sa série Nomad’s Land depuis la fenêtre de son hôtel avec vue sur les plages blanches de Djerba en Tunisie. Installé dans ce pays depuis quelques années, le photographe sublime de son regard extérieur la culture tunisienne de la plage.

Le titre en lui-même est évocateur, mêlant le « No man’s land » que peut être la plage à certaines heures de la journée et « Nomad’s Land » en référence à la culture bédouine qui se retrouve dans les tentes photographiées.

© Yoann Cimier

© Yoann Cimier

Les photographies de la série se composent de trois éléments : le sable blanc, la mer, le ciel. Comme dans le cadre de la photographie studio avec un fond qui reste identique, Yoann Cimier arrête son objectif sur les éléments rapportés par les habitants pour réaliser ces constructions éphémères, donnant à son travail un caractère hétérogène touchant à l’architecture et au design des matières.

« J’ai tout de suite perçu les qualités architecturales et l’atmosphère poétique de ces tentes minimalistes et colorées gonflées par le vent, toutes semblables et différentes à la fois. »

© Yoann Cimier

© Yoann Cimier

A l’occasion du Festival Circulation(s) pour lequel sa série Nomad’s Land a été sélectionnée par le jury et est exposée au Centquatre jusqu’au 7 août, Yoann Cimier a donné une interview au site L’œil de la Photographie. Il y explique que d’une première fascination pour ces installations de fortune, il l’a transformée en une véritable recherche esthétique et artistique de la mise en valeur de la forme et de la matière, le poussant à sortir photographier au zénith pour saisir l’objet dans la pureté de la lumière.

Yoann précise que la vie de la plage n’était pas ce qui l’intéressait, la dimension humaine se retrouve dans la culture de ces abris temporaires lors des excursions balnéaires des Tunisiens.

© Yoann Cimier

© Yoann Cimier

« Expression formelle de la relation mythique et spirituelle des Djerbiens avec leur environnement, cette micro architecture nomade a pour vertu de nous montrer la possibilité de recréer, à échelle humaine, un petit paradis sur terre. » explique-t-il à propos de sa série.

© Yoann Cimier

© Yoann Cimier 

Retrouvez quelques-unes des photos de la série Nomad’s Land au Centquatre à Paris jusqu’au 7 août 2016 et dans l’album Nomad’s Land, Djerba et autres plages publiques paru aux Editions Lalla Hadria.