Depuis maintenant plus de 10 ans, le photographe Blaise Arnold arpente au petit matin les rues de Paris et de la région parisienne pour immortaliser des traces du passé. Mais pas n’importe lesquelles.

Dans sa série Red Lights, le photographe – amoureux des années 50 – photographie les bistrots et autres enseignes en voie de disparition, en guise de mémoire, mais aussi par amour pour ces lieux symboliques de la classe ouvrière en pleine mutation.

Les Sports. Avenue de Verdun, Ivry-sur-Seine. - © Blaise Arnold

Les Sports. Avenue de Verdun, Ivry-sur-Seine. – © Blaise Arnold

Le Madrigale, Saint-Denis. - © Blaise Arnold

Le Madrigale, Saint-Denis. – © Blaise Arnold

Le Celtic, Montreuil. - © Blaise Arnold

Le Celtic, Montreuil. – © Blaise Arnold

Pour Blaise, le bistrot était « un phare pour les ouvriers » et on comprend mieux ce qu’il veut dire en regardant ses photos. Prises au petit matin avant que le soleil ne se lève et que la vie s’accélère, les néons rouges et violets servent à faire sortir les enseignes du brouillard.

En plus de 10 ans, les bistrots ont déjà bien évolués. Anciennement lieux de rendez-vous incontournables des ouvriers, ils ferment progressivement, l’un après l’autre, ou se transforment en quelque chose d’autre, comme une brasserie, un café plus branché ou un salon de thé.

Pour ce petit fils de bistrotiers, cette série photo apparaît comme un témoignage et un dernier hommage, dans un ton sombre et tout de même assez triste.

Le Gallia, Gentilly. -  - © Blaise Arnold

Le Gallia, Gentilly. – – © Blaise Arnold

L'Ariel, Paris XX. - © Blaise Arnold

L’Ariel, Paris XX. – © Blaise Arnold

Le Pommery, Reims. - © Blaise Arnold

Le Pommery, Reims. – © Blaise Arnold

Le Maryland, Paris XIII. - © Blaise Arnold

Le Maryland, Paris XIII. – © Blaise Arnold

L'Ermitage. Paris XXème - © Blaise Arnold

L’Ermitage. Paris XXème – © Blaise Arnold

Retrouvez l’ensemble de cette série sur le site du photographe et sur Facebook.