En France, il y a aujourd’hui un paradoxe : nous prenons chaque année de plus en plus de photos, mais nous achetons de moins en moins d’appareils photo. La raison ? Un marché du numérique devenu mature, mais surtout la concurrence du smartphone, qui rogne sur les parts de marché des appareils photo compacts.

Selon le cabinet GfK, les ventes d’appareils photo se sont réduites de 18% en 2015 et cela devrait continuer du même ordre en 2016. Un chiffre : 1,5 million d’unités. C’est le nombre de boîtiers photo que les constructeurs devraient vendre en 2016. On est bien loin de l’apogée du numérique en 2010 avec plus de 5 millions d’appareils photo numériques vendus.

Infographie Les Echos

Il faut dire qu’aujourd’hui, les appareils photo sont bien plus perfectionnés qu’avant, on en change moins souvent, mais on utilise aussi bien plus facilement son smartphone pour faire une photo ici et là. Pour certains, notamment les jeunes, la majorité des photos sont réalisées uniquement avec un smartphone, et cela ne semble pas déranger.

Malgré cela, tout n’est pas gris. Si les appareils photo compacts sont directement visés par la concurrence des smartphones, les appareils photo haut de gamme (plus de 500€) résistent mieux. C’est notamment le cas des hybrides : bardés d’options (Wifi, 4K, etc.) et dotés de capteurs toujours plus performants (plein format chez Sony), les hybrides observent une progression des ventes en valeur. En 2014, ils représentaient 9% du marché alors qu’en 2015 leur part a atteint les 12%. Les prix croissants des hybrides permettent de compenser la baisse en volume. « Sur la fin d’année 2015, pour la première fois, le prix moyen des hybrides a dépassé celui des reflex », indique Angela Diaz, analyse de GfK, au journal Les Échos.

Preuve de l’attrait pour le haut de gamme : Leica. En 2015, son chiffre d’affaires en France a progressé de 17 % en un an. Avec un panier moyen de 8000€ selon Christian Moulin, directeur de Leica en France, le haut de gamme séduit.

Heureusement, la photo argentique n’a pas dit son dernier mot, comme le prouve Fujfilm. Alors qu’ils ne vendaient que 100 000 appareils instantanés en 2004, les ventes seraient évaluées à 6,5 millions d’unités en 2016 (chiffre monde).