Au Costa Rica, un évènement a beaucoup fait parler de lui ces dernières semaines : la ponte des tortues olivâtres sur la plage Ostional. Habituellement déserte durant la période de nidification des tortues qui a lieu d’août à octobre, la plage a cette année vu débarquer des hordes de touristes en raison d’un accès par bus permis par l’assèchement d’un cours d’eau.

© Sindicato de Trabajadores de MINAE

© Sindicato de Trabajadores de MINAE

Le résultat, prévisible, a été une invasion de touristes se souciant plus de se faire prendre en photo à côté d’une tortue que de la survie de cette espèce. Cet afflux inattendu a notamment chamboulé la nidification des tortues dont certaines ont tout simplement fait demi-tour vers la mer. En effet, les touristes se trouvaient sur plage, en plein milieu du chemin que devaient parcourir les tortues pour arriver dans la zone de ponte. Lorsque l’on sait que l’équilibre de l’espèce est très précaire en raison d’un taux de survie très faible des jeunes tortues, on comprend mieux pourquoi cet évènement a fait grand bruit au Costa Rica mais aussi dans le monde des protecteurs de la nature.

© Sindicato de Trabajadores de MINAE

© Sindicato de Trabajadores de MINAE

Un rappel s’impose donc : la ponte des tortues marines est régulée et il est interdit de pénétrer sur les plages en période de nidification afin de ne pas perturber ce phénomène naturel. L’observation reste possible, mais bien encadrée et sans aller jusqu’à se rapprocher, toucher ou monter sur les tortues (chose que certains parents ont voulu faire à leurs enfants pour la photo souvenir).

© Sindicato de Trabajadores de MINAE

© Sindicato de Trabajadores de MINAE

© Sindicato de Trabajadores de MINAE

© Sindicato de Trabajadores de MINAE

© Sindicato de Trabajadores de MINAE

© Sindicato de Trabajadores de MINAE

Les autorités ont déjà pris des mesures pour renforcer la sécurité de cette plage pour la prochaine nidification et une enquête est ouverte avant de comprendre comment un tel afflux a été possible. Une chose est sûre, la responsabilité des tours opérateurs locaux devrait être mise en cause.