Après les contrats de Taylor Swift qui ne respectaient pas le travail des photographes, voici une nouvelle affaire qui montre que le métier de photographe de concert est semé d’embûches.

Lors du concert de Johnny Hallyday le 23 juillet 2015 au Paléo Festival de Nyon en Suisse, les photographes pourtant accrédités pour le show ont appris le jour même qu’ils seraient interdits de concert. Seul le photographe officiel était admis à prendre des photos. Même si finalement certains photographes ont pu prendre des photos (depuis la régie), cette actualité offusque de plus en plus les photographes de presse et le syndicat suisse des journalistes Impressum a même diffusé un communiqué pour demander aux rédactions de ne pas publier ces photos « de communication ».

Malheureusement, cette histoire n’est pas un fait isolé. En 2008 par exemple, Etienne Daho demandait aux photographes de ne pas le photographier sous un certain profil, sans faire de plan serré. En réponse, les photographes avaient déposé leurs appareils pour protester contre ces exigences (voir photo de couverture).

Telerama revient dans une enquête sur les récents déboires essuyés par les photographes sur différents concerts et festivals. Dommage que les agents des stars cherchent à contrôler les photos prises par les photographes professionnels alors que pendant ce temps-là le public dégaine son smartphone au premier rang pour immortaliser la scène et la poster en quasi temps réel sur les réseaux sociaux.

Photo de couverture : © Jérome Fouquet / PhotoPQR/Ouest France