Bastien Foucher, astrophotographe que nous avions interviewé sur Phototrend, revient pour vous sur l’annonce du Nikon D810A. Et ce boîtier n’a pas l’air de l’avoir séduit.

Nikon vient d’annoncer le D810A, un boîtier reflex plein format dédié aux astrophotographes qui sera vendu au prix de 3699€. Il reprend le même capteur et l’ensemble des caractéristiques du Nikon D810.

D810A_14_24_front34l.high

Toutefois, pour 500€ de plus par rapport au D810 (lire le test terrain de Phototrend en Islande), de légères modifications sont apportées pour répondre aux besoins de base des astrophotographes : il est possible de faire des poses longues sans télécommande de 15min (900 sec) et le filtre IR-Cut placé devant le capteur de l’appareil photo été remplacé par un filtre spécifique aux besoins de la photographie d’astronomie.

D810A_14_24_front.high

En effet, les filtres IR-Cut placés devant tous les capteurs d’appareil photo (reflex ou non) coupent en grande partie les longueurs d’onde rouges (raie Hα) émises par les grandes nébuleuses du ciel étoilé. Sans ce filtre, le capteur de votre appareil enregistrerait des couleurs que votre œil ne peut pas percevoir : les photos ne correspondraient donc pas à la « réalité ».

© Bastien Foucher - NGC 1499, la nébuleuse Californie

© Bastien Foucher – NGC 1499, la nébuleuse Californie

Par exemple, cette nébuleuse très rouge ne peut être prise en photo qu’avec un boitier modifié.

Les astrophotographes changent donc ce filtre pour le remplacer par un autre, spécialisé pour l’astronomie, à bande passante plus large. On gagne ainsi en sensibilité sur ces objets très faibles, nécessitant plusieurs heures de poses.

Cette modification ne date cependant pas d’hier. Il y a plus de 10 ans, Canon sortait le très cher 20D « a ». Ils ont en ce moment un 60D « a » au catalogue, sorti il y a 3 ans, qui est tout aussi cher pour ce qu’il fait.

Ces reflex dédiés n’ont d’ailleurs jamais eu de succès, car des sociétés se proposent depuis très longtemps de modifier n’importe quel reflex du marché. Il en coûte entre 200 et 500€, ce qui sera au final bien moins cher qu’un boîtier dédié.

L’objectif de Nikon est sans doute de redorer son blason auprès de la communauté des astrophotographes, historiquement équipée en appareils Canon. La raison est simple : les reflex Canon (depuis le tout premier 300D) ont toujours produit de vrais fichiers RAW, non compressés et non anti-bruités, contrairement à la pratique de Nikon. Les temps ont peut-être changé et Nikon cherche à le faire savoir.

Malheureusement, il me semble que le produit que nous présente Nikon ne répond pas aux besoins des astrophotographes. D’une part car les 36Mp de son capteur sont trop petits et donc pas assez sensibles, et d’autre part car son prix est démesuré, le rendant bien supérieur à un reflex standard que vous feriez modifier.

© Bastien Foucher - Barnard 33, la nébuleuse de la tête de cheval

© Bastien Foucher – Barnard 33, la nébuleuse de la tête de cheval

Si vous cherchez à vous lancer dans l’astrophotographie sans caméra « scientifique » (CCD), orientez-vous plutôt vers un Sony A7s modifié (capteur 24×36 aussi, mais avec 12 millions de gros pixels très sensibles), qui sera presque 1000€ moins cher et diablement plus efficace… Vous pourrez en plus l’utiliser avec des optiques d’une autre marque à l’aide d’une bague d’adaptation.

Si vous voulez découvrir le travail de Bastien, vous pouvez le retrouver sur son site web ainsi que sur Facebook.