Dans la province d’Anhui en Chine, Tao Liu, 32 ans, est un employé chargé de relever les compteurs d’eau dans la ville de Hefei. Depuis 3 ans, il profite de ses pauses déjeuner et de son trajet pour photographier la Chine avec un oeil avisé, et surtout déclencher au bon moment pour composer des images pleines de sens, qui font sourire ou réfléchir sur la condition économique et humaine en Chine. A l’aide de son Fuji X100, Tao Liu revisite à sa manière l’instant décisif d’Henri Cartier-Bresson.

© Tao Liu

© Tao Liu

Début octobre, certaines de ses photos ont été diffusées sur Weibo, le réseau social équivalent à Twitter en Chine, et ce fut un succès immédiat. Au bout de 24 heures, ses photos avaient été partagées plus de 40 000 fois, attirant l’attention des médias chinois, et une semaine plus tard, Tao Liu était connu un peu partout en Chine.

Pour Liu, le déclic s’est produit en découvrant le travail du photographe japonais Daido Moriyama, qui a photographié durant plusieurs années les rues du quartier de Shinjuku à Tokyo.

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

Tao Liu est un autodidacte. Pour apprendre la photographie, il s’est souvent rendu dans des librairies chinoises pour consulter des magazines ou des livres photo. Grâce à Internet et à l’utilisation d’un proxy (la Chine censure de nombreux sites étrangers y compris Youtube), Tao a pu consulter des sites photo étrangers, des vidéos de photographes sur Youtube, et surtout poster ses images sur des groupes Facebook dédiés aux photographes de rue en Asie. Grâce à ce cordon avec le reste du monde que constitue Internet, il a pu se faire une certaine réputation auprès de photographes étrangers.

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

Maintenant qu’il dispose d’une certaine célébrité, la question qui se pose est la suivante : va-t-il ouvrir un studio photo ou travailler à plein temps comme photographe pour un journal local ? Pour Tao, la réponse est non. Il préfère laisser retomber la pression et ne pas s’affoler. Mais une chose est sûre, il va continuer à prendre des photos et ne jalousera plus ses amis qui travaillent dans un bureau, car cela le couperait de la rue, son terrain de jeu.

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

© Tao Liu

Vous pouvez retrouver les photos de Tao Liu sur Facebook, Flickr ou bien encore Lofter qui est un équivalent de Tumblr en Chine.