Test du Sony NEX-7

La gamme d’appareils photo NEX est une grande réussite de Sony, qui a su s’imposer comme un acteur majeur du segment hybride. Cette gamme est bien construite, avec un modèle entrée de gamme et simple (NEX-F3), un milieu de gamme (NEX-5 et son grand frère NEX-6) et enfin un haut de gamme (NEX-7). Certains crieront au simple marketing, toujours est-il que ces produits ont des cibles différentes et répondent bien aux besoins : que ce soit dans notre édition 2011 ou 2012 des guides photo de Noël, les produits NEX ont toujours figuré en bonne place.

Aujourd’hui, c’est le haut de gamme qui nous intéresse, plutôt orienté expert. Le NEX-7 est un appareil complet et intéressant, que nous avons testé il y a maintenant quelques mois. Retour sur nos (bonnes) impressions, mitigées cependant par les limites du concept même.

Sony-NEX7

Une prise en main déroutante mais performante

Pour les habitués du reflex, quelle que soit la marque, le passage sur un appareil hybride est déroutant : plus petit, se rapprochant du format compact mais avec un objectif proéminent, la prise en main n’est pas évidente au début. Le grip par exemple que l’on aime bien marqué sur les reflex pour les prendre en main facilement, est ici moins présent. Il faudra bien serrer l’appareil si vous comptez l’utilisez à une main, ou utiliser une dragonne pour plus de sécurité.

Mais de manière générale il tombe étonnamment bien sous les doigts. La molette, une fois que l’on s’y est fait, se révèle pratique et rapide à utiliser. Tous les menus essentiels sont donc facilement accessibles, un gain de temps pour les photographes préférant la prise de vue en auto ou semi-auto. De même, le bel écran s’incline (mais ne pivote pas), ce qui s’avère très pratique à l’usage.

Concluant sur la finition exemplaire : le NEX7 est un plaisir à prendre en main, les matériaux et l’assemblage sont irréprochables.

Sony_NEX7.jpg

Mais qu’en est-il du viseur électronique ? Difficile de se faire un avis sans une utilisation dans la durée, et surtout dans des conditions différentes. Globalement l’affichage est agréable et bien défini. On ne ressent pas tout de suite que le viseur est différent… mais on a du mal à le trouver aussi précis et lumineux que celui d’un reflex. En le comparant avec un D7000 par exemple, on se sent plus à l’étroit avec le NEX. Ne parlons pas du D800… Finalement c’est là aussi la difficulté de l’hybride : oui ce modèle fait mieux que ses concurrents, et oui il fait mieux que les compacts (souvent dénués de viseur). Mais non, il ne fait pas encore aussi bien que le reflex en terme de visée.

Des photos de bonne qualité, sans atteindre les performances d’un reflex dans la prise de vue

Venons-en au coeur du sujet, la qualité des images.

Nos différents tests ont été plutôt concluants concernant le résultat. Voici quelques images prises avec l’appareil (cliquez pour agrandir). Elles sont volontairement non retouchées, cela permet de se faire une idée de ce que l’appareil interprète : les habitués sauront rapidement comment donner à l’image plus de peps. D’ailleurs, la capacité de ce NEX7 à prendre les photos en RAW est un vrai plus pour les experts aimant développer leurs images dans Lightroom & co.

DSC00878

DSC00873

DSC00883

DSC00852

Le flash, sans être très puissant, est bien pratique dans certaines situations. Le mode rafale est lui assez bluffant, permettant de saisir un mouvement en photo sans problème (environ 10 images / seconde).

Mais de manière générale la prise de vue est elle un peu moins convaincante… notamment lorsque l’on vient du reflex. Si vous aviez un compact vous aurez peut-être le sentiment inverse. Concrètement, elle n’est pas aussi rapide, le temps d’affichage de la photo à l’écran est aussi plus long. Le déclenchement n’est lui aussi pas aussi instantané que sur un reflex. Ne soyons pourtant pas trop négatif : ces petits points moins réussis ne gâchent rien au plaisir d’utiliser cet appareil, qui a un format bien plus compact qu’un reflex.

Les hybrides, pour quel usage ?

Le marché de l’hybride est foisonnant, mais tous les acteurs n’ont pas la même réussite et le bon maintien du reflex entrée de gamme montre que l’hybride n’est pas LA solution. Autre frein : la gamme des objectifs est bien plus réduite et pour les plus exigeants aucun modèle haut de gamme ne permet d’exploiter le meilleur du capteur. Certes Sony continue de plancher sur le sujet et a sorti récemment, un 20mm et un 18-200, mais pour quel prix !

En parlant de prix, le Sony NEX-7 est disponible en kit 18-55 mm aux alentours de 1000 euros (1021€ sur Amazon.fr par ex). Ce n’est pas un achat à prendre à la légère. Ce produit est donc entre deux gammes, et à vouloir tout faire il fait tout moins bien qu’un combo compact/smartphone ET reflex ; les pro hybrides répondront qu’il fait mieux que le compact sur certains points et mieux que le reflex sur d’autres.

On en revient toujours au principe du compromis et chacun devra choisir selon son usage : nous sommes intéressés par votre avis sur ces produits, n’hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Ce genre de modèle rencontre la concurrence de nouveaux acteurs tels les Fujifilm X100S ou le Nikon Coolpix A sans parler du Sony RX1. ..tous dotés d’un objectif fixe mais ô combien plus rapides et plus professionnels.

  2. Bonjour,
    Perso j’ai un Sony Nex-3 et un SLT-A55.
    Je n’ai pas le même usage pour le reflex et l’hybride.
    Sur le Nex j’ai le 30mm Macro dédié et je trouve que pour la macro la légèreté et le pratique de l’hybride est très appréciable. Ce que je reproche essentiellement à ce boitier, c’est le manque de viseur -pas le cas sur le Nex-7! 😉 – qui fait défaut surtout par forte luminosité.
    De plus avec un zoom important, je préfère le reflex qui me permet d’être plus « posé ».
    En ce qui concerne le Nex-7, je ne pense pas que je mettrais un tel budget dans un hybride. Je préférerais l’investir dans un reflex.
    Maintenant, c’est sans compter sur le phénomène de mode des hybrides… 🙂

  3. Personnellement, j’adore ce boitier.
    Pour moi, l’idée est d’avoir la même utilisation qu’un boitier Leica. relativement compact, sans le bruit du miroir, et avec une qualité d’image de très haut niveau.
    C’est vraiment pas loin d’être très bien réussi.

    Et rien n’empêche d’y adapter les optiques pour Leica, justement, en MPA manuelle, mais avec un viseur fichtrement bien fait…

    Franchement, pour faire mieux que ça en réflex, il faut mettre très cher, et c’est très gros.

    NB : bientôt un full frame NEX9, apparemment.

  4. J’ai également un nex 3n pour un ballon d’essai… Test réussi, j’en suis enchanté. J’ai un 5D mk 2, un 650D, un 50D, un k5 pentax, et d’autres plus anciens. Bref, je peux faire une comparaison. Je me suis vite fait à l’ergonomie, au menu déroutant, et à l’écran arrière, qui peut se régler pour l’utiliser par forte lumière. Mais l’intérêt est ce côté hybride : j’ai investi dans une bague Novoflex et j’ai remis mes optiques fixes AI Nikon d’une quarantaine d’années et retrouver de très belles optiques avec des grosses bagues en métal et une mise au point fluide très pratique en vidéo, et tourner une bague de diaf… un pur bonheur pour moi. La qualité est vraiment là, et avec un splendide micro contraste. ON savait faire de la belle optique dans les années 70. On peut faire la même chose avec du Canon FD, du Leica. Très bonne fidélité des couleurs, expos nikel. Défaut, le bruit de l’obturateur, et des molettes bien trop souples. Ceci est valable pour tous les nex, et chargement de la batterie par le boitier (achetez un chargeur autonome à 30€)
    Retrouver le plaisir de la focale fixe. Ce ne sont pas des boitiers pour le sport ou l’action ou l’autofocus est moins véloce, mais l’AF est constant ( pas de miroir). Sigma a sorti un 19mm,30mm,60mm, à prix très soft et d’exelente qualité et compacité. Mais voilà on est déja au ful frame encore plus intéressant . on passe discet, mais l’obturateur non. Donc je recommande l’usage de l’hybride pour toutes ces raisons.

  5. J’oubliais ! pour les Nex, la mise au point en manuelle, il y a le sur-lignage en couleur de la mise au point et la zone de profondeur de champs et aussi une loupe à fort grossissement