A chaque fois que l’on parle de l’Islande, c’est pour vanter ses paysages naturels gigantesques, vierges de toute trace humaine, et qui séduisent chaque année toujours plus de photographes, comme un voyage à faire au moins une fois dans sa vie.

Imported Lanscape

Mais la réalité nous rattrape, même en Islande. En 2003, le projet de complexe hydroélectrique Kárahnjúkar a débuté à l’Est du pays, au nord du glacier Vatnajökull sur les rivières Jökulsá á Brú et Jökulsá í Fljótsdal. Cette centrale, composée de cinq barrages en béton, a été achevée en 2009 et alimente désormais une fonderie d’aluminium un peu plus à l’Est.

Imported Lanscape

Ce projet a fait l’objet d’une très grande controverse en Islande, à cause de son impact environnemental non négligeable, dénaturant le paysage islandais et la faune (cette région était une des plus grandes zones vierges d’Europe), mais également pour l’utilisation de travailleurs majoritairement étrangers, à l’heure où l’Islande cherchait des moyens pour dynamiser son économie.

Le photographe Pétur Thomsen a voulu documenter ce changement de paysage en suivant les travaux de ce complexe hydroéléctrique depuis 2003. Voici quelques unes de ses photos qui témoignent d’un changement radical du paysage après le passage des machines de chantier. Ces images relancent le débat de savoir si de grands projets tels que celui-ci justifient leur impact environnemental.

Imported Lanscape

Imported Lanscape
Imported Lanscape

Imported Lanscape

Imported Lanscape

Imported Lanscape

Imported Lanscape

Imported Lanscape

Imported Lanscape

Retrouvez l’ensemble des images de cette série sur le site de Pétur Thomsen.