Décès d’André Fage, fondateur du Musée Français de la Photographie et de la Foire à la Photo de Bièvres

Aujourd’hui, le milieu de la photographie français est en deuil. André Fage, le fondateur du Photoclub Val de Bièvre et de la Foire à la Photo de Bièvres est décédé ce weekend à l’âge de 84 ans.

André Fage

En 1949, avec son père Jean, André Fage a été le fondateur du Photoclub du Val de Bièvre dont il a été président de 1991 à 2002, puis président d’honneur. Sous leur houlette, le club est devenu rapidement champion de France en noir et blanc et couleur. En 1962, à la création du Musée Français de la Photographie, dont André fut le conservateur de 1975 à 1995, le Photoclub en est devenu la branche pédagogique. Ainsi, des visiteurs du monde entier ont montré leurs photos lors des soirées du club. Passionnés par l’histoire de la photographie, Jean et André Fage ont constitué une collection unique et mondialement reconnue qu’ils ont léguée à l’état.

En 1964, pour permettre aux auteurs de montrer leurs photos au public, ils créèrent la Foire à la Photo de Bièvres puis le marché de l’occasion et de l’antiquité qui a été abondamment copié. La foire, organisée par le club depuis 49 ans, est l’une des plus importantes d’Europe et la plus renommée auprès des collectionneurs. En plus de ces trois entités, les Fage ont organisé la fête des photographes, la veille de la foire, ou de très grandes expositions photographiques: Phot’Europe et Phot’univers, à une époque où la photographie n’avait pas acquis, comme c’est le cas aujourd’hui, ses lettres de noblesse.

Jean et André Fage ont été des pionniers visionnaires et ont largement contribué à la mise en valeur de la photographie en France. Cette contribution a été récompensée par la nomination d’André Fage comme officier des arts et des lettres ainsi que des palmes académiques.

Les obsèques auront lieu le mercredi 18 avril en l’Eglise de Bièvres (Essonne) à 14h30. Pas de fleurs mais des dons à l’association des amis du Musée, 4 rue du Coteau, 91570, Bièvres.

Pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer le 18 avril, nous vous rappelons que cette année, la Foire à la Photo de Bièvres aura lieu les 2 et 3 juin 2012Plus d’informations sur le site. Il y aura un hommage rendu à André Fage lors de la Foire dans les discours lors de l’inauguration. Un hommage plus large est actuellement à l’étude. Ce qui est sûr, c’est que le Grand Prix de la Foire est rebaptisé « Grand Prix Jean et André Fage ».

La suite après cette publicité
Fondateur et rédacteur en chef

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Seulement le dixième de la plus fabuleuse collection de photographies et d’appareils photo au monde, réunie par André Fage et son père Jean, est présenté dans l’actuel musée de la photographie qu’ils ont créé.
    Hélas, le Conseil Général de l’Essonne ne respecte pas son engagement de financer la construction de bâtiments sur le terrain mis à sa disposition par la ville de Bièvres. Il s’est contenté d’entasser les précieuses collections dans de vieux bâtiments inoccupés à Etiolles, au nord d’Evry.
    Que ceux qui sont indignés par cette situation écrivent à Jérôme Guedj, président de ce conseil ( [email protected] ) pour que la France, où ont été inventés la photographie, la photo en couleur et le cinéma, puisse enfin posséder pas un musée digne de ce nom.
    Que le rêve de Jean Fage , dont il n’a pu voir la réalisation de de son vivant, prenne forme. En respect à sa mémoire !

  2. Je suis entièrement d’accord avec vous. J’ai rencontré André Fage en 1976 ou 77 au cours d’une visite du musée et j’avais pu apprécier sa passion pour ce qu’il faisait après son père. J’avais demandé à le voir pour lui parler d’un format de cinéma qui n’était pas présent dans les appareils présentés : le format 17,5mm (format resté confidentiel) avec perforations centrales circulaires de la pellicule. Il en était conscient et quand je lui ai dit que j’en avais eu un exemplaire entre les mains et l’avais fait fonctionner chez moi avec trois films il s’est montré anxieux de savoir la suite. Je lui ai dit que cela se passait à Laghouat (Sahara) et que je n’avais pas réussi à acheter le projecteur avec les pellicules à son propriétaire laghouati il en fut, terriblement désolé, comme frustré.
    Tout le contenu de ce musée avec ses réserves devrait avoir le bâtiment qu’il mérite et je pense qu’il faudrait demander à l’Union Européenne une subvention pour compléter ce que le Conseil Général serait disposé à financer.