Sally Mann est une photographe américaine connue pour avoir réinventé la photographie de famille.

Sally Mann est née en 1951 et vit en Virginie, où elle possède une grande propriété qui constitue le décor principal de ses photographies. Après des études de photographie à la Praestegaard Film School, elle se fait connaître du grand public par son œuvre « At Twelve », une série de portraits de jeunes adolescentes entre l’enfance et l’âge adulte. Mais elle est surtout réputée pour son œuvre très controversée, « Immediate Family », où elle révolutionne la photographie de famille. Ses sujets de prédilection sont les membres de sa famille et ses amis proches, la nature qui l’entoure, les natures mortes et plus récemment les effets de la mort et de la décomposition. Elle a reçu plusieurs prix prestigieux, dont le « Photographe de l’année » en 1995. Ses œuvres et collections sont présentes dans de nombreux musées aux États-Unis et dans le monde.

Qu’y a-t-il de si innovant dans ses photographies ?

Tout d’abord, la technique utilisée ici est particulière : noir et blanc en format 8×10 provenant d’un collodion des années 1900. Avec cet appareil, le temps d’exposition varie de quelques secondes à plusieurs minutes. Les clichées sont tirés sur du papier doux, très riche en nuances, ce qui donne ces effets d’auréoles lumineuses aux photographies. Elle travaille elle-même ses épreuves dans son laboratoire personnel.

Dans sa série Immediate Family (1992), elle y montre son fils Emmet et ses deux filles Jessie et Virginia dans l’intimité de la vie de tous les jours. Ces photographies, très controversées, mêlent l’innocence des jeux d’enfants, une sensualité ambigüe ainsi qu’une omniprésence de la mort. Elles jouent sur des contrastes profonds, conférant à des sujets de la vie quotidienne un caractère sensuel et mystérieux, parfois mystique.

« Ça a toujours été ma philosophie d’essayer de faire de l’art à partir du quotidien et de l’ordinaire… Ça ne m’est jamais venu à l’idée de sortir de chez moi pour faire de l’art », explique-t-elle.

Si on peut être surpris par certaines scènes crues, on est touché par la simplicité et la liberté des échanges entre parents et enfants. Un des talents de Sally Mann est de savoir capturer les paradoxes entre jeunesse et mort, mère et témoin, claire et obscure, ou encore entre violence et innocence.

« Je lutte avec des paradoxes : entre la réalité d’être une mère et l’image qu’on en a, entre mon amour pour ma maison et le besoin de voyager, entre les chemins variés et séduisants du cœur».

Sally Mann n’hésite pas à capturer des moments intimes et de vérité qui caractérisent l’enfance : en colère, blessés, nus ou se reposant. Ses clichés révèlent les luttes qui animent cet âge particulier : la recherche d’autonomie, la vulnérabilité, la découverte de soi, le doute, les jeux, le sentiment d’immortalité et de toute puissance, la peur. C’est la toute la particularité de ces photo de famille : à la frontière entre mère et artiste.

« Je cherche profondément en moi une force spirituelle qui me restaure : mon amour pour le lieu, pour l’homme qui reste, pour mes enfants et amis et la grande impulsion de la flore au printemps ».

Sally Mann est une photographe qui rompt avec les codes photographiques mais surtout qui nous montre une autre approche de l’enfance et de l’éducation.

Pour aller plus loin, voici des articles dont nous nous sommes inspirés : Photofloue, Lunettesrouges, LeFigaro