Voici une histoire intéressante pour tous les photographes cherchant à se faire connaître et qui prouvent bien que les réseaux sociaux au sens large peuvent (et doivent) être une des clefs du succès.

Alors qu’un jeune photographe amateur mais passionné investit de plus en plus d’argent et de temps dans son matériel photo et dans ses shootings, sa femme le fait réfléchir aux possibles retours sur investissement. C’est ainsi qu’il se lance petit à petit dans la photographie de mariage, d’abord pour des amis, puis des connaissances, et le bouche à oreille fonctionnant bien il couvre de plus en plus d’événements. Jusqu’au jour où il se charge du mariage d’une jeune femme tout juste diplômée dont les nombreuses amies sont sur le point de se marier également : les choses s’accélèrent.

Mais ce qui est plus étonnant vient ensuite : il décide de publier quelques images du mariage en question sur Facebook. Il crée pour cela un page Facebook au nom de l’entreprise (Soda Fountain Photography) et tague les mariés. Les photos sont alors publiées sur leur mur et leurs amis se mettent à eux aussi se taguer et à taguer les autres invités. L’effet boule de neige est lancé, ces photos sont publiées sur tous les murs des personnes taguées. C’est ainsi que toutes les personnes invitées et donc taguées ont fait la promotion de la page du photographe et des photos (watermarkées avec le nom de la société).

Soda Fountain Photography

Les amis des mariés étant souvent des gens de la même génération, et donc du marché du photographe, il a touché des centaines de clients potentiels en quelques jours. Mais les bénéfices vont encore plus loin : en regardant ces images, les amis et la famille pensent regarder les photos des mariés et non des photos publicitaires. Ainsi, la marque est très bien acceptée, le spectateur n’étant pas méfiant. Si les photos étaient prises le samedi, il faisait tout pour en publier certaines dès lundi : plus tôt les photos étaient disponibles et plus il recevait de liens vers sa page.

Depuis, il n’a pas eu à changer sa méthode et après chaque mariage tous les invités se chargent de sa promotion sans qu’il n’ait à faire autre chose que de publier rapidement une sélection d’images. Son carnet de commandes est plein pour toute l’année 2012, le prix de sa prestation a été multiplié par 3 à 5 et sa société a passé les 100 000$ de chiffre d’affaires. Une belle réussite.

Source : Nieman Journalism Lab