La crise que traverse le Japon depuis maintenant plus d’une semaine ne peut se résumer à des aspects matériels. C’est avant tout un drame humain, et toutes les nations doivent être tournées vers la population avant tout.

J’aimerais cependant m’attarder sur l’aspect industriel de la catastrophe et son impact sur le monde de la photographie et de l’électronique en général. Le Japan est un pays leader dans de nombreux domaines et il exporte en grandes quantités de nombreuses pièces, des batteries aux chipsets en passant par la mémoire.

L’électronique en général

Cette grave crise va avoir un impact difficile à mesurer mais réel sur de très nombreux produits grands publics ou pour les professionnels. Le Japon possède de nombreuses usines de pointes qui fournissent 40% des composants électroniques mondiaux. Les usines les plus proches du sinistre sont évidemment fermées, mais c’est le cas également pour de nombreuses autres : des pauses dans l’approvisionnement électrique se font à tour de rôle dans les différentes régions et des usines tournent au ralenti.

Parmi les éléments les plus critiques pour les équipements on trouve la mémoire NAND. Son prix est déjà en train de grimper mais on risque à terme de connaître une véritable pénurie. Il en est de même pour certains types de processeurs, que ce soit pour les ordinateurs mais aussi les téléphones… et les appareils photos : les acteurs de ce marché ont le plus souvent des usines réparties dans de nombreux pays, mais leur logistique sera sûrement fortement impactée et des délais sont à prévoir dans les semaines / mois qui viennent. Enfin on peut noter de probables problèmes autour des batteries : Sony, un des plus gros fournisseurs de batteries au monde, a arrêté certaines de ses usines suite à des problèmes d’approvisionnement en électricité.

La photo en particulier

La plupart des constructeurs avaient prévus un mois d’avril chargé en annonces, elles sont évidemment repoussées.

De très nombreux composants ou périphériques utilisés par nous tous pour nos appareils photos proviennent de Japon. Ils peuvent être standards avec le reste de l’électronique, comme les processeurs ou les batteries, ou plus spécifiques. C’est le cas notamment des capteurs photos. Ainsi de nombreuses marques comme Nikon et Canon, mais aussi Panasonic ou Fujifilm, ont annoncé que leurs usines sont fermées dans les zones touchées par la catastrophes, réduisant d’autant le production d’appareils photos. On parle ici de 4 à 6 usines à l’arrêt en fonction des fabricants.

En dehors du boitier lui même, on pense également aux objectifs dont une partie de la gamme provient directement du Japon et dont la production est réduite. C’est le cas également de toutes les cartes mémoires avec des fermetures d’usines Toshiba, gros fournisseur mondial. Des expositions ont elles aussi été annulées, comme la Color Imagine 2011 d’Epson.

Ces difficultés que le Japon va devoir affronter dans les semaines et mois qui viennent ne devraient heureusement pas remettre en question leur économie et les effets à long-terme sont annoncés comme négligeables. En attendant vous pouvez voir dans notre dernier Sunday Links de nombreux liens sur le Japon, avec notamment des photos une semaine après de The Big Picture.

Sources : Reportages Photos, ZDNet, Television Broadcast, Photography Bay