Vincent Cariou : militaire en reportage photo en Afghanistan

Au delà des articles que nous écrivons sur Phototrend, nous vous incitons à participer (Participez sur Phototrend) à notre belle aventure. Vincent nous a partagé son travail et nous avons souhaité le publier dans cet article. Découvrez son reportage photo réalisé en Afghanistan.

Un père et son enfant
Un père et son enfant, l'air inquiet se faufile entre les militaires Français pour se rendre dans le cabinet médical improvisé.

Je me présente rapidement, Vincent, 25 ans, d’origine Bretonne, militaire employé en Gendarmerie mobile. Je pratique la photo de façon tout à fait personnelle, je dirais que je suis un nouveau passionné depuis que je suis passé dans le monde du reflex avec mon D90 et tout son attirail. Avant je composais comme je pouvais avec des compacts et bridges…

Je viens de passer 6 mois dans ce pays de poussière, de conflits qu’est l’Afghanistan. Une expérience très riche qui m’a permis de découvrir beaucoup de facettes de ce pays. Des choses magnifiques plongées au milieu d’un pays en guerre depuis plus de trente ans. Au cours de nos différentes missions à l’Est de Kaboul nous avons cotoyé les policiers Afghans, nous étions chargés de leur formation « complémentaire » tout comme nos camarades de l’armée de terre qui eux s’occupaient de l’Armée Nationale Afghane. A plusieurs reprises j’ai eu la chance d’être employé comme photographe non officiel, c’est fou comme de nombreuses situations s’offraient à moi, les enfants, les scènes de rue, les gars sur terrain. C’est au cours de ces missions « photographe » que j’ai pu réaliser le plaisir que procure la photo terrain. Cette mission m’a permis de me rappeller que nous avons beaucoup de chance d’être nés en France. Ici ou plutôt là bas les enfant d’une dizaine d’années à peine écaillent le poisson au bord de la route, sont recouverts d’huile de vidange à travailler sous les voitures, à vendre des fruits, faire la circulation dans les bouchons et j’en passe…

Je ne peux pas montrer d’images d’action, de militaires en pleine action, je me contenterai pour ce petit reportage d’une vue plus idyllique de l’Afghanistan.

La cour intérieur d'un village
La cour intérieur d'un village où se mélange femmes, enfants, animaux.
Au cours de nos patrouilles pédestre en Surobi
Au cours de nos patrouilles pédestre en Surobi, nous rencontrions régulièrement beaucoup d'enfants livrés à eux mêmes dans les rues.
enfants attendant devant les épiceries
Idem que sur la précedente des enfants attendent devant les épiceries et autres commerces.
bâtiments Russes
Au pied des bâtiments Russes marqués par le temps et les évènements, ils jouent la plupart du temps au criquet.
Un gendarme au cours de sa surveillance de zone.
Un gendarme au cours de sa surveillance de zone.
distributions de crayons
Nous procédions de temps en temps à des distributions de crayons, de cahiers pour les enfants des villages que nous visitions. Les petites filles "sauvages" hésitaient de venir au contact, leur culture...
l'arrière boutique des vendeurs
Dans l'arrière boutique des vendeurs de Noni Afghani (Pain Afghan). "Les boulangers" au boulot.
Toujours les enfants en train de suivre notre progression
Toujours les enfants en train de suivre notre progression, lors de notre visite à l'hopital de Surobi.
Les rencontres ou réunions dites "choura"
Les rencontres ou réunions dites "choura" entre les policiers Afghan nos interprètes et nos chefs.
portrait d'un vieil homme
Portrait d'un vieil homme, qui tenait sa boutique toute la journée assis sur cette chaise, marqué par le temps

Si vous avez des questions à poser à Vincent, n’hésitez pas à laisser un message dans les commentaires de cet article, l’objectif ici est de discuter autour de son expérience.

Retrouvez les autres photos de Vincent sur Flickr

Fondateur et rédacteur en chef

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. pas beaucoup d’intérêt dans ces images…
    pas beaucoup d’intérêt dans le traitement esthétique et encore moins dans le fond.
    photographe est un métier, photojournaliste est un métier encore plus complexe…
    désolé pour ces mots un peu durs mais j’en ai un peu marre de voir ce genre d’images vides et qui sonnent creux.

    bonne continuation dans la gendarmerie mon cher Vincent 🙂

  2. Pareillement desole, mais meme avis que nico. C’est un peu du a entendre, mais je trouve ca tres deplace de traiter l’afghanistan, et ta mission de militaire comme une serie de photos de vaccances. Le Photojournalisme est un metier, et les images devraient parler d’elle-memes.

    Bonne continuation et bon courage.

  3. Ping : Les tweets qui mentionnent Vincent Cariou : militaire en reportage photo en Afghanistan - Phototrend.fr -- Topsy.com
  4. Bonjour Nico et Oleiade. Pour information, Vincent n’est pas photographe professionnel, donc n’hésitez pas à apporter des critiques constructives 😉

  5. Bonjour, merci d’avoir pris le temps de commenter cet article… Difficile pour moi de répondre je dois être sur un site de professionnels du reportage surement. Je l’ai dit et précisé, je ne suis pas un « photographe reporter » et ces clichés ne sont pas des souvenirs de « vacances ».
    « Déplacé de traiter l’Afghanistan »… J’aimerais savoir combien de Français mesurent et connaissent l’importance de l’engagement de chaque homme sur ce théâtre et bien d’autres.

    C’est une expérience que je partage, les photos ne parlent pas, elles sont vides? Je pense que vous y aller un peu fort tout de même. Alors pas de chance pour vous deux. J’aurai aimé qu’elles parlent comme elles le font pour moi et ceux qui y sont allés.
    Vos messages sont vides et sonnent faux, donnez moi vos critiques de photographe, je suis toujours à la recherche de conseils pour évoluer.

    Et non désolé je ne suis pas photographe, mais bien Gendarme, militaire… C’est un autre sujet.

  6. Bonjour,

    Je suis photo-journaliste. Bravo Vincent pour ces images, je trouve au contraire qu’elles sont plus intéressantes visuellement et plus parlantes que 90% des photos de soi-disant reportage qu’on voit la plupart du temps sur le web et qui elles, ennuient.

    Que les personnes ayant écrit les deux premiers commentaires m’expliquent en quoi les images des photojournalistes sont elles différentes et plus parlantes? Ce type d’images ressemble à la majeure partie de ce qu’on fait. On ne sort pas tous les jours ni tous les mois LA photo symbolique du siècle, c’est faut de croire ça, et c’est faux de croire qu’on a toujours quelque chose à dire, un discours précis à tenir.
    Et puis on agis comme des vacanciers quoi qu’il en soit, on débarque dans un endroit, lors d’une scène, souvent on n’en sait pas grand chose, et on photographie ce qu’on voit.

    Chacune de ces images raconte quelque chose si on veut bien les regarder quelques secondes. Vous devez surement être blasés pour tenir ce genre de propos, vous devriez vous intéresser à autre chose, il est temps…

  7. J’oubliais… Pensez justement que c’est un militaire en treillis qui les a fait et pas un photographe! C’est ce qui leur confère tout leur intérêt!

  8. Dans photo-journaliste, il y a journaliste. Un journaliste est un rapporteur, quelqu’un qui au travers d’un recit, rapporte des idees, des concepts, des faits, des actes. Il y a donc un fosse entre les photos d’un photo-journaliste, qui partirait en Afghanistan pour rapporter un peu de l’histoire moderne de ce pays, et qui batirait un recit base sur cette aspiration; et un militaire, qui a donc je le rappelle un Famas accroche en bandouillere, qui se trimballe dans le desert afghan dans des frougonettes blindes, et qui vient racheter sa conscience en prenant en photo les pauvres petits enfants des villages qu’il traverse…

    D’un point de vue photographique, certains cliches sont bien construits, mais le traitement photoshop surfait la plupart des scenes. Cet horrible concordance Sepia/couleurs flashies. Desole de le dire mais sur certaines on se croirait sur Skyblog. Dans la photo en generale, il faut choisir. Et tout l’interet d’un « reportage » comme celui-ci aurait ete de ramener des cliches « brutes ». La ca donne trop l’impression qu’il y a un truc a cacher.

  9. Merci Nicolasb. J’ai eu l’occasion de rencontrer des spécialistes photographe, toujours prêt à parler de leur métier très passionnant, à ce moment là j’étais là pour protéger leur environnement de travail.

    Pour ma part prendre des photos n’était pas là ma « mission » j’étais belle et bien équipé comme la personne en arrière plan sur la première photo, armements et protections diverses en permanence, l’appareil en supplément mais bien une fonction secondaire. Donc rien d’un reporter…

    Chargé comme une mule, sueur dans l’oeilleton, limité dans mes mouvements…

    Je suis dans le monde du reflex que depuis septembre dernier, je travaille en manuel en permanence et ça depuis que j’ai sorti l’appareil de sa boîte, ça m’a demandé beaucoup de recherches de technique, la théorie je la connaissais déjà pour l’avoir bossé. Je ne dis pas ça pour me vanter mais tout simplement pour remettre chaque chose à se place. Les premières photos sont de mi Octobre.

    Avant cela, un simple samsung NV7 que j’ai poussé jusqu’à ses limites.

    Cordialement Vince

  10. Pour Oleiade, je sens un certain dégoût du « militaire », je peux le concevoir chacun à son avis là dessus. Mais pas de reportage de « journalistes reporteur romancier professionnel » sans eux, sans nous. Je ne ferai pas romance, mais je pense que tu es bien loin de la réalité.

    « se trimballe, desert, fourgonnettes »…. Je n’aime pas les gens qui sont dans l’ignorance ça les fait raconter pas mal de bêtises.

    Parlons photo enfin:
    Pas de photoshop et non, juste du LR pas de méchant traitement juste de la désat ou du NB, j’ai voulu faire ressortir ma série comme ça. Ca plaît, ça ne plaît pas… Je reste cohérent je pense.

    J’aimerais maintenant qu’on ne parle pas de reporter journaliste, je pense que la plupart des journaliste n’ont pas autant de respect que j’ai pu en avoir tout au long de mes 6 mois passés là bas.

  11. Ah si pardon du HDR pour la photo 2 pour rattraper une erreur « fatale » rester en iso très élevé en sortant d’une pièce sombre… Ce n’est pas ma préféré mais c’est le même jour même endroit.

  12. je n’ai rien contre les militaires, sincèrement. je ne permets pas de critiquer l’armée alors que chacun reste à sa place 🙂

    Les photojournalistes sur le terrain, avec leurs défauts et leurs qualités (peu de temps parfois, blasés parfois, mais avec un œil et un professionnalisme qui est propre au métier du photographe et du journaliste). Le challenge est justement de connaitre un maximum de choses avant d’arriver sur le terrain pour gérer le hasard et l’imprévu et pour oublier les clichés d’enfants et de vieillards en noir et blanc. Chaque métier à ses défauts et se qualité ne rentrons pas dans ce débat sans fin…

    Ce que je critique c’est la naïveté de fond de ces photographies, elles sont mignonnes, froides et n »apportent rien, hélas. Sans avoir l’obligation d’un sujet, je ne ressens ici aucune atmosphère particulière, aucune tension ou aucune joie de vivre, pour caricaturer. Une photo d’enfants afghans…une photo d’un homme agé…etc… et je ne parlerai pas de la photo d’un soldat de dos, plus que vide.

    Le traitement est une affaire de gout, ici ce n’est pas le mien. C’est incriticable si l’image n’est pas altérée et le sens modifié. Utiliser Lightroom n’est de plus pas un argument face à la retouche… j’ai fait des retouches studio sous Lightroom, effacer des éléments… c’est moins puissant que Pshop mais c’est bien de la retouche 😉

    Vincent se trompe sur un point majeur, les photos se doivent d’être comprises et ressenties par celui qui ne connait rien à la situation, elle doivent être capable de raconter. Ici, encore une fois elles ne racontent rien de plus que des photos de vacances/mission/ »ballade ».

    Au fond je trouve décevant que ces photos se retrouvent sur phototrend…pourquoi ne pas mettre plus de photos de vacances ou de Robert, ouvrier métallo, qui adore faire des photos de son usine et de ces collègues au boulot. Phototrend semble avoir voulu surfer sur la vague des images d’Afghanistan mais c’est un échec, les photos ne sont pas à la hauteur.

    Cher Vincent, je ne vous critique pas par animosité mais juste pour remettre à sa place et donner sa juste valeur au travail des photojournalistes. Chacun son boulot, je suis sur que vous faites le votre très bien. Continuer à faire vos photos, je comprends ce besoin, j’en vis et ne peux m’en passer.

  13. Photo-journaliste ou pas, je trouve que les photos de Vincent révèlent la vulnérabilité de ces enfants et de ces vieillards… En tant que militaire, limité dans ses mouvements, fatigué par ses journées, les prises photos sont faites rapidement et montrent la réalité des afghans au quotidien. Les regards et les attitudes en disent long… Comment peut-on considérer ces photos comme des souvenirs de vacances ou souvenir de mission ??? Elles sont là pour qu’on n’oublie pas ce peuple en souffrance. La technique est ce qu’elle est, je ne suis pas professionnelle comme le sont Nico et Oleiade, et les photos sont destinées à un public plutôt néophites en la matière. Nous avons chacun une liberté de regard, merci de la respecter…

  14. Bonjour Vincent,

    J’ai regardé avec beaucoup d’intérêt vos photos et je les ai trouvées plutôt réussies (la photo du père avec son enfant, le garçon dans l’escalier, les photos d’enfants en général) et en tout cas toutes sont intéressantes. Au niveau traitement, je n’aurais pas utilisé la colorisation, mais c’est votre choix.
    Quant aux deux premiers commentaires très négatifs, mettons ça sur le compte de la frustration, de la prétention ou d’une motivation politique qui n’a rien à voir avec la photo.
    Merci pour le partage de ces images et bon courage.

  15. @kirstof :
    motivation politique ?
    prétention ?
    frustration ?
    hum…

    non, juste une critique. Dommage que les critiques ne soient pas simplement acceptées pour ce qu’elles sont, surtout lorsqu’elles sont argumentées et calme.

    @Hemci:
    je respecte la liberté de regard. Je la critique également avec les connaissances qui sont miennes en essayant d’en faire profiter Vincent, simplement.

    l’oeil s’éduque, la culture du regard est du même principe que celle de l’écriture. Bien à vous…

  16. @ Nico, O.K. pour la critique constructive dont vous parlez dans votre dernier message, pas de problème… mais pour moi ça cadre mal avec le ton de vos remarques précédentes : « bonne continuation dans la gendarmerie » (un peu méchant, ça) « laissez-nous faire notre boulot » (remarque inutile et combat déjà perdu).
    Sur le plan esthétique, d’accord avec vous : il y a pour moi un vrai problème. Je ne parlerai pas de Godard et de la morale du travelling, mais il y a de ça.
    Simplement, si l’on veut être constructif, soyons moins acerbes et moins définitifs dans la critique.

  17. Vous n’êtes pas très sympa avec Vincent!!! et c’est un euphémisme. Il l’a dit et re-dit, il n’est pas photographe pro.
    Personnellement, je préfère mille fois les photos de Vincent que des photos d’un pseudo journaliste « engagé » qui veut nous faire tirer une larme ou pire encore, nous apitoyer ou nous faire culpabiliser de je ne sais quoi.
    Ces photos sont très intéressantes à mon avis pour une chose, c’est un amateur qui les a fait, donc, tout comme moi, ou d’autres, qui sont amateurs, elles ont leurs défauts (dans ce cas précis, je les trouve plutôt remarquables, surtout la dernière), mais elles ont aussi une histoire. L’histoire d’un militaire (qui entre nous mérite le respect, je dis cela pour certains commentaires déplacés de personnes qui ne savent pas ce que veut dire « engagement » et « servir son pays » et surtout n’en mesure pas le sacrifice), qui au détours de ses missions, a eu l’occasion de prendre des clichés que peut de gens peuvent prendre. Il est un témoin tout aussi intéressant (si ce n’est plus), qu’un journaliste qui aura passé 7 jours à prendre en photo tout ce qu’il y a de plus tragique et de larmoyant….
    Alors, oui Vincent, j’aime tes photos et surtout, j’apprécie encore plus de nous faire partager ton engagement. Sans montrer des hommes en action, il aurait été aussi intéressant de voir la vie au quotidien de nos soldats loin de chez eux en dehors de leurs missions, leurs temps libres, loisirs, etc… Penses tu le faire sur un blog ou peut être pas du tout?). Je privilégierai toujours le regard de celui qui vit la situation que celui qui vient prendre des photos pour garnir un CV…
    Vincent, Bravo, et encore merci de nous faire partager tes photos, et donc ta passion.

    PS: nous sommes sur un site qui emmène les amateurs vers une meilleure maîtrise de leur passion, pas un site on casse le travail des autres…

    Thibault

  18. Je n’aime pas le traitement appliqué sur les photos, mais il y a une chose que l’on ne peux pas enlever a Vincent, c’est que c’est un amateur qui a voulu capturé des instants comme la plupart des passionnés de photographie.

    Alors peut-être que ses photos sont vides, ou on d’autres défauts, mais c’est un amateur pas un reporter donc on ne lui demande pas la qualité des clichés qui sont dans les albums photos de Reporters Sans Frontières 😉
    De plus il n’a jamais dit qu’il était reporter loin de la, d’ailleurs dans sa courte description il dit bien  » nouveau passionné « , on ne peux pas attendre la perfection ( jamais ) surtout quand on débute

    Enfin bref, mon avis rejoins celui de Thibault 🙂

  19. @Kristof :
    si le combat était « déjà perdu » je ne pense pas que vous regarderiez les journaux et que vous seriez au courant des choses telles que vous devrez l’être. Ouvrez les journaux et les magazines, photojournaliste est un métier qui a de beaux jours devant lui 🙂 il évolue mais un « amateur » doué ou/et chanceux ne remplacera jamais le mec capable de se battre pour avoir l’information.
    Quant au reste…le débat s’enlise. Si l’excuse de l’amateur efface l’erreur et ne permet pas la critique, un peu acerbe il est vrai mais constructive malgré tout, alors restons avec nos avis. Les pros resterons pro, les amateurs amateurs etc… dommage de n’écouter que celui qui est à son niveaux (sans prétention, juste un pro qui parle à un amateur), apprendre c’est aussi un peu écouter, parfois 🙂

  20. @ Nico: je pense qu’un vrai pro aurait montré plus de respect au travail des autres, meme si celui présente à ton goût des défauts. Le professionel « sympa » aurait apporté des conseils et non des critiques. Le résultat es le meme mais la forme plus aimable et constructive. C’est dommage d’insufler un si mauvais esprit lorsqu’un passionné nous fait part de son travail, ce genre de commentaire ne do ne pas envi de faire de meme. On est la pour recevoir des conseils et des avis constructifs et non pour ce faire casser. C’est juste une question de méthode et de savoir vivre…
    Moi Perso, j’aime bien ces photos et ce post, je le redis. J’aime la démarche et le contenu.

  21. Bonsoir tout le monde, en tout cas il y a de quoi lire, honnêtement je ne m’attendais pas à de tels proportions dans les discours mais pourquoi pas. J’avais peut-etre mal cerné l’environnement de Phototrend depuis le temps que je suis les articles etc… Mais bon, j’essaye d’en sortir les critiques de tout le monde et encore merci pour vos commentaires en particulier pour
    Nicolab
    Hemci
    Kristof
    Thibaut
    doOk

    Pour les premiers messages, un peu sec tout de même je n’imagine même pas le monde de la photo au niveau professionnel…

    Je n’ai pas de soucis pour accepter les critiques mais là je n’ai pas trop accrocher à l’échange… Dommage.

    Merci pour les « sincères » encouragements.

  22. Bonsoir à tous.
    Avant tout, merci pour ces échanges. S’ils sont parfois houleux, je pense que le fond est constructif, surtout une fois que les esprits s’apaisent et que tout le monde prend le temps d’argumenter son propos.
    Pour répondre à Nicolas : Bien que tes commentaires soient tout à fait pertinents et acceptables, nous rappelons que Phototrend est un lieu d’échange amateur. Nous parlons donc aussi bien des professionnels – qui sont des inspirateurs – que des amateurs essayant, à leur échelle, de se démarquer. Je pense d’ailleurs que Vincent apprend plus par des commentaires construits que par « c’est moche, c’est nul… ». Ce n’est pas une raison pour se cacher et ne pas accepter la critique, bien au contraire. Mais nous cherchons une critique honnête et franche, pas cassante, nous voulons que tout le monde apprenne et ne soit pas dégouté suite à une avalanche de critiques (Oleiade par exemple, je pense que l’on peut apprendre beaucoup de tes expériences, mais il est important de les retranscrire de manière agréable et de critiquer plus objectivement, de manière moins acerbe).
    Vincent, si tu refais une série – et je te le souhaite !! -, gardes par exemple en tête ce qui ressort le plus : d’abord que le traitement peut se retourner contre toi, notamment lorsque l’on cherche l’authenticité; ensuite que les photos ou en tout cas leur sélection doit se faire autour d’une trame pour essayer de retranscrire en image l’ambiance sur place. On a tous à apprendre, les plus expérimentés soulignant en commentaire les défauts ou la naïveté de son travail, c’est constructif et c’est ce que nous cherchons, restons cependant agréable et positif 🙂
    Enfin  rappelons que, si ces photos sont encore un peu brouillonnes, jeunes ou naïves, et donc que Vincent vient ici apprendre, ce n’est pas une raison pour ne pas les publier !! Nous  ne surfons sur aucune vague, nous vous proposons ce billet car nous pensons que cela peut offrir à Vincent des retours intéressants et vous montrer des images différentes, les siennes, et une vision que vous pouvez discuter ou critiquer.
    Pour conclure et vous montrer ce que nous aimons dans ces échanges, je tiens à souligner le changement intervenu dans les commentaires : si les 10 premiers sont un peu agressifs et pas toujours bon enfant, la suite se construit, chacun défend son point de vue en argumentant et on apprend vraiment pourquoi les photos sont appréciées ou non et ce qui peut être améliorer. Alors encore une fois, merci à tous !

  23. Une simple question, pourquoi ce traitement ? Qu’apporte-t-il ?

    Il me bloque également et je n’arrive pas à rentrer dans les photos.

    Ces photos ne sont pas nuls ou ratées mais elles ne sont pas exceptionnels non plus (ce n’est pas son métier, je sais). A mon avis la grosse faiblesse est que tu prends en photo des personnes sans réellement transmettre les émotions notamment par l’absence des regards. Je n’arrive pas à sentir la joie, la tristesse ou l’ennui, je ne découvre pas ces inconnus qui restent des formes étrangères…

  24. Je sais que cela fait longtemps que ce billet a été publié, mais je viens de tomber par hasard dessus. Je sais, la photo n’est pas le métier de Vincent. Je sais, ce n’est pas le mien non plus. Mais je tiens tout de même à dire que j’aime beaucoup ses photos. Elles me parlent. Vraiment. Ayant déjà énormément voyagé, je reconnais certaines expressions, attitudes qui me frappent encore et encore, à chaque fois que je les croise.

    Merci Vincent pour ces photos!

  25. Bonjour,
    je suis tombée par hasard sur ce forum, et j’ai été happée par votre débat.
    Je suis à peine amatrice donc je ne sais même pas si j’ai le droit à la parole.
    Je ne me permettrai pas d’émettre une critique sur la technique (franchement ce serait plus que déplacé) mais plutôt sur le fond et l’image elle-même.
    deuis que je suis enfant, je suis toujours étonnée de voir certaines images qui sont sensées montrer la « réalité ». il faut bien sûr entendre dans le mot réalité : émoglobine, macabés sur le trottoir, atteinte à la dignité et j’en passe.
    et donc bien que néophyte en la matière, je les ai trouvé pertinente moi c’est photos, car elles montrent aussi que l’afghanistan ce n’est pas que des femmes voilées, des « barbus » ou des militaires armés jusqu’aux dents.
    En d’autres termes, (comme on dit dans ma profession) l’oeil neuf permet de voir ce que l’on ne voit plus depuis longtemps.
    A méditer

  26. Bonjour,

    Vos photos ont bien plu à un de nos élèves qui rédige un article sur l’Afghanistan pour notre prochain journal scolaire. Il souhaiterai les utiliser pour illustrer son article. Accepteriez-vous ? Voulez-vous lire l’article ?
    Cordialement,

    Deux professeurs de collège, en charge du journal

  27. Bonsoir,
    Eh ben ! Moi aussi j’ai été happé par votre débat. Je vais commencer par vos photos, Vincent.
    Pour moi, il y en a deux qui sortent du lot, le père avec son enfant et le militaire de dos. Vous avez capté les mains du père, la droite porte l’enfant mais la gauche protège son enfant. Le geste est très beau. Je trouve le pull bleu très beau aussi, je me demande juste si il est pas un peu trop fort. Il sonne un peu faux, surtout au vue des autres photos. Couleur naturelle ? J’apprécie les tons juste. Dommage pour l’arrière plan un peu trop flou aussi. Quant à la photo du militaire de dos, j’apprécie particulièrement l’arrière plan justement. Le coté, certes un peu facile mais réussi, du « faut y aller maintenant, au boulot ».
    Pour les autres je les qualifierais pas de photos de vacances, mais plutôt de déjà vue, et un peu fade. Sans aucune méchanceté, elles me font penser aux photos de l’Inde que j’ai pu voir dans quantité d’expo de café. L’Inde, un marché, des épices, des couleurs — Ouha c’est beau ! En fait non, ça manque bien souvent de saveur et d’âme.
    Et pour finir je suis pas fan non plus de l’effet (je ne connais pas le terme technique) ombré noir dans les coins. Pour moi, ce n’est pas très subtil, du genre « Suivez la flèche, c’est par là qu’il faut regarder ».

    Et pardon, Vincent, mais je ne peux m’empêcher de joindre un commentaire général aussi. Je ne suis pas un photographe professionnel, mais un graphiste professionnel. Par conséquent j’utilise beaucoup les photos ou les dessins des autres. Il m’est arrivé de prendre quelques « bonnes » photos argentique (pas plus de dix, je suis pas professionnel). Voilà pour la toile de fond. Mais les remarques sur le professionnalisme sont assez minable et dénués de fondement. Je veux prendre pour exemple, en bas de chez moi il y a deux boulangeries, tenus par des professionnels, l’une a un bon pain et pas l’autre. Aïe, les deux sont bien des « artisans boulanger » professionnels. Un de mes amis éditeur fait l’un des meilleurs petits pains que j’ai mangé. Aïe, il est pas professionnel.
    Parmi les nombreux arts à notre disposition, je considère la photo comme le plus populaire et le plus facile d’accès. Oui, je bien dis « populaire ». En effet, n’importe qui, et je dis bien une nouvelle fois n’importe qui, est susceptible de sortir une belle photo, une photo intéressante. Pour tous les autres arts, il faut maîtriser la technique, avant de pouvoir faire parler son âme. Seul la magie de la « boîte noir » permet cela. En photographie, le professionnalisme consiste en la connaissance de la technique et pas forcément beaucoup plus. Voilà, c’est tout ce que possède en plus un photographe professionnel. Avec un peu de chance il a un « œil » aussi.

  28. Au contraire de certains commentaires, je trouve que vous avez un regard intéressant qui demande à être travaillé comme vous le faites en ce moment. Continuez !

  29. Bonjour Vincent, et bien MOI je suis touchée ! JE trouve vos photos très belles.Ni politique, ni horreur, ni indiscrétion, juste des scènes de vie, la leur, la votre…
    Evidemment je suis une amatrice, débutante de surcroît, mais ce que je trouve formidable dans la photo c’est qu’il s’agit d’un art accessible, populaire et totalement subjectif.
    J’ai par hasard trouvé vos photos ce matin et j’ai passé la journée à me demander quel matériel, quelles techniques vous utilisez et puisque je pense être au bon endroit pour ça et bien j’ose, vous m’expliquez ?
    Sur la première photo, on fait comment pour faire ressortir le bleu du gilet du bébé ? Le linge rouge ? C’est quoi le truc ?
    La distribution de crayons, de quel objectif s’agit-il ?
    Pour tout vous dire je tente d’apprendre toute seule, je voudrais prendre des cours mais je manque de temps et pas un photographe aux alentours.
    Est-ce que ce serait trahir un secret ?
    Merci de bien vouloir partager avec moi ces « trucs » qui m’aideraient à pousser un peu plus loin ce qui est en train de devenir une passion.
    Je commence et dispose d’un Nikon D5100 avec un objectif 18/55 et mon préféré le 70/300. question logiciel j’ai un Photshop CS4. Merci de votre aide, de celle des autres peut-être ? Des pros ou de ceux qui comme moi s’essaient seuls à la photo…
    Je vous souhaite une belle carrière et faites de belles photos !

  30. avoir l’image devant les yeux pour partager, mais il y a des images qui restent dans le cœur sans pellicule. J »ai parcouru ce pays il y a 45 ans,et puis les soldats Russe, les Talebs, mon fils aussi il y a peu de temps, chacun garde sa vision, la découverte de ce Pays qui ne sort pas de la guerre…alors reporter ou pas…quelle importance…juste l’échange…laisser un témoignage… je suis photographe amateur ,avec des photos archives délavées de bleu (pellicules russe) les Bouddhas étaient encore debout, j’aime trois photos, le père et son enfant, le soldat de dos, le commerçant sur sa chaise…Je salue au passage le travail des soldats envoyés… Juste ajouter: la mode aujourd’hui est de dévaloriser l »autodidacte, Ah le diplôme!….Quand je regarde le résultat sur notre terre……toutes ces personnes qui pourraient mourir de faim dans un champs de betteraves!! allez avec humour et amicalement salutations et merci Vincent