Fin septembre, Nikon a publié les résultats d’une étude menée sur plus de 12 000 personnes en Europe autour du partage de photos.

Lorsque l’on veut partager ses photos, on commence souvent avec l’écran de l’appareil photo lui-même : on montre ses photos à ses amis de cette manière, directement sur le petit écran, tel un petit livre photo. Ainsi, un petit groupe de personnes peut regarder les photos, et cela nous permet de conserver une certaine intimité et vie privée.

Mais de plus en plus, il semblerait que l’on soit prêt à vouloir diffuser « immédiatement » ses photos à un public plus large, et c’est ce que Nikon a compris en proposant un nouveau terme : la projectographie. C’est l’affichage immédiat de vos images par projection. Nikon parle bien sûr de cela dans son étude car la marque vient de lancer son nouvel appareil photo compact COOLPIX S1000pj, qui intègre un mini projecteur permettant de visualiser ses photos, projetées sur un mur ou tout autre support. Il semblerait qu’avec cette étude, Nikon soit sur la bonne voix pour conquérir rapidement de nouveaux clients avec cet appareil. Mais pour certains, cela restera bien sûr un gadget de plus, du moins pendant un certain temps avant que son usage ne se démocratise. On attend aussi les compacts équipés de Wifi…

S1000lowresforweb

Dans cette étude, on remarque également que de plus en plus de personnes partagent leurs photos en ligne. Près de la moitié des Européens (46,8%) diffusent leurs photos sur Internet, même si ce chiffre n’est que de 35,7% pour les Anglais. Ces chiffres, quoi qu’un peu élevés, ne sont pas si étonnants que cela, quand on voit la place que prend Facebook ou les autres sites de réseaux sociaux dans la vie des internautes.

Cependant, si les internautes mettent de plus en plus de photos en ligne, ils effectuent également un tri plus important sur les photos qu’ils diffusent. Ainsi, 16,8% demandent à leurs amis de retirer les photos d’eux qu’ils n’aiment pas, et vont même jusqu’à insister pour que chaque photo soit validée avant qu’elle soit mise en ligne. Le partage en ligne est également plus sélectif, et les Européens ne diffusent pas toutes leurs photos mais seulement une partie, conscients du risque inhérent à la diffusion des images sur Internet. En effet, une fois que les photos sont sur Internet, visibles de tous (potentiellement), elles entrent dans un espace de lieu semi-public, et il est difficile de contrôler qui vient effectivement voir ces photos. D’un cercle familial restreint, on passe à un groupe de pairs étendu et à un réseau de personnes qui se connaissent à peine.

Pour prévenir les internautes des risques liés à leur « image de marque » sur Internet (qui se véhicule énormement par les photos), Nikon (en collaboration avec Debrett’s) propose quelques règles qui composent sa Photo Netiquette :

  • Ne pas publier de photos embarrassantes d’autres personnes sans leur permission.
  • Assurez-vous que vous êtes satisfait des photos sur lesquels vous vous trouvez.
  • N’oubliez pas que votre patron, votre famille et vos amis regardent vos photos. Ne postez donc pas de photos inappropriées.
  • Ne postez pas sans cesse des photos de vous, vous risqueriez de passer pour quelqu’un d’obsédé par soi même, plutôt qu’être intéressant.
  • Réfléchissez sur l’impact qu’auront vos photos sur les autres personnes avant de les partager.

Ces quelques règles simples sont là pour vous rappeler que lorsque vous partagez des photos en ligne, vous devez traiter les autres avec respect, en vous mettant à leur place.

Petite statistique amusante, ce sont les Russes qui prennent le plus de photos d’eux (34,2%), suivis par les Autrichiens. Les Français (8,6%) et les Anglais (5,6%) sont parmi ceux qui prennent le moins d’autoportraits.

Voici une vidéo de l’étude sociologique réalisée par Nikon France (Merci à NikonFR sur Twitter)

Source : Debrett’s