Le flou peut être un effet artistique recherché par le photographe, mais la plupart du temps nous cherchons à ce que nos photos soient nettes, en particulier dans le cas de souvenir.

Wheeee

Alors pour ce deuxième MP (mercredi pratique, pour ceux qui ont suivi le numéro un sur le RAW), nous allons passer du boîtier à l’objectif, et en particulier à cette nouvelle génération d’objectifs grand public équipés d’un stabilisateur d’image.

Tous les photographes qui ont voulu utiliser un zoom puissant (ou même standard) dans des conditions de lumière limitées se sont heurtés au problème du flou. Plus la luminosité est faible, plus le temps de pose est long, et cet impact est d’autant plus important que la focale est élevée. Pour pallier cette difficulté et permettre de se passer d’un trépied, les fabricants sont en train de généraliser l’usage du stabilisateur (numérique ou optique, j’y reviendrai), argument commercial supplémentaire à côté de la course généralisée aux mégapixels. Pourtant, lorsque cette stabilisation est de qualité, le résultat est sans appel.

Avant tout, rappelons les différences entre les deux grandes familles de stabilisateurs:

  • Numérique: intégré au boîtier, ce système a l’avantage d’être présent quelque soit l’objectif monté et c’est l’appareil qui se charge de la stabilisation. Il augmente la sensibilité du capteur et permet de déclencher avec une vitesse plus rapide. Mais cela veut dire que le système, implanté dans le boîtier, le rend plus volumineux et plus lourd. D’autre part, s’il s’adapte à tous les objectifs, il n’est optimisé pour aucun en particulier. Enfin, il a tendance à augmenter le bruit des photos.  Il est adopté par certains compacts, mais on ne le voit pas ou peu – à ma connaissance – sur les reflex.
  • Optique: en général intégré à l’objectif pour les reflex (ou au boîtier sur les compacts et sur certains Pentax), ce système mécanique permet d’être parfaitement adapté à l’optique et indépendant du reflex. Il offre de meilleurs résultats et tend à se généraliser.

Il est donc préférable, si vous ne voulez pas sacrifier la qualité de vos photos, de privilégier le système optique. Ce système peut avoir différents noms selon les fabricants: IS chez Canon (le pionnier), VR chez Nikon, CSS pour Sony, MegaOIS pour Panasonic ou Leica, OS pour Sigma, VC chez Tamron ou encore SR chez Pentax… mais le principe reste le même.

Maintenant dans les faits, cela change-t-il la donne ? Comme bien souvent, oui et non.

Oui, car cela permet de gagner en temps de pose / en ouverture (gain de trois vitesses d’après les constructeurs) . Ainsi, vous vous surprenez à prendre à main levée des photos qui auraient été floues sans votre stabilisateur. Exemple personnel: j’avais mon appareil depuis peu (je n’avais pas de trépied) et je vais à un match de baseball, le soir vers 19h. Lumière qui faiblit, gradin loin du terrain, joueurs rapides, tout était réuni pour que mes photos soient un fiasco. Et pourtant, j’ai réussi à avoir de bonnes images grâce à ce fameux VR: avec peu de lumière, je ne pouvais pas donner la priorité à la vitesse pour figer le coup de batte. Le joueur entier aurait été flou sans l’utilisation du VR.

Non, car rien ne peut remplacer le pied dans des conditions de faible lumière ou lorsque l’on veut pouvoir shooter avec une vitesse plutôt lente sans avoir de flou lié au mouvement du photographe.

Quoi qu’on en dise, les VR, IS et autres cousins rendent de fiers services, en particulier pour tous les amateurs qui n’ont pas toujours leur tripod avec eux et qui traînent leur reflex partout, souhaitant photographier dans toutes les conditions. Même si parfois, et souvent pour des raisons artistiques, cela fait du bien de le désactiver!

Et pour finir, vous pouvez aller voir ce mini site Nikon expliquant en détails (commerciaux…) le fonctionnement du VR. Je vous conseille aussi cette petite démo de Canon qui permet de visualiser ce qui se passe dans l’objectif :

Surtout, n’hésitez pas à apporter votre expérience personnelle dans les commentaires, cela ne peut qu’enrichir le débat !

Mise à jour : Nikon explique pour la stabilisation optique est plus efficace que la stabilisation mécanique.