Bob Shimmin, un habitant du Michigan, explique au Kalamazoo Valley Museum les techniques fondamentales du TinType ou en français le procédé ferrotype ou melainotype.

Pour commencer, revenons sur l’origine de cette technique. C’est au Royaume-Uni en 1851 que Frederick Scott Archer découvre le procédé de collodion permettant de développer des photographies prises sur une plaque en verre appelée ambrotype. Deux ans plus tard, le photographe français Adolphe-Alexandre Martin améliore ce système en intégrant des plaques de fer blanc vernies pour augmenter la rapidité et limiter le coût de la matière première. C’est cette seconde technique que Bob présente dans la vidéo du Kalamazoo Valley Museum.

Dans son interview, ce passionné de photographies anciennes nous explique comment il en est venu à préférer la technique du TinType plutôt que les appareils photo modernes.

Dès son plus jeune âge, Bob Shimmin a toujours aimé fouiller dans les placards de sa grand-mère pour dégoter de vieilles photos. Seule l’une d’elles avait été éditée sur une plaque de TinType et c’est celle-ci qui captait toute l’attention de Bob.

Dans le cadre de l’exposition « Remember Me : Civil War Portraits« , le musée interactif de Kalamazoo souhaitait revenir sur la photo TinType. En effet, toutes les photos prises dans les années de la Guerre de Sécession sont faites avec ce procédé.

TinType

George Pepper, membre du 7e régiment du Maine en 1861

Comme vous pouvez le voir sur la vidéo, le procédé de développement des photographies n’est pas des plus simples, du moins pour notre époque. Il faut dans un premier temps sensibiliser la plaque de fer blanc vernie avant de pouvoir prendre la photo. Mais ce n’est pas fini : après avoir exposé la plaque à la lumière, il faut faire réagir le nitrate de fer que l’on a posé dessus au préalable et qui est sensible à la lumière. D’où l’utilisation d’une boite noire pour protéger ces particules de la lumière et faire ressortir uniquement certaines zones lumineuses de la plaque qui forment ensuite une image. Le vernis est également important pour pouvoir garder longtemps la photographie.

Pour voir plus de vidéos du musée, suivez sa chaine Vimeo.