Étant moi-même papa photographe et mettant à contribution mes enfants pour un certain nombre de projets, j’étais curieux de savoir comment d’autres pères géraient ces moments particuliers de collaboration avec leurs enfants, et avec LES enfants en général. Ayant la chance d’être ami avec trois photographes de renommée internationale, et cette période de fête des enfants aidant, je suis allé demander à Bill Gekas (Australie), Adrian Sommeling (Pays-Bas) et John Wilhelm (Suisse) leurs méthodes et secrets pour réaliser des projets audacieux et artistiques avec leurs petites têtes blondes !

10 questions, 10 réponses souvent différentes, parfois similaires, que je vous propose de découvrir ensemble !

Interview in English is here


1/ Salut Bill/Adrian/John ! Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bill Gekas : Je vis et suis né à Melbourne, Australie, avec ma femme Nikoleta et notre fille Athena. Bien que mes travaux photo soient reconnus internationalement, j’ai choisi volontairement de ne pas être photographe professionnel à temps plein, pour certaines raisons. Mon travail photographique est fortement influencé par l’atmosphère, la lumière, les couleurs et les émotions des tableaux des vieux maîtres-peintres que j’essaie d’incorporer à mes propres recettes photo.

Bill Gekas, Australie

Bill Gekas, Australie

Adrian Sommeling : Je suis Adrian Sommeling, né en 1966, marié et papa d’un fils extraordinaire, que l’on peut voir sur pratiquement toutes mes images ! Ma vie est cernée par l’art : ma mère est une artiste (peintre) et m’a appris dès mes 4 ans comment peindre une toile ! Plus tard je suis passé sur d’autres supports, comme l’airbrush, pour créer des images. Depuis que les ordinateurs sont plus rapides et que Photoshop existe, je fais de la peinture numérique avec les images que je réalise.

Adrian Sommeling et son fils Nic, Pays-Bas

Adrian Sommeling et son fils Nic, Pays-Bas

John Wilhelm : Mon nom est John Wilhelm, j’ai 45 ans et je vis en Suisse avec ma femme (en fait, nous ne sommes pas mariés, mais c’est toujours très compliqué d’expliquer notre situation, donc j’appelle Judith « ma femme ») et nos 3 petites filles ! Mon travail à plein temps est directeur informatique, je suis passionné de photographie, et de toutes les nouvelles méthodes diaboliques qui s’y rapportent (retouche, composite, intégration d’éléments 3D…).

John Wilhelm, Suisse

John Wilhelm, Suisse

2/ Quand et comment en es-tu venu à la photographie ?

BG : Mon premier contact avec un appareil photo a été avec le dos argentique Pentax ME-Super de mon père dans les années 80, c’est là que j’ai pu commencer à jouer sérieusement avec un boîtier argentique manuel. Dans les années 90, un peu plus âgé et un peu plus riche, j’ai pu m’offrir mon propre appareil, un Pentax K-1000 avec quelques objectifs, et commencé mon apprentissage de la photographie, ainsi que le développement monochrome en chambre noire. Mais ce n’est qu’en 2005, quand je suis passé au tout numérique, que les choses ont commencé à devenir intéressantes concernant la vitesse et méthode d’expérimentation !

AS : En réalité, je suis dans la photographie depuis un long moment ! J’ai commencé en argentique au lycée, je développais mes images dans ma propre chambre noire, mais j’ai dû arrêter à la fin du lycée. Plusieurs années plus tard, lorsque j’ai lancé ma propre agence de publicité et de design, j’ai davantage pratiqué, mais m’y suis réellement investi il y a environ 5 ans lorsque j’ai vu des amis pratiquer la photo. J’ai voulu apporter un point de vue différent ; déjà au lycée je réalisais des portraits, mais maintenant je préfère raconter des histoires avec mes images.

JW : La photographie est une affaire de famille ! Mon père était déjà un amateur passionné très enthousiaste : impossible d’y échapper ! Mais c’est réellement il y a 4 ou 5 ans, lorsque j’ai découvert les possibilités de Photoshop, que mon objectif numéro 1 a été de maîtriser ce logiciel, et d’être capable de réaliser de belles compositions, de donner vie à mes idées et fantasmes.

3/ Qui serait ton modèle, en tant que photographe ?

BG : Il existe de nombreux photographes, contemporains ou non, pour qui j’ai le plus grand respect, mais si je devais en choisir un, ce serait Dan Winters . Je pense que son travail sur le portrait est au-delà de l’exceptionnel, aussi bien techniquement qu’artistiquement.

Portrait de Benedict Cumberbatch par Dan Winters

Portrait de Benedict Cumberbatch par Dan Winters

AS : Je n’ai pas vraiment de modèle, mais parmi tous les bons photographes qui nous entourent, les photographes américains sont ceux dont j’aime le plus le travail. Ce style « publicitaire » est celui qui me correspond le plus. De tous ces bons photographes, j’aime tout particulièrement les travaux de Dave Hill !

Composition de Dave Hill

Composition de Dave Hill

JW : Je n’ai jamais été le genre à avoir des modèles, je n’ai même jamais eu de pop star préférée ou d’équipe de foot favorite ! J’ai toujours voulu créer mes propres trucs. Bien sûr, je me suis inspiré de très nombreux artistes et photographes, mais ça peut vite être dangereux pour votre propre style d’essayer de suivre un modèle. Avoir un maître ou un gourou dont on copie le style, les idées, les techniques peut être un très bon point de départ, mais à un moment il faut savoir suivre son propre chemin. Je vois de nombreux photographes qui restent malheureusement éternellement dans la trace (et dans l’ombre) de leur modèle !

4/ Comment partages-tu ton temps entre le jeu et le travail avec Athena (la fille de Bill et Nicoleta) / Nic (le fils d’Adrian et Nisa) / tes filles (John et Judith ont 3 filles : Lou, Mila, et Yuna) ? Arrives-tu à faire les deux en même temps en visant un résultat spécifique ?

BG : Le temps est la seule chose qui m’empêche de réaliser plus de projets personnels ! Je possède et dirige ma propre entreprise de fabrication dans le bâtiment, ce qui prend la grande majorité de mon temps. La seconde priorité est ma famille et ma responsabilité du foyer, la photographie est en dernière place de la liste ! Mais avec les années j’ai appris à trouver le juste équilibre, et très sincèrement je ne ferais pas autrement puisqu’aujourd’hui j’ai la liberté de photographier ce que je veux, comme je veux, et quand je veux, sans pression financière ou délai à respecter, qui vont souvent de pair avec l’aspect commercial de la photographie.

Photographier peu souvent et de manière espacée est également positif pour Athena, vu qu’elle a hâte d’être au prochain projet quand elle n’a pas posé depuis un moment. Je pense que trouver cet équilibre est la clé pour apprécier encore plus la pratique photo, du moins non professionnelle ! Mais…..si une journée faisait 28h, ça ferait une énorme différence pour moi ! ^^

"Potatoes" par Bill Gekas, Athena, sa fille de 8 ans, sert de modèle pour cette composition inspirée des peintures flamandes

« Potatoes » par Bill Gekas, Athena, sa fille de 8 ans, sert de modèle pour cette composition inspirée des peintures flamandes

AS : Pour être honnête, c’est difficile de trouver du temps pour le travail, Nic ET me détendre : je ne me détends jamais ! ^^ Pour l’aspect pro, je le combine souvent avec le fait d’être en sa compagnie. Il m’accompagne sur mes séances, ce qui nous laisse du temps ensemble après les prises de vue. Je trouve difficile de faire les deux en même temps en attendant un résultat précis ! On passe du temps ensemble, mais j’espère que lorsque les choses iront un peu mieux, j’aurai encore plus de temps avec lui, je suis sûr que ça va arriver ! 😉

"Paris Metro" par Adrian Sommeling, son fils Nic sert de modèle, image prise pendant le séjour de Nic et Adrian à Paris pour le workshop parisien !

« Paris Metro » par Adrian Sommeling, son fils Nic sert de modèle, image prise pendant le séjour de Nic et Adrian à Paris pour le workshop parisien !

JW : Des clichés bruts en sortie de boîtier et une vie de famille s’accordent bien. Mais pour des images conceptuelles comme les miennes, je dois séparer le « photographe » du « papa ». Mes enfants le savent déjà, si papa est en mode « photographe de studio », ils coopèrent volontiers. J’imagine qu’ils sentent à quel point c’est important pour moi, et bien souvent ils attendent avec impatience de voir le résultat de certains shootings !

"Happy St. Nicholas' Day", image réalisée pour les fêtes de 2015 avec l'aide des filles de John : Lou, Mila, et Yuna !

« Happy St. Nicholas’ Day », image réalisée pour les fêtes de 2015 avec l’aide des filles de John : Lou, Mila, et Yuna !

5/ Combien de temps dure la prise de vue avec Athena / Nic / tes filles à chaque fois ?

BG : Le temps réellement passé à photographier est court : j’ai fait certaines séances en 15 minutes, et d’autres ont duré jusqu’à une heure, mais généralement c’est bouclé en 30 minutes, sachant qu’une seule image est prévue ! La clé pour arriver à ça, c’est la préparation ! C’est la préproduction qui prend du temps, et c’est quelque chose que Nikoleta et moi gérons à tour de rôle, planifions, etc. Une fois tous les détails prévus, ce n’est plus qu’une question de préparatifs du lieu, de réglages du boîtier, des lumières, etc. et Athena n’a plus qu’à se préparer et me rejoindre, ce qui lui évite de tourner en rond et de se désintéresser du shooting.

AS : Pas tant que ça, je veux dire, je ne produis pas tant d’images que ça, généralement, une à deux par mois. Aussi, je sais ce que je veux quand je fais mes prises de vue, du coup les séances ne durent qu’une heure, sauf sur les workshops, lorsqu’il est modèle, cela peut prendre plusieurs heures.

JW : Les enfants, du moins les miens, ne peuvent pas se concentrer bien longtemps, et leur motivation chute extrêmement vite dès lors qu’ils sont face à l’objectif, donc ça doit être rapide ! Je pense qu’un shooting moyen (sans stylisme, habillage, etc.) dure une quinzaine de minutes !

6/ Est-ce qu’il arrive que ta fille / ton fils / tes filles s’ennuie(nt) parfois ? Comment gères-tu ça ?

BG : J’ai été chanceux qu’elle soit amusée de porter un costume et jouer la comédie ! Une chose que j’ai apprise très rapidement à mes débuts, c’est que demander à un enfant de poser ne fonctionne pas : ils perdent leur concentration pratiquement immédiatement, ils n’ont pas la patience d’un adulte. Après avoir observé son comportement naturel d’enfant, la solution était évidente ! Le truc, c’est que les enfants aiment jouer la comédie, surtout lorsqu’ils sont déguisés pour l’occasion. J’ai tiré parti de ça, et lui ai juste demandé de jouer un rôle, d’interpréter le personnage que l’on photographie, et regarder vers l’objectif de temps en temps, et ça a marché ! Maintenant qu’elle a 8 ans, elle est plus en phase avec ce que l’on fait, et est plus facile à guider, en restant une enfant.

AS : Oh si ! Bon, je m’assure de ne pas prendre mes photos en fin de journée lorsqu’il est fatigué, la fatigue des enfants se voit toujours à l’image. Le mieux reste donc de faire les séances le week-end, en fin de matinée de préférence, mais même avec toutes ces précautions, parfois, il n’a pas envie. Pas parce qu’il n’aime pas ça, mais parce qu’il est occupé à autre chose, comme…Minecraft ! Mais quand je lui demande si je dois m’adresser à quelqu’un d’autre, il n’a subitement plus de soucis à être le modèle ! Il espère un jour devenir célèbre ! (^^)

JW : Bien sûr ! Parfois je peux les amadouer avec des friandises, des surprises, ou un peu de temps de jeu sur l’iPad. Parfois je leur demande si elles sont prêtes pour un shooting, et elles me répondent « non papa, pas aujourd’hui, demain ! » Je dois accepter ça ! Je ne les forcerais jamais à réaliser une image ou une idée.

7/ Quel conseil pourrais-tu donner aux personnes souhaitant prendre des photos de ses propres enfants à titre professionnel ou amateur averti ?

BG : Ne forcez pas les jeunes enfants à poser pour vos photos s’ils ne le souhaitent pas, au final, ça se verra à l’image. Laissez-les être eux-mêmes, laissez-les jouer un rôle plutôt que de les faire poser, ils n’apprécieront qu’encore plus ce moment et resteront naturels. Demandez-leurs seulement de regarder vers l’objectif de temps en temps pendant qu’ils sont dans leur personnage ! Si vous voyez que le résultat n’est pas là, laissez tomber et réessayez un autre jour ! Assurez-vous d’être prêt à déclencher dès qu’ils sont prêts, le pire est de tâtonner avec votre boîtier, vos lumières, réglages, accessoires, etc. et les faire attendre. C’est parfois irritant pour les adultes, mais laissez tranquilles les enfants qui n’ont pas cette patience.

La musique ! En studio, la musique est un élément clé, cela remplit la pièce d’une ambiance joyeuse et on en a toujours en fond pendant les shootings. Au-delà de tout ça, lorsque vous photographiez de jeunes enfants avec ce type de concept artistique, ça doit être une expérience amusante pour eux, pour leur donner envie de le refaire une prochaine fois, et non de craindre ce moment.

AS : C’est dur… tous les enfants sont différents, et ce que je constate chez eux, c’est que certains savent se concentrer, et d’autres non. S’ils ne savent pas se concentrer, c’est pratiquement impossible ! J’ai la chance d’avoir un fils qui sait rester concentré, et a une vraie palette d’expressions de visage. Une chose à ne pas faire, c’est dire aux enfants le nombre de photos que vous allez prendre, parce qu’ils comptent, et une fois arrivés au nombre, ils arrêtent tout !

JW : Hé bien….Faire appel à un photographe professionnel ! ^^ Plus sérieusement, avoir un bon résultat en photographie d’enfant ne sera possible que si vous avez les bonnes compétences. Un boîtier à 10.000$ aidera quelqu’un ayant les bonnes compétences, mais sera inutile pour un amateur sans talent. Une fois que vous maîtrisez tous les basiques de la photographie et de l’image, vous êtes prêt ! Il ne vous manque plus que des enfants talentueux et de bonne volonté pour travailler avec vous : je suis vraiment chanceux d’avoir de tels enfants ! Je n’ai jamais eu dans l’idée de faire de la photographie d’enfants, mais quand j’ai vu à quel point Lou était douée devant l’objectif, les dés étaient jetés !

8/ Comment Athena / Nic / Lou, Mila et Yuna vi(ven)t le succès et les récompenses des images où elle/il/elles apparaît/apparaissent ? Se considère-t-elle/il/elles chanceu(se(s))x ou est-ce resté une situation normale ?

BG : Elle est habituée à l’appareil photo maintenant, et elle aime parler des images réalisées avec ses copines d’école. Elle aime toujours se voir dans les magazines photo et les expositions, et voir son visage s’illuminer avec un immense sourire en découvrant le résultat est réellement un plaisir pour nous ! Elle est aussi à un âge maintenant où elle comprend ce que l’on essaie de réaliser, et en tant que petite fille très créative elle-même, je la vois bien devenir une photographe de talent, une artiste, tant elle a appris à mes côtés et en étant face à l’objectif. Elle utilise son propre appareil photo toute seule maintenant, et je réalise en regardant ses photos qu’elle sait comment cadrer et composer une image convenablement. Elle a vraiment assimilé ce que l’on a réalisé ensemble, et nous considérons comme une chance pour une jeune fille d’être en immersion dans un tel niveau de créativité.

"The Curator" - Image de Bill réalisée avec Athena, gagnante de nombreux concours et publiée dans divers articles internationaux.

« The Curator » – Image de Bill réalisée avec Athena, gagnante de nombreux concours et publiée dans divers articles internationaux.

AS : Il adore ça ! Il me demande souvent « papa, je suis déjà célèbre ? », et je lui réponds « non, pas encore, seulement auprès de mes amis Facebook ! » ^^ Il espère devenir célèbre, mais plus comme Youtubeur que comme modèle ! Concernant le fait de se considérer chanceux, je ne pense pas… C’est toujours un enfant, et il prend tout ce que lui arrive avec beaucoup de détachement, tel que ça vient. Je veux dire, on prend beaucoup l’avion pour aller aux quatre coins du globe, chose que je n’ai jamais faite étant enfant, mais pour lui, c’est une situation normale !

AdrianSommeling_ReadyToTakeOff

« Ready to take off » – Image réalisée par Adrian et son fils Nic, parfaite illustration de leurs nombreux voyages ensemble aux quatre coins de la planète !

JW : Je pense qu’elles doivent déjà grandir un peu ! ^^ Pour le moment, c’est juste une situation normale pour elles, mais je suis sûr que ça changera ! Quand elles auront 30 ans et plus, elles seront vraiment heureuses d’avoir ce genre de souvenir, et peut-être qu’elles me détesteront entre 13 et 18 ans, quand d’autres ados débusqueront leurs images sur le net, mais mes filles sont plutôt sûres d’elles… J’espère qu’elles seront au-dessus de ça, et qu’elles utiliseront les images à leur propre avantage !

"Irrésistible chocolat Kinder" - Image réalisée par John avec l'un de ses filles, comme souvent, très humoristique !

« Irrésistible chocolat Kinder » – Image réalisée par John avec l’une de ses filles, comme souvent, très humoristique !

9/ On ne voit jamais ou du moins très rarement ta femme/compagne dans tes images, quel est son avis sur ton travail ?

BG : Nikoleta est la clé, mon arme secrète ! Si ce n’était par sa volonté et son enthousiasme dans ce projet, je ne pense pas que cela aurait atteint le niveau auquel c’est arrivé. Nikoleta est toujours prête à faire ou acheter un costume, chercher un accessoire, un lieu de shoot, tenir mes lumières dans des positions improbables, habiller Athena dans son costume, la coiffer, etc. Je suis heureux de l’avoir, elle est tout dans ce projet, et elle gère la maison pendant que je travaille, je pense vraiment être très chanceux !

AS : Ma femme n’est visible que sur quelques images, la dernière en date était celle du tapis volant ! La raison pour laquelle on la voit peu (mais ne lui montre JAMAIS cette interview !! ^^) c’est parce que je cherche des acteurs pour mon style d’image, et même si c’est la meilleure femme au monde……elle n’est pas actrice !

"Flying carpet" - Une des rares images d'Adrian représentant son fils Nic et sa femme !

« Flying carpet » – Une des rares images d’Adrian représentant son fils Nic et sa femme Nisa !

JW : Elle me soutient à 100%, et il y a quelques images rigolotes dans lesquelles elle a un rôle. Habituellement, je discute d’une idée avec elle avant de la mettre en place, elle a souvent des idées d’ajout ou de modifications qu’elle apporterait au projet. Elle est également très créative et productive dans son activité de création de sacs et d’accessoires de mode, jetez un oeil !

"Waiting for a flock to Italy" - Image réalisée par John, reprenant sa femme Judith, ses trois filles, et lui même !

« Waiting for a flock to Italy » – Image réalisée par John, reprenant sa femme Judith, ses trois filles, et lui même !

10/ Comment gérez vous, en tant que parents, le fait que vos enfants soient exposés internationalement ? As-tu déjà eu des photos volées ou des litiges liés au copyright ?

BG : Mes travaux sont bien connus de par le monde maintenant, nous avons vraiment apprécié la promotion qui a permis de toucher de nombreux photographes et amateurs d’art d’une façon ou d’une autre. Nous n’avons pas eu de problèmes liés à cette exposition médiatique, nos travaux étant plus des oeuvres d’art que des portraits de notre fille. Ils ne peuvent être de « simples » portraits de notre fille étant donné leur empreinte surréaliste et fantaisiste. Le seul rôle d’Athena dans ces travaux , c’est le rôle d’une enfant auquel n’importe quel parent peut projeter son propre enfant, petit-fils/fille, ou même eux-mêmes lorsqu’ils étaient plus jeunes. Malheureusement, les années m’ont appris que cette surexposition internationale peut également être à double tranchant. Mes travaux ont été utilisés sans ma permission pour des peintures, des impressions sur des mugs, des tags, etc.

Une des oeuvres de Bill, copiée illégalement par un peintre

Une des oeuvres de Bill, copiée illégalement par un peintre

À ce niveau, c’était à craindre, et ce genre de malhonnêteté va de pair. Heureusement, la renommée de ces oeuvres nous permet d’être informés de la moindre violation de copyright quasi immédiatement !

"Silverleaves" - Image réalisée par Bill sur une belle plage australienne avec sa fille Athena

« Silverleaves » – Image réalisée par Bill sur une belle plage australienne avec sa fille Athena

AS : Je ne me soucie pas vraiment du vol de mes images par des particuliers, ils n’ont accès qu’à des images basse définition, et on peut difficilement en faire quelque chose. Si une entreprise ou un professionnel utilise mes images en revanche, je m’assure qu’ils en paient les frais !

Extrait d'une réalisation d'Adrian pour le calendrier de la société néerlandaise Neomax

Extrait d’une réalisation d’Adrian pour le calendrier de la société néerlandaise Neomax

JW : C’est comme ça aujourd’hui avec Internet, nous devons nous y faire, ça ne sera plus si exceptionnel d’ici quelques années. Une vie exposée amène son lot de risques ! Mais si j’avais vécu une situation dangereuse ou menaçante, j’aurais probablement tout arrêté immédiatement, je pense. Mais l’opposé se produit ! Je suis en contact avec de nombreux fans photographes à travers le monde, et j’ai d’extraordinaires retours, mais aussi des critiques, ce qui est motivant et aide à s’améliorer ! D’ailleurs, ne pas oublier qu’il n’est pas facile de reconnaître mes enfants si vous les voyez en vrai…..non retouchés ! Et bien sûr, mes images sont volées et copiées en permanence, tant qu’elles ne sont pas vendues, je ne m’en fais pas !

"into the Poppies" - une réalisation de John, croisée de nombreuses fois sur le net, a été copié par de nombreux "artistes" mais l'originale est bien de lui !

« into the Poppies » – une réalisation de John, croisée de nombreuses fois sur le net, a été copiée par de nombreux « artistes », mais l’originale est bien de lui !

Un dernier mot ?

BG : On me demande souvent si ce projet arrivera à son terme une fois qu’Athena aura grandi, ma réponse est simple : pourquoi nous arrêter alors que l’on s’amuse toujours ? J’aime à penser que l’on est juste à l’échauffement, et que des projets plus gros et plus audacieux arriveront au fur et à mesure qu’elle grandit, elle aussi ! Tant qu’elle reste enjouée, nous continuerons avec cette série et verrons comment elle évolue dans le temps !

AS : Pas vraiment de dernier mot, mais je voudrais juste te remercier pour cette interview !

JW : Rien à ajouter, merci pour cette interview !


Fan depuis plusieurs années des travaux de Bill, Adrian et John, il me tenait à coeur de mettre en lumière leur univers, au-delà du respect que j’ai pour leur travail, j’ai sympathisé avec eux à travers nos échanges, mais aussi nos enfants respectifs, que l’on met tous en avant par nos images, qu’elles soient créatives ou artistiques, ça rapproche, forcément ! J’espère que cette interview de fête vous apportera son lot de conseils et de méthodes pour réaliser de belles images de vos propres enfants, ou de ceux des autres ! Je vous souhaite à toutes et tous de merveilleuses fêtes de fin d’année !

Un GRAND merci à vous trois d’avoir pris le temps de répondre à mes questions ! Découvrez davantage leurs univers en suivant les liens ci-après :

Bill Gekas : son site / sa galerie 1X

Adrian Sommeling : son site / son tout nouveau tutoriel « compositions réalistes » / sa page Facebook

John Wilhelm : son site / sa page Facebook