Saviez-vous que le format JPEG a été créé il y a plus de 20 ans, et qu’il s’obstine à rester en vie et faire la loi malgré ses limites ?

Bien entendu, des formats ont déjà essayé de le remplacer, comme le WebP de Google, ou le Mozjpeg de Mozilla, mais de par sa popularité et sa simplicité, cette technologie de compression d’image est toujours bien présente et dominante.

JPEG à gauche, BPG à droite

JPEG à gauche, BPG à droite

Fabrice Bellard, créateur du FFMPEG (une collection de logiciels libres destinés au traitement de flux audio ou vidéo) et du QEMU (un logiciel libre de machine virtuelle), a créé un nouveau format d’image, le BPG (Better Portable Graphics) qui offre la même qualité d’image qu’un JPEG pour un poids deux fois moindre.

Pour réaliser cette prouesse, le BPG utilise le codec x265, une version open-source de la norme de codage vidéo HEVC/H.265.

Vous pouvez observer les différences entre les différents formats en utilisant ce site de comparaison. Le fichier original est la version non compressée, et ensuite il y a différentes compresssions en utilisant les méthodes BPG, Mozjpeg (une version améliorée du Jpeg par Mozilla), WebP de Google et JPEG2000.

JPEG à gauche, BPG à droite

JPEG à gauche, BPG à droite

Malheureusement, si le rendu est meilleur, notamment dans les aplats de couleurs ou sur les dégradés, le BPG a encore une longue route à parcourir avant d’être, avec un peu de chance, adopté. En effet, pour le moment, pour afficher un fichier BPG dans votre navigateur, il vous faut utiliser un décodeur BPG écrit en Javascript, ajoutant du poids (seulement 71 ko) au rendu de la page. Cette technologie, pour avoir des chances d’émerger, devra donc être diffusée auprès des fournisseurs de logiciels et de navigateurs tels qu’Apple, Google, Microsoft et Mozilla, ainsi qu’à tout le reste de la chaîne alimentaire qui utilise le format JPEG d’une manière ou d’une autre.

Pour en savoir plus sur le format BPG, vous pouvez consulter ce lien (assez technique).

via