Toutes les photos en couleur sont constituées de nombreuses teintes, et chacune de ces teintes a une intensité spécifique : on appelle cette intensité la saturation. C’est un élément auquel on ne pense pas consciemment mais qui joue grandement dans notre perception d’une image. Nous allons donc voir comment la saturation / désaturation fonctionne et ce que l’on peut faire avec cette méthode.

Bubble

Qu’est ce que désaturer une image ?

La saturation des couleurs peut être plus ou moins importante, allant des couleurs les plus vives pour une image saturée aux couleurs les plus fades pour une image faiblement saturée. La désaturation complète d’une couleur revient alors à la transformer en un niveau de gris, et si cet effet est appliqué à l’ensemble de l’image, vous obtenez alors une photo en noir et blanc. Mais la désaturation peut n’être appliquer que sur une partie des couleurs ou de l’image.

On parle le plus souvent de deux type de désaturation :

  • désaturation totale : comme on l’a vu, cela revient à transformer votre image en photo noir et blanc (ou niveau de gris).
  • désaturation partielle : l’idée est de garder l’intensité de certaines teintes intactes et de ne jouer que sur les autres. On obtient ainsi une image partiellement en noir et blanc, dont certaines teintes ou certaines parties de l’image sont en couleur, souvent plus saturées que la photo originale.

Pourquoi désaturer une image ?

Ancien vs Moderne

En fait, le plus souvent sans le savoir, on cherche au moment de la prise de vue à mettre en avant les couleurs les plus intenses, ou à l’inverse l’absence d’intensité des couleurs. Ce choix correspond à la saturation des couleurs, et peut être retravaillé en post-traitement, encore plus facilement si vous travaillez avec le format RAW.

L’idée est de faire passer un message en ne soulignant qu’une partie des couleurs de votre image. Comme vous le voyez sur la photo précédente, le contraste passé / présent est appuyé par le choix de la désaturation des couleurs d’un côté et non de l’autre.

Comment désaturer votre image ?

  • sur Lightroom : vous pouvez facilement gérer – comme sur la plupart des logiciels – la saturation globale de votre image. Cela vous permet de donner un aspect plus vif à vos couleurs, mais avec parfois un effet artificiel (préférez la Vibrance dans la plupart des cas). Mais vous pouvez également gérer cette saturation couleur par couleur : il est par exemple intéressant de choisir une seule couleur à mettre en avant, et de désaturer toutes les autres (comme sur l’image des sièges dans la suite).

Lightroom

  • sur Aperture : grand concurrent de Lightroom sur Mac, Aperture fonctionne de manière assez similaire pour gérer la saturation de votre photo. La aussi, il est capable de modifier la saturation globale ou le faire couleur par couleur.

Aperture

  • sur Photoshop : beaucoup plus complet, Photoshop permet d’être bien plus précis dans ses choix de saturation / désaturation, et de le faire sur des images dont certaines couleurs sont proches (ce que les deux logiciels précédents ne savent pas faire). Si vous voulez en savoir plus, je vous conseille les tutoriaux suivants qui vous guideront à travers les étapes de la désaturation : ici, ou encore là-bas.

Les minimes c'est des bleus !

Pensez également aux outils de type pinceaux ou brush pour corriger des imperfections locales, notamment si la couleur que vous avez choisie se retrouve dans une autre partie de l’image. Bien sûr, de nombreux autres programmes sont capables de jouer sur la saturation, notamment des versions grand public (Picasa, iPhoto…) ou des logiciels plus avancés (The GIMP, Nikon Capture NX, Bibble…).

Désaturer votre image directement sur votre appareil ?

Enfin il existe certains appareils, reflex mais aussi compacts, capables de faire ces modifications à la volée, directement au moment de la prise de vue ou ensuite dans les menus de l’appareil, se passant ainsi de post-traitement.

Faites cependant attention à ce que la modification ne se fasse pas directement sur votre photo originale, mais que cela crée plutôt une copie de votre image, pour pouvoir récupérer une version « normale » de cette image une fois sur votre ordinateur.

Voilà, la désaturation n’a plus de secret pour vous maintenant !