Vous vous posez souvent la question suivante : quel intérêt de mettre un pare soleil sur mon objectif lorsqu’il y a pas de soleil ? Cet article devrait vous aider à y voir plus clair et comprendre pourquoi le pare soleil est là pour protéger votre matériel.

Le pare soleil est un morceau de plastique qui se fixe à l’extrémité de votre objectif. Il est très souvent compris quand vous achetez un objectif. Quand vous ne vous en servez pas, il est replié vers l’intérieur, mais si vous décidez de vous en servir, vous le dévissez et le repliez vers l’extérieur. Jusque là, rien de compliqué, mais certaines personnes (dont quelques connaissances) se sont dit qu’il ne servait à rien d’emmener son pare soleil en balade, car ça gênait quand il était refermé, et c’était inutile quand il était en place.

Voici quelques raisons qui devraient vous faire changer d’avis et vous pousser à l’utiliser plus souvent.

Eviter d’avoir du flare sur vos photos

Le pare soleil a pour fonction principale d’éviter d’avoir du flare sur vos photos lorsqu’il y a beaucoup de lumière (et que cette lumière ne vient pas de face). En effet, si vous prenez en photo un objet et que de la lumière vient frapper votre objectif sur le côté, vous avez toutes les chances d’obtenir du flare sur votre photo, soit des rayons comme sur la photo ci-dessous. L’utilisation d’un pare-soleil minimise les reflets qui se manifestent lorsqu’une lumière intense se reflète à l’intérieur de votre appareil, entraînant alors l’apparition de points lumineux et de rais de lumière sur vos photos.. En temps de pluie, il peut aussi protéger votre objectif des gouttes.

Flare and Duck

Même la nuit, c’est utile

La nuit, il n’y a pas de soleil, mais il y a beaucoup de lumières parasites qui peuvent gêner l’exposition de votre photo, surtout si vous faîtes des poses longues. Le plus souvent ce sera des lampadaires ou la lumière de la lune, donc le pare-soleil joue le même rôle que la journée, mais pour la nuit.

Une protection contre les chocs

Si votre appareil tombe, l’objectif est protégé par le pare soleil qui crée un espace entre le sol et la lentille. Vous me direz que l’appareil ne tombe jamais à la verticale l’objectif en avant. Peut être que non, mais ce cache peut au moins servir de protection lorsque vous tapez un objet en vous promenant (un mur par exemple). Au prix d’un objectif, je pense que le pare soleil est vraiment la moindre des choses pour garder son matériel en bon état.

Adieu les traces de doigts ou les poussières

Le pare soleil protège également des traces de doigt et de poussières. Sans pare soleil, il m’arrive très souvent de toucher la surface de l’objectif, qui est très sensible à la moindre trace de doigt ou de poussière. Certains pare soleil sont même spécialement conçu pour capturer les poussières qui passent près de l’objectif (grâce à du velours) et éviter que ces dernières ne se déposent sur la surface de l’objectif, futé non ?

Découvrez également comment nettoyer son matériel photo en toute sécurité.

Un petit air professionnel ?

Enfin, le dernier point, un peu secondaire je vous l’accorde, c’est que le pare soleil vous fait passer pour un professionnel. Allez, vous n’allez pas me dire que vous n’avez pas ressenti cet effet lorsque vous vous êtes baladé dans la rue, votre 18-55 mm fièrement orné de son pare soleil, et que quelqu’un s’est reculé de dix mètres en vous voyant, pensant que s’il passait devant vous vous alliez louper la photo phare de votre reportage ??? Cette considération n’a pas de prix… et malheureusement actuellement beaucoup de personnes évaluent un photographe à la taille de son objectif, alors pourquoi s’en priver ?!

En conclusion, j’espère désormais que vous allez sortir votre pare soleil, surtout qu’ils annoncent du beau temps pour ce weekend de pont.

  • Il manque juste une référence à la nuit, c’est également très utile. Il y a tellement de sources de lumières parasites.

    Et puis même la nuit on peut faire croire qu’on est pro hein 😉

    • Merci Thanh, c’est modifié, c’est vrai que je n’y avais pas pensé.

  • J’ai récemment testé la fonction « protection » du pare-soleil, de nuit.. quand mon boitier et mon 24-70mm F/2.8 USM L IS est tombé de mon sac à dos, soit environ d’1m30.. :S.. et bah le pare soleil a pris bien cher, mais l’objo n’avait rien, et le boitier a pris de manière limitée.. pfiouf !

  • Avec ma Pentax K20D, j’ai brisé par deux fois mon pare-soleil. À environ 60 euro (80 $ can), c’est déplaisant. Je me plaignait au vendeur. Il m’a fait comprendre que si mon pare-soleil n’avait pas cassé (brisé), que ça aurait été l’objectif qui aurait mangé le coup. Je suis en accord.
    ============================
    Avec ma Pentax 645 (premier modèle en 1992) (puis le Ni, puis le Nii) avec son pare-soleil (sois ma 45 mm ou ma 200mm), ça fait réellement professionnel. Combien de fois les gens se sont arrêtés, et souvent m’ont parlé. « Pour quel journal travaillez-vous? ». Merci pare-soleil.
    ============================
    Ça fait 20 ans que je me promène avec une caméra au cou, et je ne puis concevoir sortir dans mes pare-soleils.
    ============================
    Je termine que même avec un pare-soleil, la lumière parasite est présente. Bonne raison pour en utiliser un (moindre mal).
    ============================
    J’aime votre site que j’ai trouvé grâce à Twitter.
    bye
    Maitrerene
    ==============================

  • Les parasites éventuels même en cas d’utilisation de pare soleil : cela est possible lorsque l’on utilise un objectif ET un pare-soleil non étudiés pour le boitier.

    Ex : boitier petit capteur, objectif+pare-soleil full frame

  • @René : Merci pour avoir partagé ton expérience, et pour les encouragements également 😉

  • C’est vrai que contre les chocs, c’est bien pratique… Je me prends régulièrement des murs, poteaux ou autre, donc au moins mon optique est protegée.

    Pour le coté pro, très d’accord, mais limite trop… Le part soleil du 24-70 est monstrueux… Associé à l’objectif lui même, la taille est assez impressionnante !

  • J’ai un part soleil pour 55-200 mais il ne se fixe pas sur le 50 ou le 18-55 c’est bien dommage d’ailleurs et je ne crois pas qu’il soit possible d’en mettre :s

  • jojo le pro

    Cela améliore le micro-contraste également. (en fait, on l’utilise essentiellement pour ca et l’anti-flare…)

    En plus de passer pour un pro les voleurs vous reperent au premier coup d’oeil :p

  • J’irai même jusqu’à rajouter que le parsoleil peux être utile pour la stabilité !
    Par exemple, j’ai un AF Nikkor 80-200 f/2.8D ED, qui n’est quand même pas le plus gros télé-zoom du marché. Donc pour prendre une photo à main levée, à 200mm et en faible lumière, plus je maintiens l’objectif au bout, plus je le stabilise et évite le flou de bougé. Attention, car le parsoleil bouge aussi ! 😀

  • Pingback: MP #34 : Le flare, une aberration à maîtriser | Phototrend.fr()

  • Pingback: MP #38 : Pourquoi et comment utiliser les filtres | Phototrend.fr()

  • Pingback: MP Edition spéciale : comment bien utiliser nos Mercredi Pratique ? | Phototrend.fr()

  • Pingback: MP #45 : Comment bien protéger et entretenir son appareil - Phototrend.fr()

  • Xav

    C’est vrai que ça fait pro… A condition de le mettre dans le bon sens dans le cas de pare-soleil en fleur. Je dis ça pcq j’ai vu l’inverse…

  • Pingback: MP #94 : Bien réussir ses photos de fleurs | Phototrend.fr()

  • Pingback: Test Be.ez : protection LA robe Lens et sac photo LE reporter | Phototrend.fr()

  • Philou

    Merci pour ces détails, le site me plait vraiment 🙂

  • Pingback: PIMP my camera | Imprimante 3D Box()

  • Pingback: MP #107 : Trucs et astuces pour la photo en voyage | Phototrend.fr()

  • Chris

    Bonjour! Merci pour cet article fort intéressant.
    Je débute en photographie reflex et effectivement le coté « gros appareil » est effectivement plus parlant pour un public lambda.
    Je souhaite donc adapter un pare soleil sur mon 50mm f1.8 Canon monté sur mon aps-c Canon 700D.
    Je cherche un pare soleil efficace et quitte à choisir, de grosse taille pour allier crédibilité et efficacité à mon petit 50mm. Lequel me recommanderiez vous? Pas facile lorsqu’on est encore loin d’être expert et soi même de petite taille… 🙁

  • Pingback: Tests : Super DHG Circulaire Polarisant et DHG ND8 Light Control de chez Marumi()

  • Pingback: MP #135 : Lightpainting et étincelles, la technique des sparks()

  • Pingback: MP #141 : Bien nettoyer son matériel photo en toute sécurité()

  • Christophe

    Il est possible d’acheter des pare-soleil différents que celui fourni avec son objectif, avec différents avantages, par exemple un pare-soleil en métal vs un en plastique. Mais également un pare-soleil plus court, plus discret.
    Je me demandai si le forme joue beaucoup sur l’utilité du pare-soleil contre le soleil, j’imagine que oui, mais est-ce bien flagrant ?

    • Quand il s’agit d’un modèle prévu spécialement, la forme du pare-soleil est étudiée pour optimiser la protection contre le flare, oui, donc prendre une forme ou dimension différente risque de moins protéger, ou pire de se retrouver avec le bord du pare-soleil visible en périphérie des photos.

      À noter, la plupart des pare-soleil de zooms ne protègent vraiment qu’au grand angle. En effet, l’objectif s’allongeant avec la focale, le pare-soleil protège de moins en moins. Ce n’est pas le cas des rares zoom qui deviennent plus courts quand la focale augmente, comme le Canon EF 24-70mm f/2.8 mk 1. Son successeur a malheureusement repris une construction plus classique, son pare-soleil bien plus petit n’étant du coup plus efficace qu’à 24mm.

    • +1 pour Nicolas, les pare-soleils fournis avec les objectifs sont généralement étudiés pour protéger l’optique contre le soleil et le flare. Prendre un pare soleil plus petit t’expose à plus de risque de flare ou autre soucis avec le soleil. Mais par contre pour changer la matière pas de soucis.

  • Thanh Tung Nguyen

    « beaucoup de personnes évaluent un photographe à la taille de son objectif »

    J’ai hâte de commencer la saison des mariages avec mon fuji et de découvrir la tête de certains invités 😉

    • J’ai eu la même réaction en relisant cet article… qui date quand même de 2009 ! 😉

    • C’est triste à dire mais c’est cependant toujours vrai. La preuve, dans la rue avec un compact on te fiche la paix alors que si tu as un reflex on te crie dessus en revendiquant le droit à l’image.

    • Oui, alors que l’article fait penser que c’est un avantage… :-p

  • Pingback: MP #176 : la photo de portrait en contre-jour()