Guides d’achat photo 2020 : les meilleurs compacts experts et grand public

Mise à jour le 4 février 2020

Aujourd’hui, les appareils photo compacts ont la vie dure face aux smartphones qui sont devenus l’appareil photo du quotidien, que l’on a toujours sur soi. Nous abordons d’ailleurs nos smartphones préférés pour la photo dans un autre guide.

Les compacts commencent à perdre de leur intérêt, si bien que les marques insistent pour proposer des compacts dotés de capteurs toujours plus gros afin de concurrencer les reflex. Ces compacts experts sont peut-être la réponse et peuvent tenir dans la poche sans compromis. Ils constituent souvent le parfait second boîtier des possesseurs de reflex ou le boîtier principal des plus nomades. Et si vous n’avez pas besoin d’un coûteux smartphone, un compact classique pourra peut-être vous suffire.

Ce guide va vous permettre d’y voir plus clair.


Pourquoi acheter un compact expert ?

Il y a trois raisons qui poussent à acheter un appareil photo compact : le prix, l’encombrement et la facilité d’usage.

Les compacts sont les appareils photo les moins chers et bien souvent les plus petits. Mais maintenant que nos smartphones sont capables de réaliser des photos de bonne qualité très simplement et qu’ils ne servent pas qu’à photographier – mais aussi à téléphoner, à travailler, à s’amuser… – les compacts doivent avoir de nouvelles qualités pour que l’on puisse encore les considérer.

C’est pour cette raison que les compacts experts, disposent d’atouts très séduisants tout en restant toujours aussi faciles à transporter.

Un capteur plus grand

Les compacts dotés de capteurs de grandes tailles se développement, avec à la clé une meilleure qualité d’image, notamment en haute sensibilité, une profondeur de champ plus marquée et une dynamique plus large. À noter les compacts experts peuvent enregistrer les images au format RAW, fonction incontournable pour tirer pleinement parti de vos images, notamment en post-traitement.

Un objectif plus lumineux

Pour se différencier du smartphone, en plus du capteur plus grand, un compact doit avoir un objectif lumineux, et pas uniquement à grande ouverture. On parle d’objectif lumineux lorsque l’ouverture se situe en f/1.8 et f/2,8. Mais très souvent, plus on s’approche du télé, plus l’ouverture se réduit, à f/4 ou f/5.6 par exemple, ce qui signifie que l’objectif capte moins de lumière. Notez donc bien le zoom, mais également la valeur à côté, avec un f. Le mieux est d’avoir un seul chiffre, type f/2.8 ou f/4 ce qui signifie que l’objectif est à ouverture constante, ou sinon une plage la plus réduite possible, comme par exemple f.1.8-3.5.

Un viseur électronique de plus en plus confortable

Le viseur (électronique dans le cas des compacts) est un réel plus par rapport à un smartphone, car il permet de photographier, mais surtout voir sa composition en plein soleil, là où un écran arrière se remplit de reflets. Une chance pour nous, cette visée électronique est de plus en plus présente sur les compacts experts, comme nous allons le voir plus loin.

Ainsi parés, certains compacts se rapprochent des performances d’un appareil photo plus perfectionné type reflex et hybride – même si parfois les prix tendent à grimper.

Nous allons maintenant vous guider à travers notre sélection, que nous complèteront des compacts grands publics intéressants, ainsi qu’une réflexion sur l’avenir des bridges.


Compacts experts, petits mais costauds

Voilà un segment qui a encore connu de très belles évolutions cette année avec des compacts à grands capteurs qui peuvent rivaliser avec certains reflex. Et la sélection de bons appareils est riche !

La famille Sony RX100

En 2012, Sony a frappé un grand coup en lançant son premier compact expert doté d’un grand capteur CMOS 1 pouce. Au fil des années, les différents appareils de la gamme ont multiplié les fonctionnalités intéressantes pour les photographes, comme le viseur électronique et l’écran orientable. Toutefois, l’ADN des RX 100 reste inchangé  : un capteur 1 pouce, un zoom numérique puissant, un grand nombre de modes de prises de vue – le tout dans un boîtier pouvant tenir dans une poche de veste, à défaut de tenir dans le creux de la main.

Sony RX100 Mark III

Fort du succès de la gamme et des prouesses accomplies par ses ingénieurs, Sony a lancé un total de 7 modèles, qui sont toujours au catalogue : Sony RX100Sony RX100 IISony RX100 IIISony RX100 IVSony RX100 VSony RX100 VI et Sony RX100 VII.

Pour vous aider à faire votre choix, nous avons rédigé un comparatif entre ces différents modèles, disponible sur cette page.

Comparatif Sony RX100 : quel modèle choisir pour ce compact expert ?

Parmi les 7 itérations lancées par Sony, nous vous recommandons notamment le RX100 Mark III. Son capteur CMOS de 20 Mpx est couplé au processeur Bionz X pour de bonnes performances ; par ailleurs, il se dote d’une optique équivalent 24-70 mm très lumineuse (f/1,8-2,8). Il offre une excellente qualité d’image, même à 3200 ISO. On notera aussi son écran arrière orientable à 180°, ainsi que la présence du Wifi et du NFC. Il profite d’un tarif abordable de 499 €.

Pour des performances sans concessions, le Sony RX100 VA (ou 5A) est une option particulièrement intéressante. Misant sur une réactivité améliorée, il bénéficie d’un autofocus hybride et propose une rafale ultra rapide à 24 i/s. Les vidéastes pourront également tirer parti de la capture vidéo en 4K/UHD à 30 i/s. Toujours aussi léger et compact (299 g), il saura vous accompagner dans toutes vos aventures du quotidien. Son tarif de 749 € peut paraître un peu élevé mais demeure largement inférieur à celui des générations suivantes, qui dépassent la barre des 1000 €.

Le Canon Powershot G5X Mark II

Canon G5 X Mark II

Lire notre test du Canon G5 X Mark II

Pour contrer le succès de la gamme RX100, Canon a lancé en juillet 2019 le G5 X Mark II, un appareil compact aux dimensions très réduites. À l’image du RX100 VA (auquel il vient s’attaquer frontalement), il propose un viseur électronique rétractable, placé sur la gauche du boîtier, ainsi qu’un grand écran tactile de 3 pouces monté sur une double-charnière.

Doté d’un capteur CMOS empilé de 20,1 Mpx et d’un zoom 24-120 mm très lumineux (f/1,8-2,8), ce compact expert offre une très belle qualité d’image (notamment en basses lumières jusqu’à 3200 ISO). Grâce à son processeur Digic 8, il offre une très bonne rafale à 20 i/s en mode AF simple. On apprécie également la stabilisation de l’optique, qui permet de gagner jusqu’à 4 stops. En vidéo, l’appareil est capable de filmer en 4K à 30 i/s et en Full HD jusqu’à 50 i/s. On notera aussi le mode slow motion à 120 i/s, toujours appréciable.

Ainsi paré, le Canon G5 X est une excellente alternative aux Sony RX100 et offre un bon rapport qualité prix grâce à son tarif de 899,99 €.

Les vidéastes pourraient également être séduits par son cousin, le Canon Powershot G7 X Mark III. S’il reprend bon nombre de caractéristiques du G5 X Mark II, il se distingue par son zoom équivalent 24-100 mm (avec ouverture à f/1,8-2,8), mais aussi – et surtout – par sa capacité à diffuser en direct sur Facebook et Instagram les vidéos capturées avec l’appareil. On notera aussi la présence d’un mode vidéo conçu pour les réseaux sociaux, offrant la possibilité de réaliser de courtes séquences à la verticale. Le G7 X Mark III est disponible au prix très attractif de 705 €.

Le Lumix LX100 II

Lumix LX100 II

Lumix LX100 II

Lire notre test du Panasonic Lumix LX100 II

Chez Panasonic, le Lumix LX100 II est un boîtier compact qui ne rentrera pas dans votre poche, mais embarque un grand capteur 4/3 (presque 2 fois plus grand que le capteur 1 pouce des Sony RX100 Mark III et Canon G5 X Mark II) de 17 Mpx. Son zoom équivalent 24-75mm f/1,7-2,8 fait d’ailleurs plus penser à un hybride qu’à un compact.

On apprécie particulièrement sa prise en main manuelle avec une véritable bague de diaphragme accessible sur l’objectif et les molettes de vitesse et de compensation de l’exposition sur le dessus de l’appareil. Le compact dispose aussi d’une poignée et d’un repose pouce en caoutchouc bienvenu pour les longues heures de shooting. En revanche, on regrette que l’écran ne soit pas orientable.

Une chose intéressante, il est possible de changer le ratio des images directement sur le fût du zoom entre 4:3, 1:1, 16:9 et 3:2. L’appareil se montre réactif et effectue rapidement la mise au point sur tous les types de sujet. On notera aussi son mode rafale à 11 i/s.

La qualité d’image générale s’avère très bonne et l’appareil n’a pas peur de monter en sensibilité avec des performances tout à fait acceptable jusqu’à 6400 ISO. À noter que s’il dispose d’un viseur électronique, ce compact ne possède pas de flash intégré, mais un flash externe est livré avec. Dernier point, le Lumix LX100 II est capable de filmer en 4K/UHD à 30 i/s.

Au final, le Panasonic Lumix LX100 II est un compact très bien construit et délivrant des images de très bonne qualité. Disponible à partir de 890 €, il pourrait venir faire du tort à l’hégémonie de Sony. À noter que la version précédente de ce compact, le Lumix LX100, reste encore tout à fait pertinente et permet de bénéficier d’une très belle qualité d’image pour un tarif plus doux de 487 €.

Le Lumix TZ200

Lumix TZ200

Lumix TZ200

Pour ceux qui souhaitent avoir un appareil avec un peu plus de zoom, Panasonic propose également le Lumix TZ200 avec un impressionnant zoom Leica équivalent 24-360mm f/3,3-6,4. Moins lumineux sur les longues focales, il permettra d’aller capturer des éléments lointains, tout en étant très compact et léger.

Il est cependant doté d’un capteur 1 pouce, de 20,1 Mpx, qui s’avère plus petit que son cousin le LX100 II. Il est capable lui aussi de filmer en 4K à 30 i/s, de réaliser une mise au point parfaite très rapidement et de viser par un viseur électronique intégré dans le châssis (pas de viseur « pop-up »). Enfin, ce Lumix TZ200 intègre la technologie Post-Focus autorisant la modification du point après avoir déclenché, via l’interface de lecture de l’appareil.

Légèrement plus compact que le LX100 II, le Lumix TZ200 est un appareil à la fois polyvalent et performant, qui saura se faire l’allié de tous les voyageurs en quête de légèreté. Disponible à 578 €, il présente un rapport qualité-prix fort séduisant.

Le Fuji X100F

Fuji X100F

Fuji X100F

Lire notre test du Fuji X100F

Chez Fujifilm, le X100F a remplacé le X100T, un boîtier compact expert exemplaire et reconnu pour sa qualité d’image, sa visée hybride et son look résolument rétro. Le X100F est plus imposant que les compacts experts présentés plus haut (sauf pour le Lumix LX100 II) et sa légère poignée permet une bonne prise en main. Son viseur hybride optique/électronique est un must et permet de profiter du meilleur des deux mondes, avec notamment l’affichage d’un zoom de la zone où la mise au point se fait dans un coin de l’écran, très pratique. L’arrière de l’appareil reprend l’ergonomie de ses cousins X-T2 et X-Pro2, avec un joystick de sélection de collimateurs. Il est doté d’un capteur X-Trans de 24 Mpx, un auto-focus plus rapide et l’ajout d’une molette sur la face avant de l’appareil. Le WiFi est toujours présent à bord, tout comme les simulateurs de films.

Mais là où le X100F excelle, c’est sur la qualité d’image : le piqué est incroyable et l’image hyper précise (capteur APS-C X-Trans de 24 Mpx et focale fixe Fujinon 23mm f/2), même en regardant les détails. Voilà un appareil qui n’aura pas peur du recadrage ! Sans même parler de la montée en ISO, qui ici peut être poussée à 6400 ISO en restant exploitable. Les convertisseurs de focale pour transformer le 23mm (équivalent 35mm en 24 x36) en l’équivalent d’un 28mm ou d’un 50mm sont toujours disponibles et les anciennes versions restent compatibles, à condition de modifier manuellement dans les menus la présence du convertisseur, là où les modèles adaptés pour le X100F le font automatiquement.

Pour nous, le Fuji X100F est le compact qui mêle le mieux tradition et modernité pour des usages type reportage ou photo de rue. Actuellement disponible à partir de 1239 €, le Fujifilm X100F n’est pas donné mais permet de se faire plaisir en photographiant.

Le Ricoh GR III

Ricoh GR III

Ricoh GR III

Le Ricoh GR III est un compact expert atypique à plus d’un titre. Affichant des mensurations très réduites (10,9 x 6,2 x 3,3 cm pour 257 g), il se dote d’une focale fixe équivalente à 28 mm f/2,8 et, contrairement à la quasi-totalité de ses concurrents, d’un capteur APS-C de 24 Mpx. Couplé à un nouveau processeur GR Engine 6, cet appareil se montre très réactif et offre un mécanisme d’autofocus hybride (détection de phase et de contrastes) pour une mise au point encore plus rapide. On apprécie également l’ajout de la stabilisation du capteur sur cette 3e itération qui, d’après Ricoh, permet de gagner jusqu’à 4 IL.

Offrant une excellente prise en main grâce à son léger grip, le Ricoh GR III se dote d’un écran tactile, toujours appréciable. Ainsi paré, ce compact offre une très bonne qualité d’image et permet des prises de vue jusqu’à 6400 ISO sans perte de qualité. Ainsi paré, ce petit compact devrait sans problème devenir l’allié des photographes de rue, qui leur permettra de capturer facilement « l’instant décisif ». Son prix : 899 €.

À noter que son prédécesseur, le Ricoh GR II, est toujours disponible pour 550 € environ et demeure une option tout à fait valable. Si son capteur n’est « que » de 16 Mpx et s’avère un peu moins réactif, il bénéficie d’un flash intégré très pratique pour déboucher les ombres.

Le Canon Powershot G1 X Mark III

Canon Powershot G1 X Mark III

Canon Powershot G1 X Mark III

Chez Canon, le G1 X Mark III est unique en son genre : il s’agit du seul compact doté d’un capteur APS-C. Et, contrairement aux Fujifilm X100F et au Ricoh GR III, il s’équipe d’un zoom 24-72 mm avec ouverture f/2,8-5,6. On apprécie particulièrement son form factor en forme de mini-hybride et son excellente prise en main grâce à un mini-grip. Pour faciliter la prise de vue au ras du sol ou à bout de bras, l’écran est monté sur une rotule.

Son capteur de 24,2 Mpx et son autofocus Dual Pixel AF ultra-rapide en font un appareil très agréable à utiliser, capable de produire de très belles images jusqu’à 6400 ISO. On notera la présence d’un mécanisme de stabilisation de son optique par décentrement de lentilles, qui rend possible la capture d’images à main levée à 1/4 de seconde. L’appareil dispose d’un grand nombre de modes de prise de vue, l’un d’entre eux permettant de capturer des scènes de nuit à main levée grâce à la fusion de 4 images. En vidéo, l’appareil permet de filmer en Full HD à 60 fps.

Il est également possible de transférer les photos ou de contrôler l’appareil à distance grâce au Wifi, au Bluetooth ou au NFC. On lui reprochera toutefois son autonomie un tantinet étriquée. Disponible à partir de 1129 €, ce compact expert n’est pas à la portée de toutes les bourses mais pourra venir aisément compléter un reflex ou un hybride plein format pour les photographes voulant voyager léger sans sacrifier la polyvalence et la qualité des images.


Le futur des compacts : connectivité ou usage de niche

Face à l’omniprésence des smartphones, les compacts souffrent de plus en plus et sont en train de se marginaliser, avec comme seul salut l’ambition de devenir un marché de niche. Ils présentent toutefois des arguments intéressants, notamment au niveau de leur zoom optique qui se montre bien supérieur à celui de la plupart des terminaux mobiles.

Un appareil pas cher à tout faire, pour ne pas tout centraliser dans son smartphone

C’est le premier axe de défense. Peu d’appareils pourtant répondent bien à ce besoin, notamment à cause du prix. En effet, si pour vous la qualité d’image est importante, aucun appareil sous les 100/120€ ne vaut le coup. Et au fil des années, on voit que les marques semblent ne plus innover sur ce marché, considéré comme perdu face à la croissance folle des smartphones. Bon nombre d’utilisateurs ne souhaitent plus avoir deux appareils dans leur poche quand un seul peut faire l’affaire pour produire rapidement des clichés prêts à être publiés sur les réseaux sociaux.

Le Canon Ixus 285 HS

Si vous ne possédez pas de smartphone, un petit compact abordable reste la solution. Pour nous, le Canon Ixus 285 HS est intéressant : petit prix, capture vidéo en Full HD, capteur de 20,2 Mpx et zoom 12x. Disponible à partir de 172€ cet appareil pourra vous suivre partout.

Bien sûr, nous ne sommes pas entièrement convaincus par ces produits qui sont plus des appareils d’appoint. Attention, cela ne veut pas dire qu’ils ne peuvent pas apporter satisfaction à leurs propriétaires ! Mais pour les plus exigeants, ce n’est probablement pas le bon segment.

Le Canon Powershot SX740 HS, un compact au zoom puissant

Si vous cherchez un appareil photo compact doté d’un zoom puissant, le Canon Powershot SX740 HS saura sûrement vous satisfaire. Avec son zoom stabilisé 40x équivalent 24-960mm f/3,3-6,9, le WiFi et le NFC et un processeur récent, ce compact de 20,3 Mpx fait correctement son boulot et réalise de bonnes photos.

Disponible à partir de 389 euros, le Canon SX740 HS est certainement un très bon compact pour ceux qui souhaitent disposer d’un zoom ultra puissant.

Un appareil nomade et résistant, pour photographier en toutes circonstances

Voilà un secteur dans lequel nos fragiles smartphones ne savent pas lutter (ou pas aussi bien) ! Vous voulez un appareil qui ne craint ni l’eau, ni la poussière, ni les chocs ? Vous partez en vacances en baroudeur et ne voulez pas faire constamment attention à votre appareil ? Ou vous avez simplement des proches maladroits ? Les compacts renforcés sont faits pour vous !

L’Olympus Stylus Tough TG-6

Olympus Stylus Tough TG-6

Olympus Stylus Tough TG-6

L’Olympus Stylus Tough TG-6 est la dernière itération de cette série de compacts baroudeurs, qui faisait déjà partie de notre sélection précédente. Nous vous recommandons particulièrement cet appareil pour sa qualité d’image, notamment en mode macro, et sa très bonne réactivité. Le TG-6 reprend les ingrédients ayant contribué au succès de cette gamme (capteur 16 Mpx, résistance à 100kg, aux chutes de 2m et au froid jusqu’à -10°C) et s’enrichit de la vidéo en 4K/UHD. À la clé, un boîtier résistant et assez agréable à utiliser, malgré l’absence de mode manuel. Mais vous faites le choix de la robustesse n’est-ce pas ? L’Olympus Stylus Tough TG-6 est disponible à partir de 419 €.


Les bridges ont-ils encore une valeur ajoutée ?

Les bridges, tout comme les compacts basiques, ont la vie dure. S’ils offrent des fonctionnalités intéressantes par rapport à un compact (gros zoom, réglages manuels plus accessibles, meilleure qualité d’image), ils se retrouvent souvent écartés à la faveur d’un appareil photo hybride ou reflex, qui offrent une bien plus grande modularité.

Même si nous ne sommes pas enthousiastes face à ces appareils photo au futur incertain, les dernières nouveautés proposent des optiques de qualité et une fiche technique ambitieuse.

Le Sony RX10 IV

Sony RX10 IV

Sony RX10 IV

Avec le RX10 IV, Sony signe un bridge sans concession. Zoom gargantuesque 24-600 mm f/2,4-4, capteur 1 pouce CMOS empilé de 20,1 Mpx, nouveau processeur Bionz X… L’appareil est capable de faire la mise au point en seulement 0,03 seconde et peut photographier en rafale continue de 24 i/s avec suivi AF/AE. Et, grâce à une mise à jour dévoilée en novembre 2019, le boîtier bénéficie de la mise au point automatique de manière continue sur les yeux des humains et des animaux, jusque-là réservée aux hybrides de la gamme Alpha. Un vrai plus pour celles et ceux pratiquant la photographie animalière, de portrait ou de sport. Sa montée en ISO est également excellente, permettant d’obtenir de très belles images jusqu’à 3200 ISO.

Du reste, le Sony RX10 IV est un bridge séduisant. Certes assez encombrant, il bénéficie d’une excellente finition et d’un écran tactile de 3 pouces. On apprécie également sa tropicalisation, qui permettra aux photographes de l’emmener sans crainte sous la pluie ou les embruns. En vidéo, l’appareil permet de réaliser des séquences en 4K/UHD à 30 i/s et offre un mode de ralenti à 120 i/s.

Disponible à partir de 1699 €, le Sony RX10 IV est un excellent bridge… mais est loin d’être abordable. Si votre budget est plus réduit, vous pouvez toujours vous tourner vers son prédécesseur, le RX10 III. Proposé à 1099 €, il bénéficie du même capteur et de la même optique, mais ne profite pas de la même réactivité que la dernière version du bridge de Sony.

Le Panasonic Lumix FZ1000 II

Lumix FZ1000 II

Lumix FZ1000 II

Le Lumix FZ1000 II est la seconde itération du bridge de Panasonic destiné à concurrencer la gamme RX10 de Sony (comme Canon est venu talonner le RX100…). Et sa fiche technique nous impressionne : capteur 1″ 20 Mpx, zoom 25-400mm f/2.8-4, viseur électronique large et confortable, excellente stabilisation, rafale à 9 i/s, vidéo 4K. Et les promesses faites dans la fiche technique se transforment en faits, avec un ensemble très réactif et qui fournit de bonnes photos et vidéos. Ce bridge nous fait penser à une version plus compacte de l’hybride GH5 de Panasonic, dédié aux vidéastes.

Panasonic a réussi à rattraper Sony avec un bridge très séduisant. Si son zoom est moins long que son concurrent, le Lumix FZ1000 II possède un avantage notable : son tarif. Disponible à partir de 755,25 €, il est commercialisé environ deux fois moins cher que le RX10 IV et s’avère une excellente option pour les amateurs du format bridge.

Le Nikon P1000, le bridge superzoom

Doté d’un zoom 125x, le Nikon Coolpix P1000 dispose d’une amplitude phénoménale, avec l’équivalent d’un 24-3000 mm f/2,8-8 ! Non, il n’y a pas de zéro en trop, et on peut aller jusqu’à 250x grâce à la fonction Dynamic Fine Zoom permettant, selon Nikon, de doubler l’amplitude du zoom optique, tout en conservant une définition d’image optimale.

L’appareil dispose d’un capteur CMOS rétroéclairé (format 1/2,3 pouce) de 16 Mpx, du WiFi, du GPS, d’un écran orientable et de tout ce que l’on peut attendre d’un bridge moderne. Disponible à 869 €, cet appareil représente un bon compromis si vous cherchez un appareil compact avec un zoom puissant, le tout dans un budget restreint.

En conclusion, nous ne conseillerons les bridges Sony RX10 IV, Nikon P1000 et Lumix FZ1000 II que dans certains cas précis (zoom puissant et compact pour un unique appareil / objectif « à tout faire »). Ils restent cependant très pratiques si vous ne souhaitez pas jongler avec les optiques mais souhaitez quand même une grande plage focale.


Notre guide d’achat sur les compacts se termine. Pour rappel, ces guides ne se veulent pas exhaustifs et certains bons appareils risquent de ne pas y figurer. C’est à la fois un choix éditorial mais aussi l’impossibilité de tous les connaître.

Les autres guides d’achat photo