Quelques jours après son déménagement à Los Angeles, William Wegman adopte son chien, un Braque de Weimar, qu’il nomme Man Ray en hommage à l’artiste du mouvement dada et surréaliste. Ainsi commence une longue et fructueuse collaboration. Man Ray devient une figure centrale dans les photographies et les vidéos de Wegman. Lui succéderont Fay Ray à partir de 1986, et sa descendance : Battina, Chips, Bobbin, Candy, Crooky et Chundo.

William Wegman est né en 1943 à Holyoke, Massachusetts. Il a étudié la peinture au College of Art du Massachusetts et à l’Université dans l’Illinois. C’est l’un des premiers artistes à introduire la vidéo comme outil artistique. Des rétrospectives du travail de Wegman ont été organisées dans différents musées à travers l’Europe, l’Asie (Japon, Corée) et les Etats-Unis. Le travail de Wegman est présent dans les Collections publiques permanentes de plusieurs musées notamment le Centre Georges Pompidou à Paris, le Whitney Museum of American Art à New York et le Walker Art Center à Minneapolis. En 2015, il a reçu le « Photographer of the Year award » au Palm Springs Fine Art Fair.

Le travail du photographe est très varié, passant de l’art conceptuel au shooting pour des magasines photo. Il expose des vidéos dans des musées et en crée d’autres pour le Saturday Night Live ou Nickelodeon. Il a fait la couverture du National Geographic avec sa chienne Penny en 2012 et réalise aussi des commandes pour les studios Acne.

Son sujet principal, le Braque de Weimar, est à présent une célébrité. Son flegme, sa stature et son expression constante ainsi que sa robe gris-argentée en font un modèle élégant et décalé.

Game Board – © Williams Wegman

Frame up – © William Wegman

Weigman utilise une chambre avec des films Polaroid 11×14 Noir et Blanc puis 20×24 à partir de 1986 avec Fay Ray, qui succède à Man Ray après sa mort en 1982. Il aime également travailler en numérique avec un appareil Hasselblad – plus pratique – dans son studio tout équipé à Chelsea, NYC.

© William Wegman

Old Polaroid (1990) Wegman’s World © William Wegman

Pourtant si William Wegman est devenu photographe de modèles Braque de Weimar, cela n’a tenu qu’à un « pile ou face ». En effet, Wegman ne se destinait pas à la photographie, il est artiste-peintre lorsqu’il déménage à Los Angeles. Sa femme souhaite adopter un chien, elle aime particulièrement les Dalmatiens et les Braques allemands. Ils trouvent une annonce dans le journal pour un Braque de Weimar à 35$ et lorsque la femme de Wegman le rencontre elle l’adopte immédiatement. Wegman n’est pas sûr de vouloir le garder, il craint que l’animal ne le dérange dans son travail. Il décide alors de lancer une pièce : « Pile le chien pourra rester, Face ils le rendront ». La pièce est tombée sur pile, cinq fois de suite !

Mother/Daughter – © William Weigman

Man Ray, le premier chien de William Wegman adorait l’appareil photo et était asocial (il ne supportait pas la présence des autres chiens). Wegman trouve en lui un partenaire  curieux qui semble se prêter au jeu et accepter de revêtir des déguisements de toutes sortes. Ce qui débuta par un jeu sur les postures et les expressions anthropomorphes fini par imposer le chien comme sujet central des photographies de Wegman. Il devient le modèle des représentations métaphoriques des comportements humains.

© William Weigman

Les chiens posent sur du mobilier Herman Miller, Charles and Ray Eames, ou encore George Nelson lorsque Wegman honore des commandes. Il place ses chiens sur une plateforme pour leur donner taille humaine mais c’est aussi un moyen de respecter le format vertical des photographies tout en incluant le chien, ayant une posture naturellement horizontale, en intégralité dans le cadre. Chaque scène est répétée plusieurs fois avant la prise, et Wegman a parfois une assistante qui l’aide à positionner les chiens. Il y a toujours dans le travail de l’artiste un certain sens de l’humour et de la spontanéité.

Très proche de ses modèles, William Wegman connait intimement le caractère de chacun de ses chiens et choisira donc plutôt Penny pour des photos de mode, car elle a un certain charisme et aime se prêter au jeu du modèle. Wegman affectionne par exemple Chip, fils de Battina, pour son regard particulièrement triste, dû selon Wegman à sa naissance difficile lors de laquelle il s’est arrêté de respirer.

Les chiens ne portent pas vraiment les robes, ces dernières sont accrochées à un collier qui fait office de cintre. Lorsque Wegman lance une balle à Fay Ray, son deuxième chien, elle ne va pas la chercher mais se contente de la suivre des yeux. Les Braques de Weimar sont des chiens d’arrêt, ils ont cette faculté innée de rester immobiles.

© William Wegman

© William Wegman

William Wegman a fait du Braque de Weimar sa muse, dans le respect et la collaboration, il met l’animal en scène déployant une large palette d’inspirations et de représentations. Ses portraits font sourire ou amusent mais toujours grâce à la justesse du ton de l’artiste et aux performances réalisées par ses modèles au raffinement inné.

Vous pouvez trouver les autres travaux de William Wegman sur son site. William Wegman a également réalisé des vidéos de ses chiens, dont une série de 12 épisodes « Christmas ». Plusieurs livres photo et calendriers sont également édités pour les amoureux du Braque de Weimar.