Avez-vous déjà pesté après vous être aperçu sur l’écran de votre ordinateur que cette photo de nuit que vous croyiez nette n’est en effet pas si nette que ça ? Je ne parle pas d’une image complètement floue, mais plutôt de ce léger flou que l’on aperçoit pas sur l’écran de son appareil photo mais qui nous saute aux yeux une fois l’image visionnée sur un écran plus grand.

Dans cet article, nous allons vous expliquer les erreurs à éviter et comment améliorer la netteté de vos photos prises de nuit.

Passez en mode manuel et ne montez pas trop en sensibilité

En ce qui concerne les réglages de votre appareil photo, nos conseils vont dépendre du type de photo que vous voulez réaliser. Dans tous les cas, il est recommandé d’utiliser un appareil photo disposant de réglages manuels, type hybride ou reflex.

Si vous souhaitez capturer des mouvements, privilégiez le mode priorité vitesse de votre appareil et fixez la vitesse nécessaire pour obtenir un joli flou de mouvement. Nous vous recommandons de procéder par incrémentation, en choisissant une vitesse rapide puis en rallongeant petit à petit le temps de pose. Votre appareil adaptera l’ouverture de votre objectif (et donc la profondeur de champ) en conséquence.

© Damien Roué

© Damien Roué

Dans tous les autres cas, nous vous recommandons d’utiliser le mode priorité ouverture. Vous fixerez l’ouverture (pour obtenir une certaine profondeur de champ) et l’appareil choisira la vitesse correspondante.

En photo de nuit et équipé d’un trépied, il est recommandé de ne pas trop monter en ISO pour éviter d’avoir du bruit numérique sur votre image. Ce n’est d’ailleurs pas nécessaire si vous stabilisez bien votre appareil, car la montée en ISO est bien souvent utilisée pour obtenir une vitesse suffisamment rapide pour éviter un flou de bougé.

Equipez-vous d’un trépied robuste et suffisamment lesté

Pour réussir une photo de nuit, il y a quelques règles techniques à respecter. La première et la plus importante est de vous équiper d’un trépied photo pour stabiliser votre appareil photo lors de votre prise de vue. En effet, la photo de nuit est souvent synonyme de pose longue afin de pallier le manque de lumière. Dans ces conditions, un trépied suffisamment stable est nécessaire voire indispensable.

Pour améliorer la stabilité de votre trépied, certaines marques ajoutent un crochet en bout de la colonne centrale, comme par exemple le trépied Vanguard Alta CA 233 AGH, pour suspendre son sac photo et plaquer votre trépied au sol. D’autres constructeurs proposent des filets de lestage à attacher aux jambes de votre trépied. Ajoutez-y un objet lourd (ou un gros galet si vous êtes sur une plage de Normandie) et le tour est joué.

Trépied-Vanguard-Alta-233AGH-16

Le trépied Vanguard Alta CA 233 AGH – Testé sur Phototrend

Un point que l’on oublie souvent, c’est la fixation de votre boîtier sur le trépied. Choisissez avant tout un trépied adapté à votre matériel en terme de charge. Par exemple, si votre boîtier + votre objectif le plus lourd font 2 kg, choisissez un trépied dont la charge maximum est bien au delà des 2 kg, pour être certain de ne pas avoir de mauvaise surprise.

Votre boîtier fixé sur le trépied, il est temps de vérifier que toutes les vis sont bien serrées. J’attire votre attention sur une fixation en particulier : celle du boîtier lui-même. Très souvent on a peur de ne pas la serrer suffisamment fort de peur d’abimer le dessous de son appareil, mais s’il y a du jeu, vous êtes sûr d’avoir des photos floues, notamment lorsque vous photographiez en format portrait. Un test est de positionner votre boîtier en mode portrait sur le trépied et de regarder s’il pique du nez. Si c’est le cas, c’est que la vis n’est pas assez serrée.

Attention aux éléments extérieurs tels que les vibrations ou le vent

On oublie très souvent de prendre les éléments extérieurs et naturels en compte, mais ces derniers peuvent vous gâcher le moment (et surtout la netteté de votre image). Je partagerai ici une expérience à Paris, et une autre en Islande.

A Paris, le trépied bien ancré au sol, j’étais prêt à prendre ma photo lorsque j’ai senti une vibration sous mes pieds. Le métro souterrain passait juste sous moi, et les vibrations remontaient, même de manière infime, jusqu’à mon appareil photo. Je pouvais donc choisir entre deux solutions : changer de place, ou patienter entre chaque passage de métro. Selon vos contraintes, ce sera sûrement un choix à faire. Si vous êtes sur un pont, le passage des voitures peut également engendrer des vibrations.

En Islande cette fois, j’ai du affronter le vent qui faisait vibrer mon boîtier. Ici, je ne pouvais pas faire autrement que de prier pour qu’une courte accalmie me permette de prendre ma photo, mais lorsque les éléments naturels sont contre vous, difficile de lutter, si ce n’est en faisant en sorte d’avoir une pose suffisamment rapide pour ne pas être à la merci des vents, ou bien en trouvant un endroit à l’abri du vent.

Evitez de toucher votre appareil photo lors de la prise de vue

Si vous pensez que maintenir votre appareil photo (déjà sur un trépied) avec les mains, la sangle, ou tout autre moyen imaginable, pourra vous aider à stabiliser votre image, vous vous trompez. Votre corps est lui aussi sujet aux éléments extérieurs tels que le vent ou les vibrations, et tenir l’appareil ne fait qu’étendre la zone de contact et ne le stabilise en rien.

Même s’il n’y a pas de vent ou de vibration, vous êtes moins stable que vous ne le pensez, et si vous tenez le boîtier lors de la prise de vue, les vibrations de votre corps lui seront transmises. Pensez donc plutôt à stabiliser votre trépied comme vu plus haut.

Utilisez un retardateur ou une télécommande pour déclencher

Les moments qui précédent le déclenchement de votre photo sont sûrement aussi importants que le déclenchement lui-même. Pour réduire les vibrations qui résultent de la manipulation de l’appareil photo, il est recommandé d’utiliser le mode retardateur de votre appareil, en le fixant à au moins 10 secondes, ce qui permet aux vibrations du boîtier de s’atténuer.

Vous pouvez également utiliser une télécommande, filaire ou sans fil (notre préférence va vous la télécommande sans fil), et déclencher également au moins 10 secondes après avoir arrêté de manipuler votre appareil photo.

Désactivez la stabilisation de votre objectif

Les objectifs stabilisés sont extrêmement utiles à main levé, permettant de compenser nos mouvements et tremblements lors de la prise de vue. Mais en utilisation avec un trépied, la stabilisation peut être contreproductive. En effet, dans certains cas, l’objectif ne comprendra pas que la scène est déjà stabilisée à l’aide d’un trépied et ce dernier voudra remplir sa mission… en rendant instable votre image.

C’est pour cette raison qu’il est recommandé de désactiver la stabilisation optique lorsque vous photographiez de nuit à l’aide d’un trépied. Cela vous permettra aussi d’économiser vos batteries.

Faire la mise au point sur un élément suffisamment lumineux

L’autofocus de votre appareil n’aime pas l’obscurité, et dans des conditions de faible éclairage, il n’est pas rare que l’autofocus patine et ne fasse pas correctement la mise au point sur votre sujet. C’est pour cette raison que nous vous recommandons de photographier la nuit au moment des Blue Hours. A cette heure de la journée, le ciel possède encore un beau bleu et la mise au point sera plus simple à faire car le ciel continue d’éclairer la scène.

© Damien Roué

© Damien Roué

De préférence, choisissez de faire la mise au point sur un élément suffisamment lumineux et contrasté pour que votre appareil arrive à faire la mise au point.

Utilisez le mode Live View pour vérifier la mise au point

Le mode Live View de votre appareil (la visée à l’écran présente sur les reflex) et la mise au point ne font pas bon ménage en terme de réactivité sur les boîtiers actuels, même si cela a tendance à s’améliorer. En revanche, sur un trépied, le Live View va vous être utile pour vérifier la mise au point avant de déclencher.

© James Offer / Flickr

© James Offer / Flickr

Passez votre appareil en mode Live View, et zoomez dans l’image à l’aide des boutons de zoom de votre boîtier (et non de l’objectif) sur un point dans la zone que vous souhaitez nette. Si vous sentez que l’image est un peu flou, voici comment procéder : passez votre objectif en mise au point manuelle, et faites vous même la mise au point (légèrement, car l’appareil a normalement déjà quasiment réussi sa mise au point) jusqu’à obtenir un point complètement net.

De cette manière, vous avez fait confiance à l’autofocus pour préparer la mise au point, mais souvent un petit coup de pouce manuel est nécessaire, surtout la nuit.

N’utilisez pas votre objectif à pleine ouverture

On vous a sûrement déjà conseillé d’utiliser votre objectif lumineux à pleine ouverture la nuit, pour gagner en vitesse. Mais le revers de la médaille est une zone de netteté extrêmement faible, et donc une partie de votre image sera floue.

A moins que ce soit ce que vous recherchez, nous vous conseillons de photographier vers f/8- f/10. La profondeur de champ sera intéressante, et c’est à ces ouvertures que la majeure partie des objectifs ont les meilleures performances.

A f/22, votre photo n’en sera pas plus nette

A l’opposé, vous pourriez vous dire qu’utiliser une très faible ouverture (f/22 par exemple) pourrait vous permettre d’avoir tous les plans nets. Mais malheureusement, c’est sans compter sur la diffraction qui va en fait rendre votre photo moins nette dans son ensemble. Il n’est donc pas conseillé de shooter à partir de f/16, sauf si c’est pour obtenir un temps de pose très long.

Un point simple à mémoriser est que nos objectifs ne se comportent jamais au mieux dans les extrêmes (à pleine ouverture et à très faible ouverture). Par contre, si vous voulez réaliser un effet starburst (comme l’image sur de couverture de l’article), vous devriez forcément utiliser une très faible ouverture (proche de f/22).

Conclusion

Avec ces 10 conseils, vous êtes désormais prêt à affronter l’obscurité et réaliser de très belles images parfaitement nettes.

Et pour ceux qui adorent le flou, voici une idée créative qui donne de très bons résultats, surtout avec les lumières : réglez votre appareil comme nous vous l’avons expliqué plus haut, et passez en mise au point manuelle pour rendre votre photo complètement floue. Le résultat est très artistique, vous ne trouvez pas ?

7667699770_44a7404c61_h

© Damien Roué

Si vous avez d’autres conseils pour des photos nettes même la nuit, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire.

  • Jean-Michel Baud

    De bonnes règles de base pour régler des problèmes « techniques ». Après il faut prendre en compte les effets artistiques recherchés. dans le cas de la photo d’illustation de l’article abec les étoiles au lampadaires et la Seine lisse, c’est un choix qui implique d’être proche de f/22 pour les étoiles donc avec un long temps de pose, ce qui est parfait pour l’eau mais peut induire des flous, pour les bateaux par exemple…. Chaque situation est différente en fonction du sujet et des effets recherchés mais demande de connaite les impératifs techniques listés ci-dessus.

    • Merci Jean-Michel, j’ai en effet complété pour le cas où l’on veuille réaliser un effet Starburst (comme expliqué dans le Mercredi Pratique #110.

  • Benoit p

    Je ne pense pas l’avoir lu mais il y a aussi l’utilisation des filtres (UV ou polarisant ) qui peuvent faires des reflets sur la photo pour ma pars je les retirent le temps de la photo selon l’effet souhaiter. Sur les éclairages public la lumière des lampadaires n’est pas la même avec et sans le filtre. Deplus on m’avait conseiller également d’essayer de fixer la sangle de l’appareil qui en cas de fort vent pour entraîner des micro vibration. Perso je l’enroule sur la poignée de mon trépied.

    • Merci pour le rappel sur la sangle. C’est vrai qu’il faut vieux l’enrouler autour du trépied ou du moins la fixer pour éviter qu’elle ne batte au vent.
      En ce qui concerne les filtres, la lumière est en effet différente avec ou sans, mais attention car certains filtres de mauvaise qualité réduisent la netteté de votre image également.

  • Merci beaucoup pour ces excellents conseils, mais qu’en est il de la balance des blancs, ou faut il toujour faire les photos en Raw et intervenir après coup?

    • Si tu photographies en RAW, c’est probablement recommandé de ne pas te soucier de la balance des blancs à ce moment.
      Ensuite, pour les photos Jpeg, tu peux régler ta balance des blancs en tungstène, cela correspond à l’éclairage public classique (mais attention de plus en plus de lampes sont des LEDs).
      Sinon, une feuille de papier blanc dans le sac et tu règles ta balance des blancs en manuel dessus 😉

    • Merci pour les conseils, je vais essayer.

  • Des bon conseils , Merci Damien

  • Sur les reflex, ne pas oublier non plus de relever le miroir avant de déclencher car la butée de ce dernier peut également provoquer de micros vibrations.

  • Xavier

    Merci pour ces bons conseils !

  • Xavier

    Dois je enlever l’ anti-bougé (Shake Reduction) sur mon boitier reflex ?

    • Si votre boîtier est sur trépied oui, ce n’est pas nécessaire et ça risque même de rendre votre image plus floue.

  • Pingback: Technique photo : comment photographier un feu d'artifice()

  • Pingback: MP #147 : Comment faire la mise au point à l'infini avec votre appareil photo ?()

  • Antoine G

    Pour avoir pris des photos d aurores boréales en pause 30 sec avec des rafales de vents à 60kmh je vous conseille vivement un trepied lourd! Il faut aussi enlever tout ce qui est prise au vent comme la sangle le capuchon pendu a son fil et le pare soleil. Plus il sera proche du sol plus il sera stable il vaut mieux déployer les pattes que monter la tête et eviter une rotule trop mince. Vous pouvez ensuite faire ecran de votre corps pour protéger le kodak du vent. Cette expérience m a fait regretter de ne pas penser à tout ça avant et je tenais à vous partager ces conseils…