Le baiser de Vancouver : suite et fin de l’histoire

| 0 Commentaires

Depuis notre article présentant la photographie du « Vancouver Kiss » de Richard Lam, un soit-disant couple s’embrassant au beau milieu d’une émeute à Vancouver, de nombreuses informations ont été publiées sur Internet.

Vancouver Kiss

Cette photo a été la source d’un énorme buzz sur Internet, avec d’un côté ceux qui étaient assurés que cette photo était véritable, non truquée, et qu’elle représentait un couple fou amoureux qui avait su rester uni pendant ces violentes émeutes à Vancouver (tout ça à cause d’une défaite sportive). De l’autre côté, de nombreuses personnes se sont élevés pour crier au fake, au trucage et dénoncer le photographie Richard Lam qui n’osait pas avouer que cette photographie, pour Getty Images, n’était qu’une simple et vulgaire mise en scène.

Richard Lam raconte au Guardian sa version des faits :

J’étais à une vingtaine de mètres. Il y avait ces deux personnes au sol dans cette rue désertée. Au départ, j’ai pensé que l’une des deux était blessée. C’était le chaos total. Les émeutiers ont mis le feu à deux voitures et après j’ai vu des pilleurs casser la vitre d’un grand magasin.

A ce moment, la police anti-émeute a chargé vers nous. Après m’être arrêté de courir, j’ai remarqué les deux personnes étendues dans la rue, avec les forces de l’ordre et les flammes juste derrière eux.

Ce n’est qu’à mon retour à la rédaction, pour donner mes photos, que mon chef a fait remarquer que les deux personnes n’étaient pas blessées mais en train de s’embrasser.

Peu de temps après que l’image ai été publiée en ligne, une deuxième image a elle-même été publiée sur Internet, prise d’un endroit très différent, et laissant apparaître des personnes autour du « couple de Vancouver ». Cette photo pouvait laisser planer le doute sur l’authenticité de la photo, en faisant penser à des complices, dont l’agent des forces de l’ordre qui apparaissait au premier plan de la photo.

Vancouver kiss backstage

Au final, cette image n’apportait pas plus de crédit à l’une ou l’autre des deux histoires, et laissait planer le flou.

Ce n’est qu’après quelques jours que les choses se sont éclaircies. Le couple a été identifié et une vidéo a été publiée mettant bien en évidence l’accident et non la mise en scène.

Scott Jones, « le jeune homme de la photo du baiser des émeutes de Vancouver », et sa petite amie, Alex Thomas, ont donnée une interview à un journal canadien pour expliquer l’histoire, bien réelle, de cette photo. Les forces de l’ordre ont chargé les émeutiers, ce qui a provoqué chez Alex Thomas un choc qui l’a déstabilisé. Blessée et maintenue au sol, son petit ami est venu à son secours et l’a embrassé pour l’apaiser. Ce même baiser est celui que l’on retrouve sur la photo de Richard Lam, bien réelle.

On retiendra donc la puissance médiatique couplée au média Internet qui ont propulsé ce cliché sur le devant de la scène. Je pense cependant que dans de nombreuses années, le contexte de cette photo aura été oublié, et il y a fort à parier qu’elle se retrouve au même niveau que le fameux baiser d’Alfred Eisenstaedt (imité mais jamais égalé) le jour de la victoire des Etats-Unis sur le Japon en 1945.

Merci à tous pour vos commentaires dans notre premier article qui nous a permis de suivre cela de près.

Pour aller plus loin :

email

Laisser un commentaire

Champs Requis *.